[Critique] La Planète des singes : l’affrontement, réalisé par Matt Reeves

planete-singes-affrontement

Matt Reeves, réalisateur de Cloverfield, succède à Rupert Wyatt pour continuer la nouvelle saga de La Planète des singes. Un second épisode encore plus impressionnant techniquement, mais qui montre un développement relativement faible.

Entente fragile

A la fin de La Planète des singes : les origines, un virus mortel pour l’homme se répandait sur toute la surface du globe. Dix ans après, l’humanité a quasiment disparu, au profit d’un nouveau règne animal avec au sommet de la chaîne alimentaire, les singes. César (Andy Serkis, en motion capture), à la tête d’une tribu et d’une famille, cherche à inculquer des valeurs pacifiques aux siens. Survient un jour une présence humaine, qui mène à la blessure par balle d’un enfant de César. Pas de rancœur envers l’homme, un simple avertissement de ne jamais revenir sur leurs terres. Seulement, le groupe envoyé dans la forêt cherchait à remettre en état de fonctionnement un barrage afin de fournir une colonie humaine en électricité. La Planète des singes : l’affrontement sera donc l’histoire d’un acte de confiance entre l’homme et le singe qui sera brisé par Koba (Toby Kebbell), qui ne s’est jamais remis des maltraitances infligées par l’homme jadis.

planete-singes-affrontement-clarke

Comme dans le précédent épisode, l’espèce simienne est au centre du récit. La première partie du film ne se consacre qu’à la vie des primates jusqu’à l’apparition du groupe d’humains parmi lesquels on retrouve Jason Clarke (Des hommes sans loi, Zero Dark Thirty) et Keri Russell (Felicity). Encore plus que James Franco et Freida Pinto dans La Planète des singes : les origines, ces nouveaux venus disposent de personnages peu travaillés, fonctionnant purement comme une famille de médiateurs assistant à l’étincelle originelle du conflit. On se demande même comment Gary Oldman a pu atterrir dans ce projet avec un personnage aussi transparent que le sien ! Ainsi, La Planète des singes : l’affrontement se présente autant comme une démonstration technique, qu’il s’agisse de la motion capture ou des séquences d’action, qu’un épisode de transition préparant le terrain pour la guerre véritable. Il en résulte une œuvre moins efficace sur le plan émotionnel mais qui peine également à justifier son déroulement par des manœuvres lourdes et sans surprise. Si l’on regarde au-delà de la toile, le duo Rick Jaffa/Amanda Silver est toujours derrière le scénario mais avec un nouvel acolyte, Mark Bomback, responsable notamment de Total Recall : mémoires programmées ou encore de Wolverine : le combat de l’immortel. Serait-il l’élément ayant modifié le cap qualitatif entrepris avec le reboot ? Mystère, mais les faits sont là. La fascination que peuvent exercer les effets numériques sauve alors la mise dans ce volet où les singes ont appris à s’exprimer en anglais et à monter à cheval.

planete-singes-affrontement-2

Dommage que la thématique pacifiste animant les leaders des deux groupes ne trouve pas un développement plus profond. Le film bascule seulement par la vilenie de Koba, embarquant avec lui toute la tribu simienne. Mais l’on peut aussi comprendre que les scénaristes se trouvent eux aussi en conflit avec les producteurs. Comment parler de paix et d’humanité alors qu’un cahier des charges exige sans nul doute des scènes de fusillade et de combats acrobatiques ? Pourrait-on envisager un tel blockbuster sans explosion ni séquences d’action démesurées ? Si le premier épisode réussissait plus ou moins cet exercice avec une unique scène de confrontation spectaculaire dans sa dernière partie, il est déjà annoncé que l’ultime volet de cette nouvelle trilogie sera placé sous le signe d’affrontements meurtriers. En attendant, La Planète des singes : l’affrontement se positionne comme une suite loin d’être déplaisante mais maladroite.

3 étoiles

 

La Planète des singes : l’affrontement

planete-singes-affrontement-afficheFilm américain
Réalisateur : Matt Reeves
Avec : Andy Serkis, Jason Clarke, Gary Oldman, Keri Russell, Toby Kebbell, Kodi Smit-McPhee
Titre original : Dawn of the Planet of the Apes
Scénario de :
Durée : 130 min
Genre : Science-fiction, Action
Date de sortie en France : 30 juillet 2014
Distributeur : Twentieth Century Fox France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

2 commentaires

  1. Bonjour, d’accord avec ce billet, pas mal mais décevant du point de vue du scénario par rapport au film précédent. Bonne après-midi.

  2. Idem, Brillant sur la forme mais répétitif et terriblement prévisible sur le fond. Dommage, j’attendais énormément de cette suite étant fan du prequel Les Origines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *