Critique : Doctor Strange

Un nouveau super-héros débarque sur grand écran, le Doctor Strange. Alors que l’on est au-delà de l’overdose des productions Marvel qui se suivent, se ressemblent et déçoivent, voilà enfin un film qui apporte une grande bouffée d’air frais dans cette année 2016 jusqu’alors riche en blockbusters médiocres.

Renaissance

Enfin Marvel touche au fantastique dans le sens le plus noble du terme, stimulant l’imaginaire dans une œuvre jouant avec les lois de la physique, manipulant le temps et projetant l’esprit hors du corps. Sur le papier, ce n’était pas gagné avec Scott Derrickson aux commandes, réalisateur de films d’épouvante comme l’anecdotique Sinister. Ce n’était pas non plus dans la poche après une scène d’introduction qui aurait pu être tourné en marge d’une convention avec des cosplayers, où Tilda Swinton et Mads Mikkelsen s’affrontent brièvement dans des accoutrements de moine. Et là apparaît Benedict Cumberbatch, neurochirurgien hors-pair, menant à bien une opération impossible avec son doigté expert. D’emblée, le comédien britannique offre un charisme immense à son personnage dont l’arrogance sera foudroyée par un accident de voiture, lui coûtant la dextérité de ses mains. Dès lors, Stephen Strange se consacre entièrement à ses menottes, sous le regard impuissant de l’urgentiste Christine Palmer (Rachel McAdams). Le guérison complète dépasserait la science, et c’est sur la piste d’une guérison miraculeuse de jambes que Strange débarque au Népal où il est recueilli par Mordo (Chiwetel Ejiofor) et l’Ancien, campée par une Tilda Swinton épatante, par son physique, son phrasé et son énergie. Débute alors un rite initiatique absent des autres productions Marvel – ce qui contribue énormément au charme du film -, poussant le Doctor Strange à oublier toutes ses certitudes afin de maîtriser une magie aux pouvoirs spectaculaires. La séquence psychédélique au cours de laquelle l’Ancien démontre une partie de l’étendu du possible au Doctor Strange est probablement l’une de plus fabuleuses scènes produites par Marvel au cinéma, véritable délire à la façon d’un trip sous acide.

doctor-strange

Bien que le méchant de l’aventure, un ancien disciple de l’Ancien – désolé pour la formule – qui s’est tourné du côté du mal, Kaecilius (Mads Mikkelsen) s’avère guère épais, ses motivations dépassent le simple plan de destruction planétaire sans queue ni tête. Son but est de conduire la Terre vers une dimension noire, afin d’accéder à l’éternité. Le temps, la vie et la mort sont des notions qui travaillent Doctor Strange, apportant une once de spiritualité et de réflexion dépassant la hauteur des pâquerettes dans le monde des supers-héros Marvel. Malgré des effets spéciaux très réussis, avec des portails menant d’un lieu à l’autre de façon bluffante, les séquences d’action manquent de lisibilité, comme la première confrontation entre Kaecilius et Doctor Strange. Mais au fond, cela n’est pas si handicapant puisque le film tire sa force en dehors des scènes de combat, contrairement à un Avengers, en déployant un univers qui n’est pas sans rappeler le premier Matrix, tout en convoquant Inception avec son jeu sur l’architecture urbaine – qui conduit le spectateur de New York à Hong Kong en passant par Londres. Grâce à une bonne dose d’humour et un brin de second degré, Doctor Strange s’érige comme un divertissement remarquable, doté d’un personnage fort et d’un casting séduisant. La renaissance du Doctor Strange en magicien sonne alors comme la renaissance des productions Marvel, puissent-elles maintenir ce cap à l’avenir, car que se passera-t-il lorsque ce nouveau personnage se fondra dans la masse des Avengers ? En attendant, il ne faut pas se priver d’une consultation avec Benedict Cumberbatch, dépaysement garanti à renfort de projections astrales !

4 étoiles

 

doctor-strange-affiche

Doctor Strange

Film américain
Réalisateur : Scott Derrickson
Avec : Benedict Cumberbatch, Tilda Swinton, Chiwetel Ejiofor, Mads Mikkelsen, Rachel McAdams, Benedict Wong
Scénario de : Scott Derrickson, C. Robert Cargill, Jon Spaihts, d’après un comic de Steve Ditko
Durée : 115 min
Genre : Fantastique, Action, Aventure
Date de sortie en France : 26 octobre 2016
Distributeur : The Walt Disney Company France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *