[Critique] Before Midnight (Richard Linklater)

before-midnight

Exactement neuf ans après Before Sunset, Richard Linklater livre un nouveau segment de sa fresque sentimentale avec Ethan Hawke et Julie Delpy. Encore une journée dans la vie de Jesse et Céline, où se rencontrent romantisme, responsabilités et tensions.

Promesses et compromis

Quel plaisir de retrouver Jesse et Céline, dix-huit ans après leur rencontre dans un train à Vienne dans Before Sunrise, neuf-ans après une nouvelle journée en leur compagnie à Paris dans Before Sunset. Bien que l’on puisse découvrir ce nouveau long métrage sans avoir vu les précédents, il est toutefois préférable de se charger du passé des amants en regardant les deux premières oeuvres. C’est la Grèce que prend pour cadre ce troisième opus et ce n’est plus un couple que l’on rejoint dans Before Midnight mais une famille. L’été s’achève et à l’aéroport, Jesse abandonne tristement son fils Henry, dont il n’a pas obtenu la garde suite à son divorce. En voiture, avec Céline, on découvre Nina et Ella, jumelles venues au monde au cours des neuf années qui nous séparent de notre dernière promenade avec Julie Delpy et Ethan Hawke. Les deux acteurs, toujours impliqués dans le processus d’écriture du scénario avec Linklater, offrent encore un jeu naturel des plus séduisants, ouvrant avec délicatesse une porte sur l’intimité de leurs personnages. Ce sont des tensions et une crise qui agiteront les deux quadragénaires, trouvant leur source dans ce besoin pour Jesse d’être plus proche de son fils. Pas de parallèle entre la crise d’un couple et la crise économique frappant le pays, c’est plutôt dans un cadre bucolique qu’évoluent les amants qui trouvent, au cours d’un repas, d’autres couples avec lesquels partager leurs idées et expérience. Ce repas chez un écrivain grec, offrant dans la saga une variété de personnages jamais connue auparavant permet de plonger dans un passionnant débat sur les différences entre l’homme et la femme, les jeunes couples, ceux soudés d’antan et même les relations sexuelles dans un avenir proche. Des personnages qui livrent des anecdotes savoureuses, drôles et ouvrant à la réflexion. Au-delà du romantisme pur, la force du triptyque de Richard Linklater a toujours été de toucher à des sujets d’une grande diversité dans un flux discursif dense, long mais jamais pesant.

before-midnight-delpy

Si la mise en scène reste inchangée, au service des acteurs et de leurs conversations, un tout autre climat habite Before Midnight. Le poids du temps et des enfants entraine Jesse et Céline sur des considérations plus que jamais adultes. Responsabilités parentales, équilibre personnel et solidité des sentiments sont les plus grandes thématiques abordées. Il apparaît aussi un élan féministe dans l’amertume et la colère qui gagnent à plusieurs reprises Céline. De son délicat rôle de mère à la position de la femme dans le couple en passant par sa carrière professionnelle, elle expose à Jesse tout un lot de reproches et craintes qui occasionneront la première dispute de ces amants que l’on imagine unis pour toujours, portés par le souffle romantique de Before Sunrise. Les réponses du conjoint, partagées entre un humour moqueur et déclarations parfois blessantes, confèrent une certaine âpreté à cette chronique. Pour la première fois, les considérations d’une possible rupture, sur un ton désenchanté et cynique, donne une gravité inédite aux échanges, au déroulement de cette journée qui fragilisera les fondations d’un grand amour à la tombée de la nuit. Mais le resserrement sur les sources de conflit dans une chambre d’hôtel expose les faiblesses d’un dispositif exploitant l’unité temporelle d’une unique journée. Certains éléments nécessitent un traitement où l’échange ne peut que se poursuivre grâce à l’écoulement de plusieurs heures ou jours. Dans le conflit naissant, les désaccords se retrouvent comprimés et enchainés avec un certain manque de logique, dans une volonté louable de développement, mais qui provoque des accrocs inédits dans l’authenticité de la situation. Des imperfections d’écritures apportées aussi par la nécessité de ne pas relayer le film (et la saga) comme une ode à la conversation et au romantisme le plus candide. Avant minuit, les promesses du coeur sont mises à l’épreuve et les compromis sont exposés dans le chagrin. Toujours sincèrement attachés à Jesse et Céline, Linklater, Delpy et Hawke nous livrent encore une belle et intelligente chronique sentimentale avec Before Midnight. On se donne rendez-vous dans neuf ans ?

3.5 étoiles

 

Before Midnight

before-midnight-afficheFilm américain, grec
Réalisateur : Richard Linklater
Avec : Julie Delpy, Ethan Hawke, Seamus Davey-Fitzpatrick, Jennifer Prior, Charlotte Prior, Ariane Labed, Athina Rachel Tsangari
Scénario de : Richard Linklater, Julie Delpy, Ethan Hawke
Durée : 109 min
Genre : Drame, Romance
Date de sortie en France : 26 juin 2013
Distributeur : Diaphana Distribution


Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. Un bon et beau film, mais un ton en-dessous des deux autres opus. Ici il est dommage que la dernière partie « dispute » soit trop tirée en longueur, un soupçon trop bavard également mais la première heure est pleine de grâce et de justesse… 2/4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *