[Critique] Avengers (Joss Whedon)

Colossal projet de Marvel, The Avengers est le fruit d’une fastidieuse présentation des principaux super héros de la firme. Confié à Joss Whedon, connu pour ses créations TV (Buffy contre les vampires, Firefly, Doll House), ce long-métrage avait de quoi laisser sceptique. Grave erreur : le film se hisse sans mal au rang des plus grands divertissements cinématographiques de ces dernières années.

Blockbuster classe A

Il aura fallu découvrir une longue série de longs métrages bien souvent médiocres avant d’arriver à la réunion des avengers : hormis les Iron Man, peu de films issus des comics books Marvel sont parvenus à transposer leur univers avec succès au grand écran – le marteau de Thor résonne encore comme un impensable cauchemar ! On sentait une véritable précipitation dans la démarche du distributeur Walt Disney afin de lancer sa grosse machine avant le dernier opus de Batman par Warner Bros. – The Dark Knight Rises, en salle le 25 juillet 2012 -, une précipitation qui, naturellement, laissait envisager une catastrophe pour cet épisode se targuant de mettre en scène tous les super héros et personnages secondaires découverts auparavant. Il faut avouer que le casting réuni pour l’occasion a de quoi impressionner : Robert Downey Jr. (Iron man), Samuel L. Jackson (Nick Fury), Scarlett Johansson (La Veuve noire), Chris Evans (Captain America), Mark Ruffalo (Hulk), Jeremy Renner (Hawkeye), Thor (Chris Hemsworth), sans oublier Gwyneth Paltrow, Stellan Skarsgard, Clark Gregg ou encore Cobie Smulders ! Une belle brochette pour laquelle on supposait des sacrifices en terme de présence à l’image, comme ce fut le cas avec Expendables qui se concentrait sur Sylvester Stallone et Jason Statham. Eh bien non, ici, Joss Whedon a réussi à instaurer un incroyable équilibre au sein de sa fantastique galerie. Tout aussi impressionnant de la part du réalisateur et scénariste : chaque personnage est exploité pour ses caractéristiques propres, autant sur le plan psychologique que pour leurs aptitudes dans le feu de l’action.

Et l’action est bien l’un des points forts de ces Avengers : durant près de 2h30, des affrontements spectaculaires se relaient dans un véritable marathon. Le dieu Loki (Tom Hiddleston), découvert dans Thor , s’est emparé d’une source d’énergie illimitée jusque là gardée par le SHIELD. Son projet : envahir la Terre et mettre au rang d’esclave la race humaine. De la collaboration laborieuse entre les super héros jusqu’à leur unification face à l’adversité, Whedon multiplie les scènes de castagnes à couper le souffle dans des environnements offrant autant un superbe spectacle visuel qu’un parfait terrain de jeu pour ses personnages hauts en couleur : d’une forêt vierge aux rues de Manhattan en passant par une forteresse volante, chaque décor renouvelle la lutte à l’œuvre. Tel un gigantesque jeu vidéo dans lequel le spectateur serait plongé, Avengers procure un plaisir de tous les instants, même dans les moments de répit. Bien que les étincelles procédant des différents caractères contraints à s’entraider soit déjà source de bonheur, notamment grâce au cynisme et à l’orgueil de Tony Stark – Robert Downey Jr. est plus que jamais à l’aise dans la peau du milliardaire –, il est plaisant d’observer une évolution chez tout un chacun. Scarlett Johansson, déjà acrobatique et sexy dans Iron Man 2, révèle toutes les capacités manipulatrice de son personnage ainsi qu’un sombre passé ; le Nick Fury de Samuel L. Jackson impose son statut de leader du SHIELD ; Mark Ruffalo dépeint un Bruce Banner (Hulk) serein, désabusé et attachant ; Cobie Smulders, dans le rôle de l’agent Maria Hill, dernière arrivée dans la bande, brille par son charisme et sa pugnacité.

Bien entendu, ce galvanisant feu d’artifice numérique est loin d’atteindre la finesse d’écriture des Batman de Christopher Nolan, mais la simplicité de la trame, non dénuée de rebondissements intéressants, contribue à l’efficacité du film. L’univers de Marvel comics ne se restreint plus aux fans de Marvel comics : l’association de ces supers personnages hétéroclites dans un combat pour sauver la planète touche enfin à l’universel. Alors que les enjeux sont souvent traités avec un sérieux parfois désagréable, Avengers affiche également des touches d’humour aussi dévastatrices que les poings de Hulk, parachevant de faire de ce blockbuster un incontournable pour les amateurs d’action. Seule légère ombre au tableau : une exploitation du film en 3D (procédé appliqué en post-production) qui, bien qu’elle soit de bonne facture, alourdie la note aux guichets des cinémas. Mais qu’importe, puisque Joss Whedon a réussi l’exploit d’orchestrer un spectacle dantesque et jouissif à partir d’une source aussi féconde que périlleuse : chapeau bas !

4.5 étoiles

 

Avengers

Film américain
Réalisateur : Joss Whedon
Avec : Robert Downey Jr., Samuel L. Jackson, Scarlett Johansson, Mark Ruffalo, Jeremy Renner, Chris Hemsworth, Chris Evans, Tom Hiddleston, Cobie Smulders, Clark Gregg, Stellan Skarsgård, Gwyneth Paltrow
Titre original : The Avengers
Scénario de : Joss Whedon et Zak Penn, d’après l’oeuvre de Stan Lee et Jack Kirby
Durée : 142 min
Genre : Action, Science-fiction, Aventure
Date de sortie en France : 25 avril 2012
Distributeur : The Walt Disney Company France


Bande Annonce (VOST) :

Vous appréciez cet article ? Partagez-le avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

8 commentaires sur “[Critique] Avengers (Joss Whedon)”

  1. alexc dit :

    Merci pour la critique, ça m’a l’air sympa comme film!

  2. Marvelll dit :

    C’est qui qui l’avait dit? C’est qui qui l’avait dit! Rien qu’à l’annonce du nom de Whedon, on pouvait être déjà rassuré ^^

  3. Dom dit :

    @Marvelll : j’étais sceptique jusque dans la salle de cinéma, mais j’aime bien cet état d’esprit, ça évite d’être déçu et ne peut donc garder que des surprises ! (J’appréhende pas mal pour The Dark Knight Rises, j’ai comme un mauvais pressentiment alors que toute la filmographie de Nolan me plait.)

  4. la méthode dit :

    C’est rare mais je suis du même avis que Dom. Je le sens mal le prochain Nolan mais j’espère me tromper.

  5. Dom dit :

    @La méthode : j’ai quelques craintes aussi pour le nouveau Nolan, mais, elles sont assez infondées je suppose. C’est surtout que je n’arrive pas à imaginer Anne Hathaway se glisser dans la peau de Catwoman. Mais bon, j’espère être agréablement surpris cet été.

  6. Jane dit :

    Super film.

  7. bfg666 dit :

    Pas encore vu, je l’ai honteusement raté au cinéma. J’avoue que j’avais un peu peur du résultat : Whedon est globalement excellent à la télé et dans les comics, mais souvenez-vous de Serenity… Et puis il faut bien dire que les derniers navets made in Marvel n’ont rien fait pour rassurer le chaland ! Mais ta critique me donne envie de me mordre les doigts de m’être secoué trop tard pour pouvoir le voir dans les salles obscures – il joue peut-être encore dans une ou deux salles mais si c’est pour le voir sur un écran moisi à peine plus grand que la nouvelle télé qui trône fièrement dans mon salon, autant économiser 10 neuros et acheter directement le Jean-Claude Blu-Ray qui sortira dans trois mois.

    A propos du Batman : Pour moi, la Catwoman ultime restera toujours Michelle Pfeiffer et j’ai bien peur que, même si elle l’incarnera obligatoirement mieux que Halle Berry, Anne Hathaway ne soit un peu trop sage et lisse pour le rôle. Mais c’est vrai que Pfeiffer avait elle aussi un peu cette image avant de passer à la moulinette Burton.
    Et pour ce dernier film, au lieu de Bane, j’aurais apprécié de voir un bad guy plus emblématique de Bats, comme le Pingouin ou Enigma. Ceci dit, même si Bane est un personnage relativement récent dans la ménagerie de Gotham, c’est tout de même celui qui brise la colonne vertébrale de Batman dans le comics, ce qui peut expliquer ce choix pour la fin de la saga. En tout cas, je fais confiance au tandem Nolan/Bale pour nous offrir un bouquet final digne des deux premiers épisodes.

  8. Dom dit :

    @bfg666 : ensuite, comme je le rappelle souvent ici, je ne connais pas les comics books, et certains n’ont pas aimé le film car ils sont attachés au comic qui serait… bafoué ici. Je le prends comme un superbe divertissement, voilà tout.

    Quant à Batman, tu peux si tu veux lire ma chronique, mais Anne Hathaway se trouve dans un rôle bien différent de la Catwoman de Pfeiffer et donne une très belle interprétation.

Laisser une réponse