[Test Blu-ray] Dark Star, réalisé par John Carpenter

dark-star-bluray

Fiche Technique :

Dark Star (1974) réalisé par John Carpenter
Avec : Brian Narelle, Cal Kuniholm, Dre Pahich, Dan O’Bannon
Durée : 83 min
Genre : Science-fiction
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 ; Anglais, Français DTS-HD Master Audio 1.0
Sous-titres : Français
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Carlotta Films

 

 

 

Synopsis :

« Dark Star » est un vaisseau spatial chargé de détruire les planètes qui encombrent le système solaire. Alors qu’il s’apprête à lancer une nouvelle bombe, une avarie se produit.

Le film :

Premier long métrage de John Carpenter, Dark Star est son film de fin d’étude, comédie spatiale dans laquelle un vaisseau qui a quitté la Terre depuis de nombreuses années vogue dans la galaxie non pas à des fins exploratrices mais pour détruire des planètes dites « instables », qui pourraient un jour quitter leur orbite et menacer notre planète bleue. Avec quatre gus qui s’ennuient fermement de leur éloignement terrestre, le film de Carpenter tourne la science-fiction spatiale à la dérision. Les conversations entre les bombes et l’équipage parodie ce qui se produit avec HAL 9000 dans 2001 : l’odyssée de l’espace de Kubrick tandis que la compagnie d’un étrange alien préfigure déjà avec humour d’emblématiques créatures extraterrestre comme les xénomorphes de Ridley Scott – Dan O’Bannon, acteur et scénariste ici, sera l’auteur des scénarios d’Alien et de Total Recall. Avec son petit budget, le film s’avère kitsch sans être minable, mais le jeu très moyen des comédiens ainsi qu’une tendance à tourner au film à sketch font de cette première œuvre une curiosité guère appréciable – de nombreuses situations humoristiques ont également pris un mauvais coup de vieux. Il y a pourtant quelques belles trouvailles visuelles et plans intéressants, mais surtout un dernier acte absolument génial, qui ferait presque pardonner toutes les errances, mais Dark Star manque réellement d’intensité. Un film toutefois original.

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :

On peut saluer la propreté de ce master HD qui ne présente aucun signe de détérioration. Hélas, la satisfaction n’est pas au rendez-vous, la faute à un piqué très faible, hormis sur quelques gros plans. Il est sûr que certains plans doivent être, de part le matériel de base – film de fin d’études tourné en 16 mm –, irrattrapables à ce niveau, mais il est bon de signaler que le film offre une image qui manque de netteté, loin de ce qu’on peut voir sur des films de la même époque. Autre problématique, lors des scènes à tendance monochrome, où les couleurs rouges ou magenta saturent et avalent les détails. Rien à reprocher par contre sur les contrastes. Sans être catastrophique, Dark Star se montre peu plaisant en terme d’image.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Trois pistes en DTS-HD Master audio, du mono en anglais et en français ainsi qu’une version originale remise à jour avec du 5.1. Rien de transcendant sur cette dernière car la spatialisation se montre discrète et les effets sonores utilisés dans le film sont assez limités. Les rares musiques montrent peu de vitalité tandis que le canal des voix est globalement propre – peut-être un peu de saturation sur quelques répliques mais cela peut provenir de la prise de son. En résumé, des qualités sonores correctes qui brillent avant tout par leur diversité.

– Bonus :

Les bonus sont en haute définition.
– Let there be light : l’odyssée de Dark Star, documentaire de Daniel Griffith qui revient sur le tournage du film (117 min).
– Bande annonce

Annotations :

Le film est proposé dans sa version cinéma (83 min) ainsi que sa version director’s cut, plus courte (71 min).

 

Film :
2.5 étoiles
Image:
2.5 étoiles
Son :
3.5 étoiles
Bonus :
3.5 étoile
Avis Global :
2.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

4 commentaires

  1. Hello,
    effectivement, Dark star a pris un coup de vieux, mais cela fait déjà 20 ans. Je suis un fan de Carpenter ( et de Dan o’Bannon).
    Le film est un essai d’étudiant, et comme il se doit à quelques rares exceptions (je pense a « Duel » de Spielberg), il est raté (également long et très ennuyeux).
    Si en plus le Blu ray n’est pas terrible (alors que le dvd se trouve à environ 1€) cela ressemble une fois de plus à une arnaque destiné aux fans collectionneurs. C’est pourtant pas l’habitude de Carlotta.
    Peut-être « let there be light » vaut-il le coup??? Mais pas à 16€.
    Et comme j’ai envie de flinguer un autre film pour le plaisir, Darstar est 1000 fois mieux que « After earth », grosse daube au budget indécent et au scénario ridicule. Je parle pas du jeux d’acteur du fils de Smith, ni de voir Will ne rien faire durant deux heures.
    HAAaa, ça fait du bien…

  2. Le documentaire est pas mal du tout. Après pour la qualité de l’image, j’ai vu qu’il y a une édition américaine qui est sorti en novembre 2012 et la qualité semble similaire à l’édition proposée par Carlotta.
    Mais je trouve « After Earth » assez intéressant, bien que peu abouti visuellement et avec un jeu comme tu dis vraiment moyen de la part du fils de Will Smith. Ce n’est pas de la SF mais je préfère largement ce film de M. Night Shyamalan à son horrible « Phénomènes ».

  3. Non, c’est pas sérieux? After eath intéressant?
    Non, un cadeau du papa à son fifils. Aucun scénario, un jeu pitoyable du fils comme du père (qui ne fou rien durant deux heures, à part imiter un militaire très dur, le tout en ne faisant ABSOLUMENT RIEN !)
    Cousu de fils blanc, laid, mal joué, mal monté, pas un instant de peur, de joie, d’intrigue, de réflexion. Le monstre ULTRA dangereux mais qui n’arrive pas a tuer le fifils et qui va se bloquer sa petite quequeue au dernier moment, permettant au fifils de le dessouder avec son pou…. oui pouvoir et également un baton suisse multifonction et l’apprentissage instantané de toutes les techniques du monde… mon dieu
    Vivement le retour de Will dans un film.
    Et phénomènes… mon dieu encore… mais au moins il y a une tentative de scénario, une hypothèse intéressante, un délire quoi… foiré mais il y a un peu de mérite dans l’essai.

  4. On peut le prendre ainsi oui mais je ne sais pas, j’ai été indulgent avec le film, je me suis retrouvé emporté malgré tout les défauts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *