Critique : Old

Bien que le concept au cœur de Old semble sortir de l’imagination du cinéaste derrière Sixième sens, il s’agit d’une adaptation d’un roman graphique de Pierre-Oscar Lévy et Frederik Peeters, Château de sable. Mais le concept fascinant tourne rapidement à la petite série B, avec un dénouement qui évite toutefois la catastrophe.

Le temps qui court

Être bloqué sur le rivage d’une plage paradisiaque n’est pas le pire des supplices, d’autant plus avec de la nourriture et de la compagnie : mais lorsqu’un phénomène accélère à une vitesse incroyable le vieillissement, il n’est plus question de profiter du soleil et du sable fin. L’action débute dans un hôtel luxueux sur une île. Certains clients comme la famille de Prisca (Vicky Krieps) et Charles (Gael García Bernal) se voit même proposés d’être conduits près d’une plage secrète où ils pourront encore plus profiter des vacances, avec une poignée de privilégiés. Après avoir traversé un canyon, leur arrivée sur les lieux tourne tout de suite au cauchemar : une jeune femme décédée est retrouvée au bord de l’eau, faisant du seul homme présent auparavant un potentiel meurtrier. Impossible d’aller chercher de l’aide : rebrousser chemin conduit à des maux de tête terribles qui reconduisent vers la plage. Absence de réseau et impossibilité de nager en dehors de la crique rendent la situation tendue : et les phénomènes inexplicables vont continuer, la doyenne rendant subitement son âme et les plus jeunes enfants devenant des adolescents.

Une vie en accélérée dans un cadre paradisiaque : peu de place pour philosopher sur le rapport au temps, les adultes n’ont que quelques heures à vivre, d’autant plus que des maux se développent aussi à grande vitesse, tumeurs comme maladies mentales. Si la mise en scène tout en mouvement et jouant avec le hors-champ séduit, Old souffre rapidement de cette impossibilité de se lier émotionnellement aux personnages, campant une fonction définit par leur métier. Dialogues parfois hasardeux tout comme une direction d’acteur imprécise nous conduisent à ne rien ressentir pour cette petite famille, et pire encore pour les autres personnages, avec probablement en tête la superficielle Chrystal (Abbey Lee). Pour ce qui est des enfants, c’est le concept même du film qui dresse une barrière : les changements de comédien au fil de leur évolution obstruent toute connexion. Avec une musique développant une atmosphère angoissante au forceps, le nouveau M. Night Shyamalan ressemble à une petite série B où les morts s’enchaînent sans la moindre émotion. Pourtant, le cœur du film possède un certain charme désuet, un charme émanant en partie des défauts qui seront rédhibitoires pour certains, et qui laisse toujours planer le mystère : que se passe-t-il ici et pourquoi ?

Bien que l’exécution et le montage de l’acte final laissent à désirer – on a la sensation que le film a été montré en projection test et présenté ainsi pour satisfaire un public qui doit être guidé par la main –, Old marque des points en révélant ses enjeux. L’ensemble résonne d’ailleurs étrangement avec la situation que nous traversons actuellement, sans entrer dans des détails qui dévoileraient le mystère à préserver pour aller au bout de cet étrange séjour. Suite à Split et Glass, on aurait adoré retrouver un M. Night Shyamalan qui nous prend aux tripes avec un suspense de haut niveau : nous retrouvons les travers de certaines des ses œuvres du début des années 2000. Et si certains films se bonifient avec le temps, il est peu probable que Old s’inscrive dans cette lignée.

3 étoiles

 

Old

Film américain
Réalisateur : M. Night Shyamalan
Avec : Vicky Krieps, Gael García Bernal, Rufus Sewell, Alex Wolff, Thomasin McKenzie, Abbey Lee, Nikki Amuka-Bird, Ken Leung, Aaron Pierre
Scénario de : M. Night Shyamalan, d’après un roman graphique de Pierre-Oscar Lévy et Frederik Peeters
Durée : 108 min
Genre : Fantastique, Thriller
Date de sortie en France : 21 juillet 2021
Distributeur : Universal Pictures International France

 

Photos du film Copyright 2021 Universal Studios. All Rights Reserved.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

2 commentaires

  1. Un Shyamalan de série, inégal mais intéressant, il manque une cohérence plus logique dans les vieillissements surtout du couple Krieps/Bernal. Le réalisateur ne surprend plus depuis longtemps…

  2. Récemment j’ai adoré « Split » et « Glass ». Même « The Visit » avec ses défauts a un certain charme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.