Critique du film Casanova Variations

casanova-variations-malkovich

L’autrichien Michael Sturminger porte à l’écran sa propre pièce de théâtre avec Casanova Variations. Une œuvre audacieuse et épatante de vitalité, où brille avec incandescence John Malkovich.

Confluent des spectacles

Nous sommes sur le toit d’un bâtiment face à un théâtre. La nuit est tombée et le cadre tremble fébrilement. Des spectateurs se glissent dans le bâtiment pour assister à une représentation de The Giacomo Variations, pièce qui a donné naissance au film que nous découvrons. Dans la rue, Malkovich répète son texte, ou plutôt, le récite comme un mantra, habité par la parole de son personnage, Giacomo Casanova : l’acteur a besoin de variations, de ne jamais jouer deux fois de la même façon. Michael Sturminger aurait pu se contenter de filmer sa pièce de théâtre avec un brin de mise en abîme, mais le cinéaste s’engouffre vaillamment dans l’expérimentation stylistique : dans un château, une femme, Elisa (Veronica Ferres), vient à la rencontre de Casanova, alors bibliothécaire pour un compte et qui semble aussi repu qu’affamé de plaisirs charnels. Casanova Variations, entièrement filmé en caméra épaule, navigue entre la scène, où la salle sert aussi de terrain de jeu pour les comédiens, et une facette plus cinématographique, caché du regard des spectateurs. Et sur scène, le théâtre et l’opéra se relaient dans un mouvement d’une rare fluidité, où les personnages se démultiplient en retrouvant leur jeunesse, qu’il s’agisse de Casanova ou d’Elisa. La mise en scène, déstabilisante un temps, s’avère des plus vertigineuses alors que l’oeuvre joue aussi malicieusement avec digressions et éléments contemporains. Un moment, alors que John Malkovich est en dehors de la scène, une doctoresse qui avait voulu intervenir au début du spectacle pensant que l’acteur faisait réellement un malaise lui clame son admiration et s’enquiert de l’orientation sexuelle du comédien. Point de posture sérieuse, tout est permis.

casanova-variations-2

Inspiré des écrits « Histoire de ma vie » de Casanova, ce film hybride à la forme audacieuse plonge alors dans des épisodes de la vie du légendaire séducteur rêvant de noblesse. Elisa est envoyée par un commanditaire mystérieux pour glaner suffisamment d’informations sur la vie de Casanova afin de publier sa biographie – or, ce dernier a déjà commencé à mettre sur le papier sa vie marquée par la luxure et même l’inceste. Un duel se tient entre ces deux personnages tout au long du film et des anecdotes traversées. Mozart, interprété par l’ochestre académique de Vienne, galvanise l’audace formelle et structurelle de cette œuvre dont l’originalité déstabilisera probablement nombreux spectateurs. Les adeptes de Malkovich ainsi que les cinéphiles en manque de nouveaux horizons filmiques y trouveront un plaisir immense.

4 étoiles

 

casanova-variations-affiche

Casanova Variations

Film portugais, français, autrichien, allemand
Réalisateur : Michael Sturminger
Avec : John Malkovich, Veronica Ferres, Florian Boesch, Miah Persson
Titre original : The Casanova Variations
Scénario de :
Durée : 118 min
Genre : Drame, Biopic, Romance, Musical
Date de sortie en France : 19 novembre 2014
Distributeur : Alfama Films

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *