Critique : Irréprochable

Premier film de Sébastien Marnier, évoluant dans le monde de l’écriture et du journalisme, Irréprochable offre une rôle stupéfiant de sociopathe à Marina Foïs. Rarement la comédienne n’aura été aussi fascinante que dans ce thriller qui se montre tout à fait réussi.

Désaxée

Alléluia ! Voilà un cinéaste français qui débarque comme une fleur pour nous livrer un thriller détaché des codes du cinéma américain. Un cinéaste avec un vrai talent d’écriture, malin sans trahir le spectateur et doté d’un regard intéressant. Irréprochable est le portrait d’une femme en pleine chute : sans logement ni travail, elle quitte la capitale pour revenir dans sa ville d’origine en Poitou-Charentes où elle compte bien récupérer son job d’agent immobilier dans l’agence même qu’elle avait quitté sans préavis. Une volonté de reconstruction qui révèle, au fil des rencontres, l’énigmatique passé de cette femme manipulatrice et mythomane. Une femme qui pourrait être absolument repoussante mais que Marina Foïs rend fascinante. Fascinante par ses vils plans et actions, mais également fascinante face aux conséquences inattendues de ses actes. Dans son ancienne agence, impossible pour elle de récupérer sa place, par faute de moyens avant tout. Il y a pourtant une jolie jeune femme derrière son ancien bureau, Audrey (Joséphine Japy, lumineuse de candeur), qui a accepté de travailler sans salaire fixe, uniquement sur les commissions. Renouant contact avec un ex de l’agence, Philippe (Jérémie Elkaïm), Constance glane des infos sur sa concurrente afin de mieux s’approcher d’elle et de la sortir de la partie. Machiavélisme à l’œuvre.

irreprochable-fois-japy

En parallèle, sur le plan sentimental, Constance a fait la rencontre d’un bon parti dans un train, Gilles (Benjamin Biolay, naturellement ténébreux). Mais leur relation, avant tout physique, peine à mener à quelque chose de concret qui pourrait alors la sortir de sa triste situation financière. Si le mental démange et dérange, le physique impressionne : Constance est une vraie machine, qui avale les kilomètres sans peine et enchaîne avec les exercices de fitness à une allure effarante, si bien que la jeune Audrey ne parvient pas à rivaliser avec la cadence de sa fausse amie. Pour développer son atmosphère malsaine, Sébastien Marnier a fait appel à l’électronique du groupe Zombie Zombie, dont l’influence américaine n’altère en rien les qualités françaises de l’œuvre – non je ne suis pas chauvin, mais c’est un tel plaisir d’être face à ce type de thriller ! Irréprochable, c’est le portrait d’une femme prête à tout – coucou Gus Van Sant ! -, et qui, dans sa détermination, ne voit aucune limite ni barrière. D’où l’effroi et la stupéfaction qu’elle se montre capable de susciter en nous : quels que soient ses actes, Constance trouve toujours justification, ou le positionnement en victime. Une vraie désaxée, à la fois produit d’une société concurrentielle que de troubles psychologiques prononcés. Avec son suspense dosé, Irréprochable trace une infâme quête de réussite qui passe par l’écrasement de l’autre. Frissons garantis. On donne rendez-vous à Marina Foïs à la prochaine cérémonie des César tout en espérant que Sébastien Marnier poursuivra cette même route dans le cinéma.

3.5 étoiles

 

irreprochable-affiche

Irréprochable

Film français
Réalisateur : Sébastien Marnier
Avec : Marina Foïs, Jérémie Elkaïm, Joséphine Japy, Benjamin Biolay, Jean-Luc Vincent
Scénario de : Sébastien Marnier
Durée : 103 mn
Genre : Thriller
Date de sortie en France : 6 juillet 2016
Distributeur : Memento Films Distribution

Bande Annonce :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. Marina est l’actrice parfaite pour ce rôle.
    Enfin un bon thriller français!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *