[Critique] Le Voyage de Lucia (Stefano Pasetto)

Deuxième long-métrage de l’italien Stefano Pasetto, Le Voyage de Lucia, sélectionné au Festival International du Film de Toronto, est la chronique d’une rencontre entre deux femmes que tout oppose et qui pourtant, changera définitivement leurs horizons.

Au large, rien de neuf

Le parcours, débutant à Buenos Aires, est classique ; les présentations avec les protagonistes se font en parallèle jusqu’à atteindre le point de rencontre, une rencontre qui soulignera la collision de deux personnalités si différentes pour démarrer, par la suite, avec d’autant plus de vigueur, une profonde relation dépassant le stade de l’amitié. Lea (Francesca Inaudi) est une jeune femme pétillante et taquine, qui prend la vie à la légère, toujours le sourire aux lèvres. Son problème réside dans sa peur de l’engagement, avec son petit ami tatoueur qui aimerait lui passer la bague au doigt. Lucia (Sandra Ceccarelli), bien plus âgée, est une hôtesse de l’air mariée, au tempérament qui flirte avec la frigidité et qui maitrise le piano. Elle désire avoir un enfant mais enchaine les fausses couches. La rencontre passe par la musique. Lea, désireuse d’apprendre à jouer du piano, trouve Lucia comme professeur. Leur véritable lien : leurs origines italiennes. Alors que Lucia manifeste une hostilité cordiale envers Lea et son comportement, la personnalité de cette dernière parvient à trouver une béance dans la sévérité de cette femme en perdition.

Ensemble, les deux femmes vont abandonner leur quotidien, prendre la fuite ou bien répondre à un appel, comme elles le confessent elles-mêmes. Tourné principalement caméra à l’épaule, Stefano Pasetto illustre son long-métrage avec des symboles et métaphores parfois sans subtilité, mais qui démontrent toujours une envie d’exprimer des idées, des sentiments, avec les outils cinématographiques à disposition. Tandis que Lea et Lucia vivent leur escapade en Patagonie, près de l’eau, dans un bateau qu’elles rénovent, Le Voyage de Lucia aborde enfin un virage inattendu : des frictions réapparaissent entre les deux êtres, magnifiquement interprétés par les deux actrices, et la remise en question prend forme. Pourtant, le déraillement narratif ne s’accomplit pas jusqu’au point de non retour, Pasetto et la scénariste Veronica Cascelli reprennent une direction que le spectateur avait envisagé avant même le départ, avant ce voyage à la vertu d’apaiser autant les maux de l’âme que ceux du corps. Un drame féministe à la portée limitée par son manque d’originalité.

2.5 étoiles

 

Le Voyage de Lucia

Film italien, argentin
Réalisateur : Stefano Pasetto
Avec : Sandra Ceccarelli, Francesca Inaudi, Cesar Bordon, Guillermo Pfening
Titre original : Il Richiamo
Scénario de : Stefano Pasetto, Veronica Cascelli
Durée : 92 min
Genre : Drame
Date de sortie en France : 3 août 2011
Distributeur : Memento Films Distribution

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

2 commentaires

  1. J’ai tout de même trouvé que le film était en phase avec les éléments. Une certaine douceur se dégage de cette intrigue simple, certes, mais qui m’a bien emballé.

  2. Oui, le film n’est pas mauvais de façon intrinsèque, c’est tout simplement qu’il fait preuve d’aucune originalité/force. Il est ordinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *