[Critique] Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow)

zero dark thirty

Après Démineurs, Oscar du meilleur film en 2008, Kathryn Bigelow retrace dans Zero Dark Thirty la longue traque ayant mené à la mort de Ben Laden. Un film terrible, au réalisme bluffant, capturant tout le climat d’angoisse d’une décennie de lutte anti-terroriste.

La décennie Ben Laden

C’est l’histoire d’une décennie de chasse à l’homme, d’attentats mais surtout d’attente angoissante, quand la traque tourne à l’attentisme pur et que chaque jour peut se solder par une attaque meurtrière, n’importe où dans le monde. Le 11 septembre 2001, les tours du World Trade Center s’effondraient dans un attentat suicide aussi effroyable que spectaculaire, donnant un nouveau visage à la terreur, celui du leader d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden. Dix ans plus tard, au début du mois de mai 2011, les Etats-Unis déclarent avoir localisés et abattus l’ennemi public numéro 1. Sans s’intéresser aux théories du complot ni à l’engagement de l’armée américaine, Zero Dark Thirty met en scène les éléments clés de cette affaire, et s’il arrive aussi tôt après la conclusion des évènements, c’est que le scénario de Mark Boal avait été écrit avant même la « capture » de Ben Laden, ce qui demanda alors de simples remaniements pour clore la chasse à l’homme en suivant le fil du réel. D’aucuns critiquent vivement la neutralité du point de vue de Bigelow, or, c’est cette neutralité qui soulève tous les paradoxes de cette traque et de la lutte contre le terrorisme.

1134604 - Zero Dark Thirty

Adoptant un ton ultra-réaliste avec une caméra portée toujours aussi efficace que dans Démineurs, le film se présente comme des dossiers qui glisseraient sous les yeux du spectateur : un interrogatoire déterminant, un attentat à tel endroit, une piste pour remonter le réseau, etc. Des éléments qui gravitent tous autour d’une femme, un agent de la CIA répondant au prénom de Maya, campée par Jessica Chastain, impériale – elle a remporté un Golden Globe de la Meilleure actrice dans un film dramatique et obtenu la nomination équivalente aux Oscars. Son déterminisme émouvant – sa mission devient une affaire personnelle – pallie au mystère total sur son passé, la sensibilité et le charisme de Chastain parachèvent ce portrait de femme forte et rusée. Peu convaincant dans ses premières minutes d’interrogatoires sous la torture – quelque chose cloche dans le dispositif, sonne faux –, Zero Dark Thirty montre une intensité croissante. Difficile de se passionner pour le piétinement de la CIA, incapable de remonter le réseau Al-Qaïda jusqu’à sa tête, autant dû à une ramification complexe du mouvement terroriste que l’impossibilité d’obtenir des aveux des rares hommes capturés, notamment suite aux scandales sur la torture des prisonniers – un fait suscitant la polémique aux Etats-Unis depuis la sortie du film. C’est lors de l’attentat de l’hôtel Marriott à Islamabad, survenu en 2008, que l’insécurité et l’hostilité viennent régner en maitres. Débute alors une mise sous pression du spectateur qu’aucun événement ne désamorcera.

Zero Dark Thirty

Le monde fut tellement martelé d’images du 11 septembre et de Ben Laden que l’annonce de la mort de ce dernier, dépourvue de toute preuve visuelle, semblait comme une illusion. Une conclusion en image paraissait nécessaire, et c’est ce qu’apporte Zero Dark Thirty dans son segment le plus saisissant, reproduisant avec un réalisme inouï, en temps réel, le raid du commando des membres du SEAL que nous n’avions pas vu. D’autres problématiques sont alors soulevées. Dans une obscurité anxiogène, l’intervention, d’une précision chirurgicale, ressemble à celle d’un commando punitif SS, à l’équipement high-tech. Se produit malgré cela un puissant effet cathartique, non dénué d’une étrange conséquence, celui d’un sentiment d’échec. Supprimer certains monstres demande le sacrifice d’une part de son humanité, il n’y a pas de vraie victoire contre le terrorisme.

4 étoiles

 

Zero Dark Thirty

zero dark thirty afficheFilm américain
Réalisateur : Kathryn Bigelow
Avec : Jessica Chastain, Jason Clarke, Reda Kateb, Kyle Chandler, Jennifer Ehle, Jeremy Strong, Joel Edgerton
Scénario de : Mark Boal
Durée : 157 min
Genre : Thriller, Action, Historique
Date de sortie en France : 23 janvier 2013
Distributeur : Universal Pictures International France


Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

3 commentaires

  1. Scénario saisissant, réalisme au rendez-vous, pendant les 20 dernières minutes on a réellement l’impression d’être aux cotés des Seals, au coeur de l’opération Neptune’s Spear!!! Tension maximum!

  2. Très grand film, scénario béton qui montre la routine chez les espions et qui se permet un suspense dans un assaut final dont on connait l’issue… 3/4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *