Test Blu-ray : Inception (Christopher Nolan)

Inception blu-ray

Fiche Technique :

Inception (2010) réalisé par Christopher Nolan
Avec : Leonardo DiCaprio, Joseph Gordon-Levitt, Ellen Page, Tom Hardy, Ken Watanabe, Cillian Murphy, Marion Cotillard, Dileep Rao, Michael Caine
Durée : 148 mn
Genre : Action, Science-fiction, Thriller
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 ; Français, Italien, Allemand Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français, Néerlandais, Italien, Allemand, Anglais pour sourds et malentendants
Format d’image : 2.40:1
Codec : VC-1
Résolution : 1080p
Editeur : Warner

 

La trame :

Dom Cobb est un extracteur d’informations aux méthodes peu conventionnelles : il subtilise les informations de ces cibles directement dans leur subconscient lors de rêves partagés. Son passé a fait de lui un fugitif extrêmement recherché l’empêchant de retourner auprès de ceux qu’il aime ; une mission pourrait lui laver les mains : parvenir à implanter une idée dans l’esprit d’un individu.

Critique :

Pour consulter la critique complète, c’est par ici : Critique Inception

Mon avis, après un nouveau visionnage : Vu deux fois en salles, il s’agit de mon 3ème visionnage d’Inception. Après l’assimilation complète de son architecture, la fascination pour la structure s’évanouit pour mettre à nu le cœur même du film. Façonner et partager des rêves est un fascinant concept ; s’en servir pour subtiliser des infos confidentielles l’est d’autant plus. Tenter d’injecter une idée via le subconscient, relève alors du défi suprême. Campés par une distribution internationale impeccable, les personnages d’Inception manquent malheureusement de profondeur, cédant place à la complexité de leur mission et aux douloureuses chimères de leur leader, Dom Cobb (Leonardo DiCaprio). En parallèle de la catharsis orchestrée par l’équipe pour implanter une idée dans l’esprit de l’héritier d’un puissant industriel, Robert Fischer (Cillian Murphy), Dom, soutenu par Ariadne (Ellen Page), affronte ses propres démons : la disparition de sa femme et le manque de ses enfants. Se dessine alors, en filigrane, une intéressante réflexion sur le travail du deuil grâce à une bataille entre les deux pôles de la psyché. Côté action, les séquences sont nerveuses et montées habilement, et c’est en ces instants que la musique de Hans Zimmer, souvent froide, se montre la plus saisissante. Inception, c’est un impressionnant film d’action qui tend à rendre la science-fiction plausible, mais l’exposition de ses lourds mécanismes pourrait, au fils des visionnages, devenir un frein au plaisir.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

Inception

– Image :

Exempt de tout défaut, le blu-ray d’Inception présente le film tel qu’il a été conçu. Les couleurs sont naturelles ; les contrastes, solides ; les noirs, profonds. Les plans généraux en hélicoptère impressionnent moins que les séquences IMAX du Dark Knight mais les plans rapprochés se montrent tout aussi généreux en matière de piqué et de détail. Inception manque tout juste de devenir la nouvelle référence en matière de haute définition.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Les phases d’action sont magnifiées par l’incroyable sonorisation : les affrontements armés exploitent toutes les capacités du surround tandis que l’imposante orchestration de Hans Zimmer envahit l’espace sonore. Le caisson de basse est sollicité dans toute sa puissance. Que ce soit en dehors ou au milieu du déluge, le canal des voix se montre toujours à la hauteur. Un mixage d’excellente facture.

– Bonus :

Tous les bonus sont en haute définition.

Blu-ray 1 (le film) :
– Making of décomposé en plusieurs modules qui peuvent être intégrés au film (le mode « extraction » ) ou regardés indépendamment. Durée totale : 44 minutes.
Liste des modules : L’origine d’Inception ; Le château japonais : le rêve s’écroule ; Désintégration du café parisien ; Construire une architecture paradoxale ; Le train de marchandises ; Embuscade dans les rues de la ville ; Le bar qui s’incline ; Les couloirs en rotation ; La forteresse dans la montagne ; Simulation de l’apesanteur ; Les limbes : la conception de l’espace des rêves ; L’explosion de la forteresse ; La musique des rêves ; Le paratage des rêves
– Fonctionnalités BD-Live (non testées)

Blu-ray 2 (bonus) :
– Les rêves, le cinéma du subconscient (44:29). Passionnant documentaire de Roko Belic explorant la complexité et l’étendu des mécanismes de l’inconscient avec des interviews et anecdotes.
Inception : la mission Cobol (14:33). Excellent prologue au film en comic animé, réalisé par Ian Kirby.
– Morceaux de la B.O. composée par Hans Zimmer (38:38) : We build our own world, Dream is collapsing, Radical notion, Old souls, 528491, Mombasa, One simple idea, Dream within a dream, Paradox, Time.
– Galerie d’art conceptuel
– Galerie d’art promotionnel
– 3 bandes annonces
– 13 spots TV

Annotations :

Cette édition « ultimate » contient deux blu-rays (le film et les bonus), le dvd du film, ainsi qu’une copie digitale dans un très joli boitier steelbook – au format DVD, donc, plus grand qu’un blu-ray classique. Une mallette collector, comprenant de nombreux goodies, est disponible à la fnac.

 

Notes :
Film : 8,5/10
Image : 5/5
Son : 5/5
Bonus : 5/5

Avis global : 10/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

20 commentaires

  1. par contre si j’ai bien vu dans les rayons, le steelbook a la taille d’un boitier dvd (comme pour Sherlock Holmes) et ca, ca fait chier le collectionneur qui est en moi.

  2. Effectivement, la partie supérieure bleue lui donne la taille d’un boitier DVD ; je vais le préciser. Merci.

  3. Est ce que vraiment une box ultimate avec les deux supports se justifiait? Franchement, j’ai comme un doute…

  4. Ca peut permettre à ceux qui envisagenr de s’équiper d’acheter une seule fois le film. Mon premier blu-ray, c’est l’édition DVD + Blu-ray de The Wrestler alors que j’avais pas encore de lecteur justement. Sinon j’ai des potes qui ont pris l’habitude de revendre le DVD pour 5 à 10€. Perso, je ne préfère ne pas « dépouiller » le boitier !
    Par contre, l’intérêt de la copie digitale… Quoi que, cette fois, je vais le télécharger, rien que pour connaitre le processus.

  5. Ca y est, je viens de le voir pour la premiere fois.
    Legere deception, j’avoue que j’en attendais beaucoup et qu’il me manque le coté « jouissif » de certaines scenes de Matrix par exemple, pour lui mettre une note telle que 9/10.

    Le scenario est tres interessant sinon, et on se plait a suivre la preparation puis la mise en place du piege sur Fisher.
    J’avoue que j’y trouve pas mal de paralleles avec Matrix, par exemple la structure de l’equipe, bien sur les « univers » paralleles (ici strates) et l’aspect doute sur le « vrai monde réel », qui prend ici plus d’importance encore dans l’intrigue.
    L’astuce du Totem est d’ailleurs assez bien trouvé.

    Enfin sans vouloir aller plus loin, un tres bon film, mais pas aussi excellent que je l’aurais espéré.
    Maintenant vivement the dark knight rises pour voir ce que Nolan nous prepare à nouveau.
    La j’espere retrouver ce coté « jouissif » qu’on a a suivre les aventures du dark knight comme ce fut le cas pour le precedent.

  6. Tu l’apprécieras probablement différemment en le revoyant, maintenant que tu sais à quoi t’attendre ; perso, j’avais réussi à rentrer dans la salle en sachant uniquement que Leonardo DiCaprio, Marion Cotillard et Ellen Page étaient au générique, donc l’esprit vraiment clair. Mais je comprends ce que tu veux dire sur le côté jouissif. Le côté poupée russe reste assez incroyable, surtout la première fois.

    Il n’a pas la même étendue que Matrix, mais je pense lui préférer ses scènes d’action, qui privilégient les effets mécaniques et astuces visuelles aux effets spéciaux. D’ailleurs, les bonus du premier blu-ray sont courts mais passionnants à ce sujet.

    Mais comme toi, je préfère le Dark Knight, ou encore Le Prestige, beaucoup plus forts en terme d’émotion. Pour The Dark Knight Rises, le temps nous le dira, mais va falloir s’armer de patience… fort heureusement, 2011 s’annonce comme un excellent cru pour le 7ème art.

  7. A vrai dire je ne connaissais pas grand chose de l’histoire, tout j’avais survole le résume du film lorsqu’il se présentait.

    C’est vrai que la gestion de la manière dont s’imbriquent les strates, principalement la gestion du temps, est très sympa, le principe d’intervention dans les rêves en général constitue tout de meme un incroyable fantasme. Combien de fois étant gosses n’avons nous pas regretter de ne pouvoir matérialiser nos rêves et toutes les folies qu’ils contiennent…

    C’est vrai que les scènes d’action, et c’est vrai je crois pour toute la réal en fait, de matrix est beaucoup plus tape a l’oeil, mais c’est aussi cet sur-stylisation de chaque scène qui participe a mon gout a rendre matrix jouissif (entendons nous bien, le premier principalement), et bien entendu l’évolution, la découverte, de Neo.

    Ici ce genre de développement du personnage n’aurait de toute façon pas de sens par rapport a l’histoire, mais l’univers crée est tellement attirant que c’est presque qqch qui m’a manque pour vraiment prendre mon pied meme si je n’ai pas eu besoin de ca pour ne pas décrocher une seconde du film.

  8. Oui les films qui touchent à l’onirisme et au subconscient sont en général, passionnants ; dans un registre à l’opposé d’Inception, j’adore Eternal Sunshine of the Spotless Mind de Michel Gondry. Je devrais publier prochainement le test d’un blu-ray d’un animé japonais, Paprika, où il est question d’une machine à enregistrer et partager les rêves aussi !

    Oui, Matrix, c’est une révolution esthétique : la démocratisation du bullet time, de l’utilisation de câbles pour porter les acteurs, … Mais Inception arrive dans un contexte ou les films d’action sont montées au hachoir, où rien n’est visible. La course poursuite à pied dans les rues de Mombasa est nerveuse mais toujours lisible, des mecs comme Paul Greengrass devraient se remettre en question en voyant ça.

    On est donc d’accord pour dire qu’il s’agit d’une réussite à laquelle il manque un (tout) petit quelque chose.

  9. Oui tout a fait d’accord avec ça et sur le fait que Nolan n’a pa besoin d’agiter sa camera comme greengrass pour filmer des scènes en mouvement.

    En revoyant insomnia récemment je réalisais a quel point sa réal était au contraire bien plus posee et le montage plus fluide que ce que l’on voit de plus en plus.

    Mais il est bon que les reals n’aient pas tous le même style. Après tout on imagine pas un film de Tony Scott sans certains artifices, cela fait parti de son style. Il faut juste éviter l’overdose

  10. Oui, Insomnia est vraiment très bon – rien que le principe d’un thriller en plein jour est déjà excellent ! Par contre, je n’ai jamais vu l’original.

    C’est certain que chaque cinéaste à son style, mais le coup de la shaky-cam et du montage épileptique, c’est avant tout de l’esbroufe pour simuler de l’action : filmée « normalement », la scène n’aurait rien d’impressionnant dans la majorité des cas. Ca facilite la mise en scène des séquences d’action.
    Une scène que j’ai trouvée énorme l’année dernière, c’est la fusillade dans la taverne d’Inglorious Basterds : c’est ultra rapide, mais chorégraphié / monté avec un soin extrême.

  11. Oui cette fusillade dans le Tarantino est effectivement sympa.

    Pour en revenir a style « greengrass » si il devient rapidement migraineux, je trouve que le rendu de la course poursuite a Tanger (si je ne me trompe pas de ville) est tout de même impressionnant et colle pour le coup bien a cette scène.

    Je ne savais pas qu’insomnia était un remake. Quel est le titre de l’original?

  12. Pour Greengrass, je n’arrive même plus à visualiser la scène que tu mentionnes…

    L’original d’Insomnia porte le même nom, c’est un film norvégien d’Erik Skjoldbjærg. Pour Nolan, c’est le film qui lui a permis de s’affirmer pleinement à Hollywood.

  13. Oui insomnia a fini de le lancer mais Mémento lui avait déjà pas mal amène en notoriété du fait du status du film après sa sortie en vidéo ou il a reçu un très bon accueil.

    Mais l’aura qu’il a en ce moment il ne l’a doit clairement qu’a the dark knight car même Batman begins et ses grandes qualités n’avaient pas amène de retentissement particulier autour de lui a l’époque. Et je parle pas du prestige qui tout aussi excellent soit il n’a pas rencontre le succès qu’il aurait du avoir.

    En tout cas a la vue de ses films jusque la, Nolan mérite son aura actuel et c bien la l’essentiel

  14. Oui, à mes yeux, Christopher Nolan est l’un des plus grands réalisateurs de sa génération. Je pense aussi que son cursus littéraire joue beaucoup dans la qualité de ses scénarios.
    The Dark Knight, c’est effectivement la consécration car la portée du film est immense. Vivement l’été 2012…

  15. Bonjour,
    Pour ce film là, je viens apporter mon petit grain de sable.
    Tout d’abord le cas Nolan.
    Voilà un jeune mec qui écrit, produit et réalise ce film avec un génie que je n’avait plus vu depuis Kubrick. Un scénario qui aurait pu et du se perdre dans une réalisation baclé et trop complexe, mais lui arrive à tenir son film pour que tout le monde puisse le comprendre.
    J’entend « blockbuster » partout, mais je ne suis pas du tout d’accord. « The darknight » en est un mais « Inception » est, pour moi, un film intimiste. La preuve, c’est qu’il est bourré de dialogue.
    Je trouve aussi la comparaison avec « Matrix » très mal venu. Moi je vois pas le rapport.(à part « l’architecte » mais là encore aucun rapport.)
    Bref, le film réussi à additionner un casting incroyablement bien choisi, une musique absolument en adéquation, une réalisation parfaite et originale, un scénario à la « poupée russe » (dixit dom) et tout ça en donnant un plaisir extreme aux spectateurs.
    Petit plus pour Dicaprio qui doit veritablement porté chance, parceque il a permis a Scorsese de nous réalisé son meilleur film depuis 15 ans (shutter island) et maintenant à Nolan d’enchainer un film inoubliable de plus. (pourvu qu’il ne sombre pas dans la facilité)
    Je n’avais pas vu une fin de film aussi jouissive et réalisé à la perfection depuis… non en fait jamais. La derniere heure est un chef d’oeuvre de mise en scène, grace à l’exploitation de la gestion du temps. Descendre de quatre couche le temps d’une chute de voiture dans un fleuve, c’est juste une très grande réussite dans la mise en scène.

    Je compare ce film à 2001 de Kubrick (encore).
    Cela ressemble à de la science fiction, ou plutot du fantastique, mais inutile de dire que de véritable recherche avance sur le sujet, et je parie que d’ici 10 à 15 ans on parlera d’Inception et de Nolan comme aujourd’hui de Kubrick et 2001, à savoir comme d’un visionnaire.

    Voilà enfin un film américain à voir et à revoir et à rerevoir etc.
    Enfin, je voudrais préciser qu’il ne s’agit pas a mon avis d’un film sur les rêves et la manipulation durant les rêves, mais juste de la manipulation mentale de sujet drogué.
    Nolan ne s’est pas trompé la dessus et c’est tant
    mieux, car les rêves et le sommeil profond (1 ou 2 fois 20 minutes par nuit) sont la pour que le cerveau range, classe et interprète votre journée…
    Inception, c’est de l’espionnage mentale de haute voltige.
    Petit détail encore, la malette est parfaite!!! gnarf gnarf gnarf. Faut bien quelques petits avantages à vendre des dvd et blu ray toute la journée, et il est toujours possible d’en avoir un tout petit peu la semaine prochaine (avis pour les visiteurs de Fnac)

    Memento, Insomnia, Batman begins, Le prestige, The dark knight, Inception…
    Producteur, scénariste et réalisateur de tous ces films!!!!
    Y en a pas des masses des ptits gars comme ça.
    Comme dirais quelqu’un de connu : ça fait plaisir…………

  16. Merci pour ton commentaire très enthousiaste – par contre, pour Shutter Island, je ne partage pas ton point de vue, mais j’y reviendrai lors de ma publication de mon top de l’année.
    Je ne pense pas que Nolan soit le genre de personne à sombrer dans la facilité, il semble aimer les défis.

    Quant à la mallette, effectivement, ça va faire des heureux si les Fnacs sont réapprovisionnées.

    Je propose également qu’on arrête de cloner les brebis pour cloner des Christopher Nolan, pour le bien du cinéma :p

  17. Alors vivement ce top de l’année, d’ailleurs nous aussi, tous les ans avec des potes du boulot, on se fait le meilleur et le pire de l’année, et c’est toujours des promesses de soirées animées!!!
    Et pour Shutter island, aille aille aille, ca va pas le faire :-))) !!!
    Deux fin de film m’ont tétanisé dans ma vie (à savoir une vraie surprise mêlée de sentiment violent en tout genre, Old boy qui m’a vraiment bouleversé, et shutter ou je te jure qu’à la fin (attention spoiler pour ceux qui ne l’ont pas vu)……

    j’étais comme un fou entrain de me dire à moi même, NOOOOOOON te laisse pas avoir!!
    Et aussi, évidemment, le milieu de « une nuit en enfer ». Quel pied.
    Ps: la mallette, il n’y a que mon magasin qui aura une troisième
    et dernière livraison de 20 pièces. Ça va durer 20 seconde à peu près. Et attention pour ceux qui voudrait la commander aux states ou en Angleterre, il ne s’agit absolument pas de la même! Beaucoup plus petite, et uniquement le blu ray dedans.
    ciao.

  18. Old Boy est très bon en effet ; Shutter m’a vraiment déçu (et je l’ai revu pour lui donner une seconde chance pourtant).

    Ensuite pour les fans hardcore qui veulent vraiment la mallette française, il reste Ebay, mais la note sera salée.

  19. Scénaristiquement parlant, ce film est incontournable. Visuellement, si on aime pas la SF & le Fantastique, rien ne sert de le regarder. Les acteurs tout bonnement bien dirigé et très bons (Dicaprio, ce bonifie avec les temps, même s’il n’a jamais été mauvais). Votre mental est mis a rude épreuve. L’attention est importante pour « Inception ». Pas le temps d’aller chercher un truc dans la cuisine ou d’aller faire pipi. Le film ce regarde d’une traite, tellement le monde en est captivant. Seul défaut du film, il faut le voir 2 ou 3 fois avant tout bien saisir (lol). Et une 4eme fois pour admirer le travail des infographistes. Ce Nolan est vraiment tout comme Fincher, Proyas, Kerry Conran et quelques autres, les nouvelles valeurs montantes du cinoche de genre.

    Chapeau bas.

  20. Eh oui, vivement l’été 2012 pour Batman : The Dark Knight Rises !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *