[Critique] Ted (Seth MacFarlane)

Pour son premier long métrage, Seth MacFarlane, à l’origine des séries animées Les Griffin et American Dad, livre une comédie puérile et poilante avec Ted, chronique d’une singulière amitié entre un homme et un ours en peluche vivant.

Peluche de débauche

John Bennett n’a aucun ami à l’âge de huit ans, mais à Noël, son vœux le plus cher est exaucé : Ted, son nouvel ours en peluche prend vie et les deux se jurent de tenir une amitié éternelle. Ce qui débutait comme un conte fantastique familial tourne à la comédie grossière et insolente par une simple ellipse d’une vingtaine d’année. John, joué par Mark Wahlberg, n’a aucune perspective à l’âge de 35 ans, passant son temps libre à fumer de la marijuana avec Ted, archétype du glandeur porté sur les substances illicites et filles faciles malgré son apparence de jouet sage. Un rythme de vie qui ne poserait aucun problème si Lori Collins (Mila Kunis), la copine de John, ne lui imposait pas un ultimatum pour que son fidèle compagnon trouve un emploi et un logement. Avec cette peluche en images de synthèse, Ted s’inscrit dans un registre de comédie fantastique comme le décevant Paul, seulement, au-delà du décalage comique provoqué par l’antinomie de la peluche mignonne au comportement licencieux, le film répond à tous les codes du buddy movie des plus classiques. Ce qui n’empêche pas de rendre l’entreprise souvent poilante, Seth MacFarlane, qui prête sa voix à Ted, y injectant un humour dévastateur comparable à celui de ses séries TV avec l’aide de ses scénaristes.

Réussi sur le plan rythmique, avec quelques charmantes idées de mise en scène, Ted bénéficie d’un duo qui fonctionne à merveille, le personnage de Mila Kunis restant relativement transparent au cours de cette aventure grivoise. Walhberg, qui avait donné la réplique à Will Ferrell dans Very Bad Cops, montre à nouveau qu’il est capable du meilleur dans le registre comique, en grand adolescent, épaulé par cette peluche à l’animation bluffante. A renfort de références sur l’univers cinéphile et geek, ainsi que des caméos des plus plaisants, la première comédie de Seth MacFarlane séduit par sa douce puérilité, l’hilarité convoquée par des gags et répliques visant rarement au-dessus de la ceinture. Hormis la photographie parfois médiocre, il est simplement dommage que le scénario ne cherche jamais à dépasser le stade du petit conflit sentimental, provoqué par l’immaturité des deux compères, car Ted aurait pu proposer bien plus qu’une partie de marrade rondement menée. L’originalité apportée par l’ourson déconneur et libidineux est quelque peu diminuée par le chemin balisé qu’emprunte MacFarlane, frileux sur tout virage radical. Toutefois, le divertissement est assuré sans temps mort, et tous les amateurs de comédie délurée trouveront ici une sympathique piqûre de bonne humeur – ce qui n’est pas si commun.

3.5 étoiles

 

Ted

Film américain
Réalisateur : Seth MacFarlane
Avec : Mark Wahlberg, Mila Kunis, Joel McHale, Giovanni Ribisi, Jessica Barth
Scénario de : Seth MacFarlane, Alec Sulkin, Wellesley Wild
Durée : 106 min
Genre : Comédie, Fantastique
Date de sortie en France : 10 octobre 2012
Disponible en DVD et Blu-ray depuis le 11 février 2013
Distributeur : Universal Pictures International France


Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

2 commentaires

  1. Il y a de quoi titiller notre nostalgie mais très vite le film ne surprend plus. Filles canons et cannabis n’ont plus rien de subversif bien au contraire, ce ne sont que poncifs attendus. De plus le gag du « pet » devient si éculé que ça en devient vite agaçant, on en peut pas dire qu’il y ait du renouveau. Le pire c’est que de Ted on passe très vite vers la comédie sentimentale classique et attendu. Un divertissement fun et sympa il est carrément surestimé… 2/4

  2. Assez d’accord avec toi sur l’enthousiasme démesuré, mais je pense que cela témoigne d’une chose : la médiocrité actuelle de la comédie USA, avec l’année dernière un des pires crus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *