Test Blu-ray : Escape from New York (John Carpenter)

Escape from New York

Fiche Technique :
Escape from New York (1981) réalisé par John Carpenter
Avec : Kurt Russell, Lee Van Cleef, Ernest Borgnine, Isaac Hayes, Harry Dean Stanton
Titre français : New York 1997
Durée : 98 mn
Genre : Action, Science-fiction, Thriller
Blu-ray testé : Région B (édition française)
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1, Français DTS 5.1 HR
Sous-titres : Français
Format d’image : 2.35:1
Codec : MPEG4-AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Studio Canal

 

Synopsis :
En 1997, l’île de Manhattan est devenue une gigantesque prison où les détenus vivent en autarcie sans aucune surveillance. Le détournement d’un avion présidentiel américain va conduire le chef d’Etat à s’écraser au beau milieu de ce pénitencier. Snake Plissken (Kurt Russel), un nouveau détenu, va se voir obligé de sauver le président pour sauver sa propre vie.

Mini-critique :
La dystopie présentée par John Carpenter dans Escape from New York lui sert de terrain d’expérimentation de mélange des genres : la science-fiction côtoie le western tout en développant une ambiance de film d’épouvante. Manhattan est une ville décrépite où règne des clans de tordu en tout genre et Snake Plissken doit se frayer un chemin parmi la désolation pour retrouver le président des Etats-Unis et sa fameuse mallette, limité par un compte à rebours de 22 heures au-delà duquel il mourra suite à l’explosion de mini-bombes implantées dans ses artères. Ce corsaire futuriste, incarné par Kurt Russell, traverse des ruelles malfamées où la survie passe autant par l’infiltration que les affrontements directs. Il sera contraint de négocier avec la faune locale pour remonter jusqu’à son objectif rédempteur. Carpenter livre une quantité foisonnante de plans nocturnes angoissants dans cet univers qui semble né du mélange de A Clockwork Orange et de Mad Max. 1997 est une année déjà loin derrière nous mais le film conserve le charme d’une production solide d’un obscur avenir.
A lire aussi, l’avis de Tootsif sur La Pellicule Brule.

Bande annonce (VO) :

Le Blu-ray

– Image :
Commençons par l’unique bon point de ce transfert : les noirs qui ne pourraient pas être plus profonds. Alors bien sûr, avant de cracher son venin, il faut avouer qu’Escape from New York est un film qui baigne dans la nuit mais cela n’excuse pas tout : aucune précision dans le piqué, même dans les rares scènes de jour et un niveau de détail ridicule hormis en gros plan (et encore, c’est relatif). Les couleurs sont passables, bien que peu homogènes, tout comme le grain. Bref, un DVD upscalé pourrait afficher des qualités similaires.
– Son :
Seule la piste en VO est testée.
Ouf ! Moins catastrophique que l’image : la spatialisation est excellente, surtout dans les sons d’hélicoptères. Les musiques froides et pesantes de Carpenter ne prennent jamais le dessus sur les effets, tous convenablement rendus. C’est le canal des voix qui est le moins convaincant par son mixage.
– Bonus :
Rien, sauf un outils de réglage de l’image (quelle ironie pour un film au transfert aussi pourri) et un autre pour le son.

Annotations :
Contrairement à toutes les langues annoncées sur la pochette, le blu-ray ne propose qu’une VOST et une VF. Les sous-titres sont de qualité médiocre, de nombreuses phrases n’ont pas l’honneur d’être traduites alors qu’elles contiennent des détails non négligeables… Bref, y a du foutage de gueule de A à Z.
(Je ne sais pas s’il s’agit d’un problème de firmware avec ma platine mais je dois lancer le film en passant par « Chapitre », le bouton « Film » me ramenant inévitablement au menu principal !)

Notes :
Film : 7/10
Image : 2/5
Son : 3,5/5
Bonus : 0/5

Avis global : 2/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

6 commentaires

  1. Je ne sais pas ce que donne l’édition tout récente des US au niveau image et son ? En tout cas il y a des bonus dessus !

  2. Ah ? J’ai entendu dire qu’il n’y a aucun bonus mais que l’image est bien supérieure à celle de l’édition Studio Canal. Mais l’édition de la MGM est zonée A et sans sous-titre français…

  3. Ouais bah je garde mon DVD collector ^^

  4. Ah oui, si tu le possèdes en DVD y a aucune raison de sortir sa carte bleue pour cette édition.

  5. le studio canal dans toute sa splendeur de médiocrité et de foutage de gueule. Pas la première fois qu’il arnaque les gens.
    Pauvre john Carpenter. les américains ont eu droit à une belle édition pour ce chef d’oeuvre. Difficile de comprendre.
    C’est vrai que les producteurs de Stargate le film et de Terminator 2 n’avait pas assez d’argent pour ce payer le transfert de l’édition us. Les pauvres, envoyer vos dons vite vite vite…

  6. Très bon film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *