Critique : Iron Man 2 (Jon Favreau)

Iron Man 2

Iron Man 2
Film américain
Réalisateur : Jon Favreau
Avec : Robert Downey Jr., Gwyneth Paltrow, Don Cheadle, Mickey Rourke, Sam Rockwell, Scarlett Johansson, Samuel L. Jackson
Scénario de : Justin Theroux
Directeur de la photographie : Matthew Libatique
Monteurs : Richard Pearson, Dan Lebental
Durée : 124 mn
Genre : Action, Science-fiction
Date de sortie en France : 28 avril 2010

 

 

 

 

 

Synopsis :

Tony Stark (Robert Downey Jr.) a révélé au monde qu’il est Iron Man. Plus que jamais sous les feux de la rampe, le milliardaire se voit pris à partie par l’armée américaine qui souhaite s’emparer de son armure qui suscite également l’envie d’un concurrent dans l’armement, Justin Hammer (Sam Rockwell).

 

Bande Annonce (VO) :

 

Critique

Avant tout, je tiens à préciser que je ne suis pas un amateur de comic book et super héros en tout genre. J’adore les Batman de Christopher Nolan, c’est un fait, mais concernant le reste, eh bien, la seule chose qui puisse me pousser à voir une adaptation de BD est la présence d’acteurs que j’apprécie. Ainsi, je suis allé voir Iron Man, premier du nom, pour voir Robert Downey Jr., Jeff Bridges et Gwyneth Paltrow. Au final, je dois avouer que le film m’avait assez séduit. Pour ce deuxième épisode, Jon Favreau gonfle le casting de son métrage en se permettant de réunir Mickey Rourke, Sam Rockwell, Scarlett Johansson ainsi que Samuel L. Jackson, en plus de Robert Downey Jr. ainsi que Gwyneth Platrow qui répondent bien sûr à l’appel – à noter que le personnage du Lieutenant-colonel Jim Rhode interprété par Terrence Howard dans le précédent film est désormais joué par Don Cheadle. Bref, du lourd et de quoi draguer une population hétéroclite dans les salles obscures.

Iron Man 2 - Ivan Vanko

Le célèbre groupe de hard rock AC/DC ouvre à nouveau le spectacle où Iron Man fait son show à sa propre exposition, toujours bien entouré de demoiselles aux tenues peu recommandables pour entrer dans un couvent. Alors que l’armure de Tony Stark éveille la plus grande avidité de la part de l’armée américaine ainsi que de son concurrent Justin Hammer, personne ne pourrait soupçonner qu’une nouvelle menace va venir de Russie en la personne d’Ivan Vanko, interprété par un Mickey Rourke qui semble fâché du succès du beau gosse plein aux as. Et oui, si jadis Mickey fut un playboy, à côté de Bob, il ne vaut plus un clou aujourd’hui. Trêve de plaisanteries, Ivan n’est pas seulement une masse de muscles mais un cerveau capable d’assembler un réacteur Arc similaire à celui conçu par Tony. Son équipement et son animosité envers Iron Man donne lieu à ce qui est probablement la meilleure scène d’action du film en plein circuit de Monaco.

Iron Man 2 - Pepper & Tony

Iron Man (2) ?

A mes yeux, ou plutôt, à mes tympans, le principal défaut du premier Iron Man se logeait dans sa bande originale, fade et répétitive, ce qui avait pour conséquence de nuire à de nombreuses séquences. Sur ce point particulier, l’amélioration est indéniable sans pour autant marquer l’esprit. En contrepartie, une nouvelle lacune de taille fait son apparition : un scénario sans aspérité, simple et peu intriguant. Tout est convenu et mené à une vitesse inversement proportionnelle aux déplacements aériens de l’homme de fer, imposant de nombreux temps morts entre les scènes d’action de qualités inégales. Cependant, elles ont le mérite d’être parfaitement lisibles, à des années-lumières des shaky-cam au montage épileptique à la mode chez les réalisateurs de films d’action. On retrouve également les mêmes ficelles dans les pointes d’humour et c’est globalement tout le film qui sent un peu le réchauffé. Heureusement, les nouveaux arrivants, qu’ils soient très présents ou non à l’écran, lui insufflent le minimum de fraicheur nécessaire pour ne pas sombrer. Car oui, ce n’est pas un film à « performance d’acteurs », mais ce sont pourtant eux qui le tiennent sur leurs épaules.

Iron Man 2 - Rhode & Tony


Difficile d’être surpris par le fils des évènements, le point le plus lourd étant la collaboration niaise de Hammer avec Ivan, pivot du film. Même un gamin de 8 ans serait capable de capter que le Russe n’en ferait qu’à sa tête une fois à la tête d’une usine d’armement de haute technologie. Ce qui nous amène à une scène de combat final où Jon Favreau confirme encore une fois qu’il est incapable de gérer convenablement un climax, qui à mes yeux, est encore moins excitant que celui du premier Iron Man. J’adore aussi les mouvements de foule où tout s’effondre et explose mais où personne ne froisse sa veste, parfois, on se croirait devant un Disney – bien sûr, ce n’est qu’un détail.
Conclusion

Iron Man 2 s’inscrit dans la lignée du premier opus mais n’apporte rien d’autre qu’une nouvelle galerie de personnages et scènes d’action. Jon Favreau dévoile ses limites (ou son incapacité) pour développer l’univers qu’il a porté au cinéma, ce qui sera sûrement très préjudiciable à un éventuel troisième volet. Mais je vais rester sur le présent pour conclure qu’Iron Man 2 reste tout de même, un bon divertissement.

Note : 7/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

5 commentaires

  1. J’ai vraiment bien apprécié le premier opus mais je n’ai toujours pas vu celui-ci qui semble en avoir déçu plus d’un apparemment 🙁

  2. 7/10 ? avec la critique je pensais que t’allais mettre moins de 5..

  3. Mathilde, disons que je n’ai pas trouvé le film désagréable non plus. C’est parfaitement le type de film à consommer une fois. D’où ma note de 7.
    Tu l’as vu ? Qu’en as tu pensé ?

  4. j’ai pas vraiment apprécié. je me suis même carrément ennuyé. la seule scène que j’ai aimé c’est la bagarre pendant la course de voiture
    sinon le reste j’ai été déçue, surtout pour la prestation de scarlett et sa misérable scène dans le couloir contre les agents qui devait à la base nous couper de souffle. au final ça dure 3sd et ya tellement de gros plans qu’on voit rien.

  5. Oui la partie à Monaco est le meilleur passage du film… et qui arrive vite !
    Je pense que le film est plus appréciable selon l’intérêt que l’on porte pour les acteurs ; adorant Sam Rockwell qu’on ne voit pas souvent, même s’il cabotine un peu dans ce rôle, m’a fait plaisir.
    Pour Scarlett Johansson, disons que sa scène est courte mais niveau lisibilité, j’ai vu pire dans de récents films d’action. Au moins, c’est sympa de la savoir se surpasser pour une séquence, elle qui n’était pas possible de faire courir auparavant !
    Mais en tout cas je comprends ta déception, je pense que, si j’étais amené à revoir le film, je serais moins clément…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *