Critique : Centaure

Cinquième long métrage du cinéaste kirghiz Aktan Arym-Kubat, Centaure témoigne d’une société dont l’évolution a rompu violemment avec les valeurs ancestrales d’une contrée. Un drame d’une belle simplicité, témoignant des tristes transformations opérant dans les plus petits états de l’ancien bloc de l’URSS.

Valeurs ancestrales

Centaure (Aktan Arym-Kubat) mène une vie paisible dans son village. Marié à une femme muette, il est le seul garant de la parole pour leur jeune fils. Une nuit, cet homme épris de cinéma va voler un cheval de course, dans le seul but de le chevaucher sous la voûte céleste, les bras écartés, comme si lui et sa monture ne formaient plus qu’un être fantasmagorique, capable de gagner les airs. Le lendemain, son inquiet propriétaire qui a mis tous ses hommes à la recherche du précieux animal le retrouvera sain et sauf, prenant comme bouc émissaire un homme réputé pour ses vols de chevaux… C’est en raccompagnant une jeune femme sur la route de son domicile que Centaure commence à s’attirer les foudres de sa communauté, jusqu’à tomber dans un piège sournois lors du vol d’un deuxième animal…

La raison du geste de Centaure ? Le besoin de renouer avec les traditions ancestrales, quand la communauté n’était pas encore divisée, entre ces nouveaux soldats du capitalisme et ces nouveaux fidèles à l’Islam, deux branches poussant loin des racines de ce pays situé au Sud du Kazakhstan. Un tribunal populaire doit désigner la punition infligée à Centaure, et, ayant sensibilisé son cousin à son geste, l’homme qu’il a volé, elle se limitera à un rangement dans la religion islamique où, là aussi, son geste est mal interprété. De tempérament désinvolte, Centaure se montre incapable de se conformer à la rigidité religieuse, allant jusqu’à troubler la prière en projetant un film dans le lieu de culte – la salle de cinéma ayant disparu au profit de la salle religieuse. D’une grande simplicité dans sa mise en scène, dans le déroulement tout en douceur de son récit, ce film qui nous offre un regard sur une partie du monde ignorée de l’Europe Occidentale témoigne des troubles contaminant insidieusement un territoire, sans aucune violence, si ce n’est celle de ne plus respecter ceux qui ont gardé, en eux, le sens des traditions, de l’héritage. Dans un monde en péril, la lueur d’espoir réside peut-être dans la voix d’un petit garçon…

3.5 étoiles

 

Centaure

Film Kirghiz, Néerlandais, Allemand, Français
Réalisateur : Aktan Arym-Kubat
Avec : Aktan Arym-Kubat, Zarema Asanalieva, Nuraly Tursunkojoev, Taalaikan Abazova
Titre original : Centaur
Scénario de : Ernest Abdyjaparov, Aktan Arym-Kubat
Durée : 89 min
Genre : Drame
Date de sortie en France : 2018
Disponible en DVD et Blu-ray depuis le 2018
Distributeur : Epicentre Films

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *