Critique : Call Me by Your Name

Luca Guadagnino parachève son triptyque sur le désir en grande pompe puisque Call Me by Your Name récolte 4 nominations aux Oscars avec à la clé un prix, celui du Meilleur scénario adapté par James Ivory à partir du roman éponyme d’André Aciman. Une histoire d’amour vivifiante qui réunit Armie Hammer et Timothée Chalamet sous le soleil de Lombardie.

Premier amour

Un été d’insouciance dans le milieu bourgeois au Nord de l’Italie. C’est le cadre idyllique dans lequel se déroule la romance homosexuelle de Call Me by Your Name, projet de longue date pour Luca Guadagnino. Cet été 1983 – le SIDA commençait tout juste à exposer la nature de son fléau sans encore entraver les mœurs en matière de sexualité –, Elio (Timothée Chalamet) cède comme à l’accoutumée sa chambre à l’invité de son père, le professeur Perlman (Michael Stuhlbarg), spécialiste de la culture gréco-romaine. Cette année, c’est un brillant étudiant américain qui va vivre chez les Perlman, Oliver (Armie Hammer). Dans ce milieu cultivé, les langues s’entremêlent, au sens littéral comme au sens figuré : le film se déroule en mélangeant le français, l’anglais et l’italien avec sa galerie de personnages satellites cosmopolites. La rencontre est presque ordinaire entre Elio et Oliver, mais chez l’adolescent, quelque chose se déroule à chaque échange, à l’observation de chaque échange. Pourtant, les deux hommes sont dans les bras de jeunes nymphes, ou peut-être que lorsqu’Elio voit Oliver embrasser Chiara (Victoire du Bois), il se décide alors à sauter le pas avec son amie Marzia (Esther Garrel). Au fond, le désir mutuel semble presque naître d’une envie spontanée, d’une envie d’essayer, le plus jeune se cherchant sexuellement, et le plus âgé voyant probablement l’occasion d’avoir une aventure inédite.

Dans sa représentation de l’acte sexuel, le cinéaste italien reste particulièrement pudique, peut-être trop parfois alors qu’il devrait montrer l’ivresse de la passion entre les deux hommes, amour interdit qui provoquera le plus grand émoi chez Elio tandis qu’Oliver, plus mûr, semble savoir parfaitement que tout s’arrêtera le jour du retour vers sa patrie. Tourné en pellicule, le film possède un éclat charnel révolu et si séduisant avec ses déambulations dans une Italie enchanteresse. Toutefois, quelque part, il semble manquer des rouages dans la logique narrative et amoureuse de Call Me by Your Name, mais toutes les faiblesses sont balayées par Timothée Chalamet, à l’ascension désormais certaine. Découvert il y a quatre ans dans Interstellar – œuvre de SF qui plaçait l’amour en son cœur –, le franco-américain, qui apparaît aussi en musicien ténébreux dans Lady Bird, déploie un jeu qui ne repose pas simplement sur sa sensualité juvénile, mais un corps qu’il meut avec fougue – ces pas de danse – et une passion qu’il se doit de contenir avec peine. Exaltation libératrice à l’abri des regards, que ce soit au sommet de la villa ou dans un grenier oublié. Marquée par la suave mélancolie de la musique de Sufjan Stevens, cette chronique solaire où la figure maternelle – jouée par Amira Casar – se place étrangement en retrait trouve un épilogue remarquable, conversation fine et sincère entre un père et son fils qui place les mots justes sur des émotions vives. Et l’été cédera subitement place à l’hiver, où le premier amour n’est déjà plus que le souvenir mélancolique d’une passion dont la chaleur ardente n’aura peut-être jamais d’égal à l’avenir. En saisissant les oscillations vertigineuses du cœur, Call Me by Your Name sculpte une délicate chronique sentimentale.

3.5 étoiles

 

Call Me by Your Name

Film français, italien, américain, brésilien
Réalisateur : Luca Guadagnino
Avec : Timothée Chalamet, Armie Hammer, Michael Stuhlbarg, Esther Garrel, Amira Casar, Victoire Du Bois, Vanda Capriolo
Scénario de : James Ivory, d’après le roman éponyme d’André Aciman
Durée : 132 min
Genre : Drame, Romance
Date de sortie en France : 28 février 2018
Distributeur : Sony Pictures Releasing France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *