Critique : Ant-man et la guêpe

Vingtième film de l’univers cinématographique Marvel, Ant-man et la guêpe conduit Paul Rudd et Evangeline Lily à reprendre leurs costumes polymorphes, et ce, afin de retrouver dans le monde quantique la mère de la super-héroïne, disparue il y a plus de trente ans. Un blockbuster modeste, sympathique, mais qui pêche par son rythme.

Code quantique

Cette suite de Ant-man se déroule après les événements survenus dans Captain America : Civil War. Arrêté à Berlin suite au combat anthologique sur le tarmac de l’aéroport, Scott Lang (Paul Rudd) continue de mener sa vie de père divorcé en étant assigné à domicile. Surveillé de près par le FBI, Scott va retrouver le costume de Ant-man alors qu’il tente de reprendre contact avec le Dr. Hank Pym (Michael Douglas) : dans un étrange rêve, il s’est vu sous les traits de la femme disparue du docteur, Janet Van Dyne (Michelle Pfeiffer). Hope Van Dyne (Evangeline Lily) alias la guêpe et son père vont à contre-cœur retrouver Scott qui pourrait être la clé afin de retrouver Janet. Hank Pym, recherché par les autorités, a continué ses recherches afin de fabriquer un tunnel vers le monde quantique dans un laboratoire portable, le jeu sur les modifications d’échelle étant toujours au cœur du film, avec aussi une armada de fourmis disciplinées. Alors que des malfaiteurs sont à leur trousse suite à une transaction houleuse, un étrange personnage capable de traverser la matière entre dans la danse, Ava (Hannah John-Kamen) ou le Fantôme, désirant s’emparer du laboratoire, mais dans quel but ?

Tout comme le précédent opus, Ant-man et la guêpe place ses enjeux dans la sphère familiale. Il n’est donc pas question de sauver le monde d’une terrible menace, ni de mener de périlleuses missions dans des contrées éloignées. Par sa concentration sur un versant intimiste, le film de Peyton Reed dégage une appréciable forme de modestie, et la bande originale de Christophe Beck, se démarquant aussi des autres productions Marvel, permet au film de posséder sa petite aura de singularité. En dehors d’une confrontation entre la guêpe et les hommes de Sonny Burch (Walton Goggins), il faudra attendre quasiment l’ultime chapitre du film pour retrouver une véritable séquence d’action – mais de taille. Ce qui n’aurait pas été une tare si le film ne se limitait pas à tourner autour du labo, objet de tous les désirs avec des dialogues parfois poussifs quand ce n’est pas la carte de l’humour, très présente, qui est jouée – que ce soit avec les protagonistes ou le personnage loufoque de Michael Peña.

Le nouveau long métrage de Peyton Reed souffre d’un souci de rythme qui aurait pu être écarté simplement, en éliminant certaines scènes centrales qui apportent si peu à cette aventure. Esthétiquement, les plongeons dans l’univers quantique se montrent réussis mais moins inspirés que les plus belles scènes de Doctor Strange ou encore des Gardiens de la Galaxie 2. Pourtant, le film fonctionne, grâce à son séduisant casting, mais aussi son concentré d’action dans les rues de San Francisco pour clore ce chapitre. Le jeu sur le rétrécissement et l’agrandissement atteint son paroxysme, poussant tous les personnages à donner leur maximum afin d’accomplir le sauvetage initial. Qu’il soit microscopique ou gigantesque, Ant-man possède toujours ce petit charme qui fait de ce second volet un divertissement appréciable.

3 étoiles

 

Ant-man et la guêpe

Film américain
Réalisateur : Peyton Reed
Avec : Paul Rudd, Evangeline Lily, Michael Douglas, Hannah John-Kamen, Michael Peña, Michelle Pfeiffer, Laurence Fishburne, Randall Park
Titre original : Ant-man and the Wasp
Scénario de : Chris McKenna, Erik Sommers, Paul Rudd, Adrew Barrer, Gabriel Ferrari
Durée : 118 min
Genre : Action, Aventure, Science-fiction
Date de sortie en France : 18 juillet 2018
Distributeur : The Walt Disney Company France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.