[Critique] La Vie d’Adèle – Chapitres 1 & 2 (Abdellatif Kechiche)

La-vie-d-Adele-chapitre-1-2

C’est la Palme d’Or 2013, qui consacre non seulement son réalisateur, Abdellatif Kechiche, mais aussi ses deux actrices principales, Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux. Œuvre poignante et captivante, La Vie d’Adèle – Chapitres 1 & 2 étudie l’élan sentimental avec une puissance que peu de films n’atteignent.

Etude du cœur

On entre dans la vie d’Adèle à l’adolescence. Elève plutôt studieuse en première littéraire, consciente de ses lacunes et portée par une curiosité qu’elle nous transmet, Adèle se trouve au seuil d’une rencontre qui la bouleversera : celle du grand amour. En classe, le professeur de philosophie interroge les élèves sur le regret, celui de ne pas s’être adressé à une personne qui, au premier regard, nous a attiré, mystérieusement. Est-ce que le regret est quelque chose de nouveau qui se loge dans notre cœur ou bien quelque chose que l’on perd ? De la théorie à la pratique, il n’y a qu’un pas. Dans la rue, Adèle croise une mystérieuse jeune fille aux cheveux bleus. Il se produit quelque chose d’imperceptible mais pourtant de très fort. Il y a dans ces regards comme un désir, soudain, un besoin de s’accrocher l’un à l’autre, pour toujours. Mais la rencontre véritable n’aura pas lieu, place au regret et au fantasme. Un peu poussé par ses copines, Adèle couche avec un garçon de son lycée, mais la passion n’y est pas. L’acte est presque mécanique, froid. Suivant un ami dans un bar gay, Adèle n’a qu’une chose en tête : retrouver la jeune femme aux cheveux colorés. Fruit du hasard ou du destin, cette fois-ci, l’adolescente et l’inconnue, séparée par une poignée d’années, se trouvent enfin face à face. Une grande histoire d’amour débute, mais seulement, il n’y a pas que des printemps qui séparent Adèle et Emma (Léa Seydoux), l’une envisage une carrière d’institutrice et l’autre évolue dans des sphères artistiques.

La-vie-d-Adele-chapitre-1-2-exarchopoulos

Ecrit par Abdellatif Kechiche et Ghalia Lacroix, La Vie d’Adèle – Chapitres 1 & 2 trouve comme source une bande dessinée de Julie Maroh, intitulée Le Bleu est une couleur chaude – et qui, un temps, donnait aussi son titre au film. C’est d’ailleurs la première fois qu’une œuvre adaptée d’une BD obtient la récompense suprême au Festival de Cannes. Toujours dans une logique naturaliste, Kechiche concentre toute son attention sur ses actrices qu’il dirige à merveille. On connaissait déjà le talent de Léa Seydoux, formidable, offrant une palette d’émotions riches, mais nous n’avions jamais vu Adèle Exarchopoulous dans un premier rôle, délicat et intense. La jeune actrice est d’un naturel déconcertant, son charisme magnétise la caméra à chaque instant et l’on vibre de ses propres émotions, de ses joies et peines. Une véritable révélation. Ce long métrage dense et ample, qui affiche une durée de 179 minutes sans le générique de fin, frappe par les différentes étapes que son héroïne va traverser au cours de sa vie. Dans cet éveil sexuel et sentimental, il y a un hymne à la tolérance envers la communauté homosexuelle, bien qu’il ne prenne aucune position militante – et c’est justement en posant un regard neutre sur ce couple lesbien que Kechiche peut gommer la barrière de la différence, faire du couple homo un élément parfaitement trivial. Il y a principalement un accroc au lycée entre Adèle et ses camarades, provoquée pour fréquenter Emma, et la remise en cause de l’orientation sexuelle de l’adolescente débouche sur un affrontement. Un dîner en compagnie des parents d’Adèle – au comique de situation et dialogues irrésistibles – sera la dernière séquence qui s’intéressera à l’homosexualité – et il est d’ailleurs un peu regrettable de ne jamais voir Adèle affirmer sa sexualité plus tard avec ses proches.

La-vie-d-Adele-chapitre-1-2-exarchopoulos-seydoux

La Vie d’Adèle – Chapitres 1 & 2 est aussi l’éloge de la passion et de la femme. Les ébats entre Adèle et Emma sont filmés avec une fascination pour les corps rare. Pourtant, l’obsession charnelle dans ces scènes longues et intenses ne tombe pas dans la vulgarité ni la pornographie, car Kechiche capture quelque de chose de prodigieusement beau, une passion pure, fusionnelle. Au-delà de l’érotisme et des sentiments, on trouve une intelligence remarquable dans les dialogues – certains sont improvisés par les actrices –, portés sur la culture et la philosophie, mais aussi sur des petits riens de la vie. C’est d’ailleurs souvent au travers d’instants anodins que croît la puissance de ce film à la seconde partie en deçà de la première. Alors que l’on était habitué à côtoyer Adèle au quotidien dans le le premier chapitre, la progression narrative se montre elliptique – et certains bonds temporels perturbent la compréhension initiale de quelques scènes – lorsqu’elle devient femme et institutrice. Rupture de la temporalité pour observer les cendres d’un amour brisé, dont on aimerait saisir les morceaux un à un pour les recoller, pardonner des écarts de conduite, tout recommencer malgré les obstacles qu’imposent des carrières dans des milieux différents. On quitte ces femmes comme on perd son premier amour, ébranlé mais toujours debout, enrichi mais meurtri. Mais nous pourrions les retrouver un jour, Kechiche ayant peut-être trouvé en Adèle Exarchopoulos son Antoine Doinel, d’où les chapitres du titre. En attendant une éventuelle suite, voir le beau et amer La Vie d’Adèle – Chapitres 1 & 2, c’est voir la vie en bleu, la vraie couleur des amoureux.

4 étoiles

 

La Vie d’Adèle – Chapitres 1 & 2

vie-adele-affiche-frFilm français
Réalisateur : Abdellatif Kechiche
Avec : Adèle Exarchopoulous, Léa Seydoux, Jérémie Laheurte, Salime Kechiouche, Aurélien Recoing, Catherine Salée
Scénario de : Abdellatif Kechiche et Ghalia Lacroix, d’après Le Bleu est une couleur chaude de Julie Maroh
Durée : 179 min
Genre : Drame, Romance
Date de sortie en France : 9 octobre 2013
Distributeur : Wild Bunch Distribution


Bande annonce :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. Tu en racontes beaucoup sur l’histoire mais j’ai très envie de le voir, dommage de devoir attendre aussi longtemps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *