NIFFF 2015 : la vérité est en Suisse

Sixième journée de festival sous le signe de The X-files avec la conférence de Chris Carter et la projection d’une poignée d’épisodes remastérisés. Furent aussi découverts les très réussis courts métrages internationaux.

Excuse imbattable pour manquer deux projections : un téléphone qui change de fuseau horaire au cours de la nuit, transformant la fonctionnalité réveil en une vraie loterie ! La journée débute donc avec l’un des événements de ce festival, la conférence de Chris Carter, le créateur de la série culte The X-files, bientôt de retour pour une nouvelle mini-saison de six épisodes.
Chaleureusement accueilli dans la salle du théâtre du passage, Chris Carter s’estime chanceux de pouvoir revenir à cette série, la Fox ayant avant tout besoin de David Duchovny et Gillian Anderson pour relancer la saga : fort heureusement pour les fans, Chris Carter fut approché dès le début. Il déclare que nous vivons dans un monde de complots et de gouvernements espions à la Big Brother, bien plus que dans les années 90 quand la série fut créée : The X-files de seconde génération saura donc s’ancrer dans les problématiques actuelles et ce, sans se reposer sur les méthodes passées. Il s’agit d’un nouveau challenge, qui s’adressera également à un public non familier de la série. La saison s’ouvrira et se clôturera sur des épisodes mythologiques entre quatre loners. Alors que depuis plusieurs semaines, le retour de certaines créatures déjà vue a été annoncée, Chris Carter nous indique que ça ne sera pas le cas dans ces six épisodes, ce qui montre la possibilité de voir naître plusieurs mini-saisons !

chris-carter-nifff

De nombreux collaborateurs à la série seront de retour, notamment dans l’équipe technique, mais certains scénaristes ne pourront pas répondre à l’appel, comme Vince Gilligan qui rencontra un succès phénoménal avec Breaking Bad. Le scénariste Glen Morgan et son frère ont participé à certains épisodes. Mark Snow sera bien entendu de retour pour la musique tandis qu’on reverra face à la caméra Cancer man – aussi connu sous le nom de l’Homme à la cigarette –, une surprise puisqu’on pouvait le considérer comme mort. Même les Lone Gunmen, les alliés des deux agents du FBI, feront d’inédites apparitions dans la saison.
Si les questions du modérateur de la conférence ne s’avèrent pas toujours pertinentes, les questions du public permettent d’obtenir quelques informations intéressantes malgré certaines réponses lacunaires ou à côté de la demande – procédant peut-être d’une mauvaise traduction dans son oreillette ! Question série, Chris Carter aime Breaking Bad, The Wire, les Sopranos, The Fall avec Gillian Anderson, Mad Men et True Detective. Autres influences, qui ont marqué la création de The X-files : Twin Peaks et Le Silence des agneaux. Il confie avoir été très marqué au cinéma par Birdman, dont il a acheté le DVD rapidement pour le visionner deux fois de suite. Par rapport aux méthodes de travail, malgré le numérique désormais, il est toujours aussi difficile de réaliser chaque épisode, dont le tournage doit être bouclé en huit jours et l’aide d’une seconde équipe. D’ailleurs, ces six nouveaux épisodes ont demandé huit mois de dur labeur à Chris Carter. Le retour des deux agents du FBI sera justifié dans le premier épisode qui respectera parfaitement la période qui s’est écoulée depuis la fin de la dernière saison.

"Peur bleue", Mulder et Scully au plus près du réel

« Peur bleue », Mulder et Scully au plus près du réel

Autre point de réjouissance, l’arrivée en blu-ray de la série, avec des épisodes remastérisés au format 16/9. Interrogé sur le changement de format des premières saisons, Chris Carter se montre rassurant, ce format ayant été pris en compte à l’époque lors du tournage.
Le soir, c’est la preuve par l’image puisque quatre épisodes sont diffusés en salle bio, moins infernale avec le vent salvateur balayant Neuchâtel. Quatre épisodes, magnifiques, sur grand écran, présentant que peu de plans de moins bonne qualité – une série de contrechamps sur Mulder dans l’épisode « Duane Barry ». Les autres épisodes redécouverts sont « Beyond the sea », « Voyance par procuration » avec Peter Boyle et le célèbre « Peur bleue » (« X cops ») en caméra au poing, signé Vince Gilligan. Plaisir total de constater que le 16/9 ne nuit en rien aux épisodes, leur donnant au contraire un cachet plus cinématographique. Quatre épisodes, si courts pour des accros de mon espèce : on aurait rêvé d’un marathon de la série complète, projeté pour les fous furieux tout au long du NIFFF ! Suite à ce beau moment de nostalgie, c’est la grande tente qui nous cueille pour encore une nuit de folie, mais où l’on aborde aussi des problématiques de production, notamment avec la productrice d’un court métrage lithuanien présenté dans l’après-midi, Ghost I don’t remember.

"Polaroid" de Lars Klevberg

« Polaroid » de Lars Klevberg

Car après le départ de Chris Carter pour signer des autographes au restaurant du théâtre du passage, ce sont sept courts métrages qui ont fait rires et effrayés les festivaliers. La série débute avec une déformation des lois temporelles avec le divertissant Hay un tempo. Suit une drôle de réflexion sur les robots sexuels avec Juliet du français Marc-Henri Boulier, qui en profite aussi pour taper sur les doigts des stratégies commerciales de firmes comme Apple. Le norvégien Polaroid propose l’expérience la plus angoissante de la sélection, exploitant des ingrédients classiques du cinéma d’horreur avec brio tandis que le néo-zélandais Dive joue sur l’identité d’un homme suicidaire avec une belle dose d’humour et des effets spéciaux géniaux – quand un miroir devient une porte vers un monde aquatique et abyssal. Le suisse Tryptique montre une proposition esthétique forte avec son split-screen en trois cases et Ghost I don’t remember confronte une retraitée amoureuse des chiens à un étrange fantôme. La sélection se conclut avec le tendre et bagarreur Dead Hearts, avec une aventure à hauteur d’enfants et aussi du 3ème âge où se croisent taxidermie, kung-fu et loups-garous ! Une sélection de qualité qui met en lumière de jeunes auteurs qu’on prendra plaisir à revoir pour d’autres courts et souhaitons leur, un passage au long.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

6 commentaires

  1. Très impatient de découvrir cette suite.
    En attendant, je me suis payé le coffret Blu-ray de la série, et elle est fantastique.
    Très au dessus de ce qu’on pouvait craindre.
    Mais comme pour Friends, elle a été tourné à l’époque en « 16/9 », et c’est donc à l’époque des épisodes en 4/3 qu’il nous manquait de l’image.
    Et on est pas en mode « DNR », il y a du travail fait sur la lumière, les effets etc.
    Donc on passe en mode « attente » de diffusion, et on verra si cela était une bonne idée de faire une suite à la meilleur série dans ce genre.

  2. J’attends pour le coffret, mais as-tu vérifié ta saison 8, il y a un problème avec les noirs visiblement :
    http://www.xfilesvault.com/features/Season-8-Black-Crush-Blu-ray-Problem/

    Sinon, eh bien, j’ai vu les deux premiers épisodes diffusés aux Etats-Unis, et je dois dire que je suis assez heureux de retrouver Mulder et Scully dans une saison bien ancrée dans notre quotidien.

  3. Arrrrgggg!!! je viens de verifier…
    Et oui, il y a un problème…
    Bon direction Amazon, je pense pas qu’il y aura un problème.
    Pour ma part, j’attend que la saison soit diffusé en entier avant de regarder.
    Et a part ce problème de noir, nous c’est 129€♦ le coffret, et au USA, c’est 260$!!!
    Merci en tout cas du renseignement, c’est cool.

  4. Je ne suis pas certain qu’Amazon se charge directement du remplacement, si tu regardes les commentaires, les personnes évoquant le soucis disent qu’il faut envoyer un email en anglais sur foxconnect@orderassistance.com ; début de l’échange en mars 2016.

  5. J’ai vu ça, mais nous sommes en France, et il y a des lois qui régissent les ventes. Amazon est responsable de ce qu’il vend. Il s’arrangera avec la Fox de son coté, mais si un coffret a une saison défectueuse, alors le marchand doit la changer. je te dirai leur réponse. Je m’en occupe dans les 15 jours, parce que c’était un cadeau et il faut que je vois les personnes qui me l’ont offert. En plus, un coffret de 300gr pour les states, ça doit pas être donné.

  6. C’est vrai. Bon courage avec les démarches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *