[Critique] Green Lantern (Martin Campbell)

Hollywood est incroyable pour les néophytes en comic book : chaque année, de nouveaux super-héros sont transposés à l’écran. La bande dessinée s’est imposée comme la source d’inspiration inépuisable des studios et scénaristes. A chaque film, plus ou moins la même rengaine : la lutte du bien contre le mal, un héros balèze, une nana bien gaulée, un malheureux type qui sombre dans le mauvais camp et un happy ending appelant à une suite. Green Lantern ne déroge pas à la règle et se permet même de rivaliser avec les pires films de sa catégorie.

Blockbuster véreux

Et voilà, c’est fait, on tient la pire adaptation de comic book de l’année. Impossible qu’un Captain America soit en-dessous de ce Green Lantern aux allures d’onéreux téléfilm, et qui donnerait presque à reconsidérer le peu brillant Thor ! C’est incroyable de cumuler autant de tares : effets spéciaux souvent dérisoires, réalisation désincarnée, scénario anémique et piètre montage. Seuls les acteurs y croient un peu, avec en tête, Ryan Reynolds, dans le rôle de Hal Jordan, pilote de chasse ayant assisté au crash de son père dans son enfance et qui devra sauver la planète Terre de la menace du terrible Parallax – ne le demandez pas en pharmacie, il ne s’agit pas d’un médicament ! Hal Jordan est désigné par un membre des Green Lantern mortellement blessé à rejoindre les rangs du Corps, une élite d’êtres extraterrestres protégeant l’univers contre les forces maléfiques.

Introduire au spectateur lambda – dont je fais partie – l’univers du Green Lantern est la laborieuse mission de quatre scénaristes qui ne parviennent pas à se dégager du discours purement explicatif. La suite n’est guère plus glorieuse en terme de dramaturgie, il en résulte alors, tout au long du film, une distance avec l’histoire et les personnages, que ce soit la coéquipière de Hal, Carol Ferris (Blake Lively), avec qui il a toujours aimé s’envoyer en l’air – humour type des dialogues du film – ou encore du bad guy, le professeur Hammod (Peter Sarsgaard), qui, grâce aux pouvoirs de Parallax acquis alors qu’il étudiait le corps de l’extraterrestre échoué sur Terre, tentera de se venger du manque de considération reçu par ses semblables. Aucun élément du scénario ne prend corps dans le film qui ne dicte qu’une chose à son héros : s’affranchir de toute peur – car il est de notoriété publique que cette dernière mène au côté obscur de la force.

Grâce à un anneau magique – qui ne gouverne personne –, Hal peut utiliser toute création de son imagination tristement limitée. Alors qu’un tel outil devrait donner naissance à des scènes d’action dantesques, ce dernier ne produit rien de plus que des catapultes, tronçonneuses et armes d’artillerie lourde. Certes, des éléments capables de scotcher le spectateur à son siège mais Martin Campbell, cinéaste pourtant familier des castagnes puisqu’il est derrière la caméra de GoldenEye et Casino Royale, peine à créer des séquences prenantes dans des studios placardés de toile verte. Le metteur en scène n’est pas le seul coupable ici, le département des effets spéciaux accuse de nombreuses années de retard sur les standards, hormis la particularité du costume du Green lantern : ce dernier est entièrement généré sur ordinateur. Seul le climax du film, qui confronte le super héros au super vilain, est digne d’intérêt grâce à son dynamisme et son ampleur mais il vient conforter l’idée suivante : Green Lantern aurait sa place dans une attraction du Futuroscope, avec des sièges vibrants, si seulement il était sorti dix ans plus tôt. Consternant.

A noter que le film sera projeté en 3D dans certaines salles mais ce point n’a pas été abordé dans la critique, le film ayant été vu en 2D.

1

 

Green Lantern

Film américain
Réalisateur : Martin Campbell
Avec : Ryan Reynolds, Blake Lively, Peter Sarsgaard, Mark Strong, Tim Robbins
Scénario de : Greg Berlanti, Michael Green, Marc Guggenheim, Michael Goldenberg
Durée : 113 min
Genre : Action, Science-fiction
Date de sortie en France : 10 août 2011
Distributeur : Warner Bros.

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

12 commentaires

  1. en un mot: … ouch! ca fait mal.
    mais j’ai quand meme envie de le voir, pour constater de moi meme du massacre. et a l’occasion ca peut peut etre le rendre drole.

  2. Moi qui pense-at que Martin Campbell saurai nous donner un beau film … Mais bon j’avais au fond de moi cette sensation qu’on verrai un 4 fantastique bis …
    Dommage …

  3. Sincèrement, à part si vous avez une carte de cinéma illimitée, payer un ticket pour voir Green Lantern c’est gaspiller son argent et son temps.
    Et malheureusement ko_porter, à part deux ou trois répliques humoristiques, il est difficile de rire de cette catastrophe.

  4. AHAH. Cela semble faible en effet.

  5. Dire que Green Lantern est faible, le mot est… faible ! Et dire qu’une suite serait déjà envisagée…

  6. bah, si le premier est si faible, la suite ne pourra qu’etre meilleure 🙂

    puis le film a l’air mauvais, mais l’histoire garde son potentiel, une suite n’est donc pas denuée de sens ni d’interet.
    Il est deja annoncé que Martin Campbell ne sera pas reconduit, le studio n’ayant pas ete satisfait par son travail. Dans un sens c’est deja positif, meme si il a fait de tres bonnes choses ailleurs et que le studio n’est surement pas étranger a la faible qualité du present film.

    on verra, mais il ne faut pas juger de la qualité d’une suite sur celle du premier film.

  7. C’est un immense gâchis. Déjà que le nouveau Spiderman semble bidon… Il y avait des bonnes choses à faire avec les Comics.

  8. @la méthode: je te trouve un peu dur avec le nouveau spiderman, il ne semble pas etre plus bidon que celui de Raimi, inutile surement, mais bidon non, ou en tout cas il est trop tot pour le dire, mais la bande annonce est loin d’une catastrophe bien au contraire.

    et si green lantern a l’air d’une belle deception generale, les films de comics sont tout de meme bien representés cette année: le dernier xmen est excellent, thor que je n’ai pas vu a recu un bon accueil critique, tout comme captain america.

    globalement, je pense qu’on est plutot dans une bonne moyenne qualitative.

  9. @ ko_porter : Le nouveau Spiderman sent le flop. En plus d’être inutile, il n’apporte rien. Il fallait laisser Raimi. C’est une très grosse erreur. A force de vouloir faire de l’argent en négligeant le qualitatif et bien on se brûle. De mon point de vu, L’adaption des Comics ( sauf exception) est un échec retentissant. Mais je ne suis pas « fan » donc bon. Je ne donne qu’un avis de « technique ».

  10. C’est aussi un film pour geek ou ado donc… Il ne restera pas dans l’histoire hein. C’est un produit jetable. Dans 30 ans , il sera déjà oublié.

  11. C’est certain qu’il ne faut pas juger une suite ainsi, mais la saga part sur des bases catastrophiques. Thor, je ne l’ai pas du tout aimé, Captain America est de meilleure qualité.
    Quant au Spiderman de Webb, je suis très confiant. De bons acteurs, et un scénario plus mature que les films de Raimi.
    Vraiment, au mois d’août, le blockbuster qui en donne vraiment pour son argent, c’est la planète des singes : les origines.

  12. Bonjour,
    Je trouve que les critiques ont été plutôt sévères à l’égard de Green Lantern à sa sortie. J’ai beaucoup aimé ce titre grâce notamment à son scénario très bien rodé et les scènes d’action vraiment haletantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *