Critique : Madame Hyde

Disponible en DVD depuis le 31 juillet, Madame Hyde de Serge Bozon revisite le roman de Robert Louis Stevenson, L’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mr Hyde en appliquant sa dualité à une prof de physique dans un lycée de banlieue. Séduisante dans sa première partie, cette comédie fantastique finit par s’enliser dans sa narration.

Marie Géquil (Isabelle Huppert) donne des cours de physique dans un lycée de banlieue où il lui est autant difficile de faire preuve d’autorité face aux élèves que de les intéresser à ses cours, hormis une paire de filles à la fois têtes de la classe et têtes à claques. Dans cette classe désintéressée, un élève, handicapé moteur, se distingue par son comportement ambivalent, son envie de suivre le mouvement d’espièglerie qui cache un désir de connaissance, Malik (Adda Senani). Un soir, lors d’une expérience dans son labo, la prof est foudroyée : madame Hyde va pouvoir se manifester, au travers de son assurance, mais aussi par des phénomènes fantastiques la nuit tombée, en être incandescent veillant sur son élève particulier. De la difficulté d’enseigner à la multitude de rapports qu’une enseignante peut entretenir avec ses élèves, Madame Hyde prépare un terrain thématique passionnant, dont le glissement vers le fantastique pourrait mener vers l’inconnu absolu, mais il n’en est rien – peut-être malheureusement ? –, le film s’accrochant au réel pour aller jusqu’à se durcir.

La prof transformée décide, malgré la réticence d’un directeur d’établissement loufoque et délirant mais si peu présent à l’écran joué par Romain Duris, d’organiser des travaux personnels encadrés pour sa classe. Elle ouvre son univers à Malik qui, soudain, embrasse l’éducation, expose sa soif de connaissances. Fondamentalement, le film de Serge Bozon pose un regard intéressant sur l’univers de l’enseignement en zone difficile. Isabelle Huppert saisit son rôle brillamment, substituant la forme d’autorité qui l’accompagne souvent à la douceur d’une enseignante incertaine, jusqu’à trouver son envol. Pourtant, Madame Hyde, exploitant sa fantaisie trop sagement, donne la sensation de ne pas répondre à ses promesses initiales. Il en ressort une forme d’austérité, liée aussi à des dialogues assez littéraires et un récit qui manque de rythme, n’exploitant qu’avec trop de parcimonie ses personnages annexes, comme le proviseur ou bien le mari campé par José Garcia. L’amertume vers laquelle se dirige le film joue aussi dans cet étrange basculement, et pourtant, lors du générique de fin, un processus s’est accompli au cours de cette critique du système éducatif français. Une œuvre paradoxale et fragile.

2.5 étoiles

Le DVD, édité par TF1 studio, propose pour la partie audio du Dolby Digital 5.1 et stéréo, possède une piste en audiodescription ainsi qu’un sous-titrage destinés aux sourds et malentendants. Aucun bonus n’accompagne le film.

 

Madame Hyde

Film français
Réalisateur : Serge Bozon
Avec : Isabelle Huppert, Adda Senani, Romain Duris, José Garcia, Guillaume Verdier, Roxane Arnal, Patricia Barzyk
Scénario de : Serge Bozon
Durée : 95 min
Genre : Comédie, Fantastique
Date de sortie en France : 28 mars 2018
Disponible en DVD depuis le 31 juillet 2018
Distributeur : Haut et Court

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.