Critique : Mektoub, my love canto uno

Plus de quatre ans après la Palme d’Or pour La Vie d’Adèle, Abdellatif Kechiche livre une nouvelle œuvre portée sur la jeunesse et ses histoires sentimentales. Adaptation libre de La Blessure, la vraie de François Bégaudeau, Mektoub, My love : canto uno, nouveau révélateur de comédiens sous le soleil de Sète, mène le spectateur dans un état d’ivresse et d’insouciance.

Séduction timorée

Comme s’il fallait donner un os à ses détracteurs tout en leur clouant le bec, Mektoub, my love : canto uno s’ouvre sur une torride scène de sexe entre Ophélie (Ophélie Bau) et Tony (Salmi Kechiouche) sous le regard d’Amin (Shaïn Boumedine). Cette scène de sexe sera la seule sur près de trois heures de film dont la sensualité se construit autrement, à la plage ou en soirée, voire à la ferme. De retour chez sa mère à Sète après une vie d’étudiant en médecine à Paris tout juste interrompue, Amin retrouve les siens, son cousin Tony, dragueur invétéré, cette amie Ophélie dont il découvre d’emblée la relation cachée avec son cousin, et puis toute une bande qui semble s’alimenter d’une énergie solaire inépuisable, de plaisirs estivaux sans entrave. Amin, axe de rotation de ce film naturaliste tourné tout en caméra épaule, où de jeunes inconnus se révèlent au travers du regard et de la direction d’acteurs de Kechiche. Shaïn Boumedine impose une présence cinématographique rare chez un jeune acteur, exposant un charisme délicat préservé de tout orgueil par la timidité du personnage. Il y a donc Ophélie (Bau), jeune fermière au corps contemplé avec désir, et puis ces deux vacancières rencontrées à la plage, Céline (Lou luttiau) et Charlotte (Alexia Chardard). Alors que Tony utilise sa routine de dragueur avec brio pour séduire Charlotte, le courant qui passe entre Céline et Amin dessine une belle histoire à l’horizon, mais le renfermé Amin ne parvient pas à concrétiser sa touche, volontairement ou involontairement, alors que la jolie blonde attire tous les regards et attise les désirs de toute la communauté tunisienne dans laquelle baigne le film.

Il y a du vécu et de la vie dans Mektoub, my love : canto uno, comme le doux souvenir d’un été au milieu des années 90 où, au cœur d’un tourbillon de drague, un jeune homme timide, amateur de photographie et de cinéma, recherche plus qu’une aventure mais la promesse d’une véritable histoire d’amour. Si parfois, certains segments paraissent approximatifs, par des échanges trop longs, tournant autour du pot jusqu’à l’excès, des anachronismes, ou par le refus de l’emploi de machinerie quand des outils auraient pu sublimer certains plans, le nouveau film de Kechiche mène à une ivresse fabuleuse. Au cœur de cette œuvre aux belles notes d’humour, un phénomène se produit discrètement, un point de non retour où le temps semble perdre toute valeur, où le film pourrait alors s’étirer à l’infini, comme lors d’une scène de discothèque dans laquelle on déambule jusqu’au bout de la nuit avec cette troupe où, malgré des déceptions sentimentales, des non-dits qui font du bruit, l’hédonisme l’emporte dans la célébration de l’instant présent. Le film s’attarde aussi sur ces miracles quotidiens, comme lorsqu’Amin attend l’agnelage d’une brebis, filmée avec la même simplicité qu’une scène où les personnages jouent dans la mer. Anti-dramatique mais fascinant par la complexité de désirs inassouvis, le paradoxe d’attirances sans concrétisation, Mektoub, my love : canto uno prolonge le passionnant cheminement naturaliste de Kechiche, dont l’aventure devrait continuer avec ces mêmes personnages puisqu’un second film serait déjà bientôt près. On a hâte de découvrir la suite de la destinée d’Amin, ce sentimental renfermé qui ne demande qu’à s’abandonner aux vertiges amoureux.

4 étoiles

 

Mekbout, my love : canto uno

Film français
Réalisateur : Abdellatif Kechiche
Avec : Shaïn Boumedine, Ophélie Bau, Salim kechiouch, Lou Luttiau, Alexia Chardard, Hafsia Herzi, Delinda Kechiche, Kamel Saadi
Scénario de : Abdellatif Kechiche, Ghalia Lacroix, d’après le roman « La Blessure, la vraie » de François Bégaudeau
Durée : 175 min
Genre : Drame, Romance
Date de sortie en France : 21 mars 2018
Distributeur : Pathé Distribution

Bande Annonce :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.