Critique : La Région sauvage

Couronné du Prix du Meilleur réalisateur à la 73ème Mostra de Venise, Amat Escalante voit son quatrième long métrage, La Région sauvage, gagner le rang des rayons blu-ray et DVD à partir du 3 mai 2018. L’occasion de se pencher sur le film le plus singulier et probablement le plus réussi du cinéaste mexicain.

Jouissance mortifère

Pour sa première incursion dans le cinéma fantastique, à tendance erotico-horrifique, Amat Escalante convoque des visions qui mêlent l’esprit de Carlos Reygadas à Lars Von Trier période Antichrist/Melancholia. Une image cosmique d’un astéroïde précède l’étrange rapport sexuel entre Veronica (Simone Bucio) et une créature hors champ, dont l’unique membre à l’image, une tentacule, pénètre langoureusement la jeune femme en pleine extase. La scène se déroule dans une cabane au milieu des bois, dans un secret entretenu par un couple de scientifiques. En ville, Alejandra (Ruth Ramos) n’éprouve aucun plaisir dans sa vie de mère de famille, surtout avec un mari qui lui fait l’amour mécaniquement, Angel (Jesús Meza), lui-même trouvant du plaisir dans une relation interdite avec le frère de sa femme, Fabián (Eden Villavicencio), infirmier qui s’occupera des blessures de… Verónica. Grâce à ces quatre protagonistes, Escalante s’attaque à la sexualité et au plaisir de façon frontale. D’un côté il y a cette relation homosexuelle qui doit être gardée secrète par sa nature sur un territoire loin d’être ouvert et tolérant, de l’autre, une créature extraterrestre qui semble se nourrir du plaisir qu’elle peut susciter, jusqu’à l’excès, mettant en danger son ou sa partenaire. Développant une singulière atmosphère, notamment grâce à sa musique, La Région sauvage suscite le trouble mais manque un peu sa composition sur deux tableaux.

Au cœur du film, l’intrigante créature est longuement écartée pour se concentrer sur les rapports sociaux de ces personnages alors que Fabian a été retrouvé sans connaissance non loin de la fameuse cabane. Là encore, le cinéma d’Amat Escalante expose sa fragilité narrative, car les deux versants constituant La Région sauvage partagent un sommet exploité sans la finesse qui aurait pu rendre le film terriblement étrange et inquiétant. Il y a même une forme d’évidence qui se retrouve mise en œuvre bien tardivement, lorsque Veronica entraîne Alejandra auprès de cet être dont chaque mouvement, chaque membre semble dévoué à la jouissance sexuelle. Pourtant, malgré son système narratif défaillant, le film d’Escalante repose parfaitement sur son atmosphère et ses comédiens méconnus – et c’est d’ailleurs la première fois que le réalisateur mexicain travaille avec des acteurs professionnels. Associant le plaisir et la mort sur le domaine de l’étrange dans un espace rudimentaire au cœur de la nature, où l’autel n’est autre qu’un matelas au sol, Escalante compose une œuvre déroutante sur la sexualité et sa place dans une société où tout un chacun souffre silencieusement pour ne pas s’extirper du moule de la conformité. Que gagne-t-on et que perd-on de soi dans l’extase sexuelle ? Eléments de réponse au coeur d’une forêt enchanteresse et délicatement effrayante.

3 étoiles

L’édition DVD, testée pour cette chronique, propose de découvrir le film en version originale avec deux pistes audio en Dolby Digital : stéréo et 5.1. Dans la section des bonus se trouve un making-of bien fourni de 59 minutes et un entretien de 11 minutes avec Amat Escalante permet d’apporter un éclairage supplémentaire sur le film et sa réalisation. La bande annonce du film y est aussi présente.

 

La Région sauvage

Film mexicain, danois, français, allemand, norvégien, suisse
Réalisateur : Amat Escalante
Avec : Simone Bucio, Ruth Ramos, Jesús Meza, Eden Villavicencio
Titre original : La región salvaje
Scénario de : Amat Escalante, Gibrán Portela
Durée : 98 min
Genre : Drame, Science-fiction, Horreur
Date de sortie en France : 19 juillet 2017
Disponible en DVD et Blu-ray à partir du 3 mai 2018
Distributeur : Le Pacte

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.