[Critique] The Descendants (Alexander Payne)

Alexander Payne nous conduit à Hawaï en adaptant Les Descendants de Kaui Hart Hemmings, l’histoire d’un père de famille confronté à la mort imminente de sa femme, plongée dans un coma dont elle ne pourra jamais sortir. Porté sur le respect, l’héritage et la famille au travers d’un père confronté dans l’urgence à de grandes responsabilités, The Descendants est une belle comédie dramatique qui brille par sa justesse et sa simplicité.

Les pieds sur terre

La question reste en suspens tout au long du film sans jamais phagocyter les véritables thématiques abordées : est-il pire de connaître la date à laquelle un proche nous quittera ou bien est-il plus insupportable d’être frappé de plein fouet par le deuil ? The Descendants s’ouvre sur une séquence simple, le sourire d’une femme sur la mer, le visage illuminé par le soleil. L’accident se déroule quelque part derrière le générique avec ses fleurs hawaïennes glissant sur des couleurs chatoyantes. Noir infini. Elizabeth ne sortira jamais du coma et son mari, Matt King, un George Clooney simple et touchant, doit exaucer les dernières volontés de son épouse, à savoir être visitée par ses proches avant d’être débranchée du fil d’une vie artificielle. Bien que la perte de l’être aimé conduit Alexander Payne à filmer douleurs et larmes avec frontalité, son nouveau long-métrage ne tire pas sur le mélo, au contraire, il se déroule dans une certaine quiétude exotique, soutenue par les magnifiques paysages hawaïens, les chemises à fleurs, les chansons au ukulélé et des touches d’humour décalé.

Matt King, avocat qui consacre sa vie à son travail, se retrouve seul face à ses responsabilités multiples. Tout d’abord, s’occuper de ses deux filles. La première, Alex (Shailene Woodley, désopilante), dix-sept ans, qu’il sort de l’internat où elle fuit conduit pour redresser sa conduite et la seconde, Scottie (Amara Miller), dix ans, dont l’innocence est déjà en péril au grand dam de son paternel. Au rang des enjeux familiaux et économiques, il y a la vente d’une terre de l’archipel, transmise de générations en générations, vierge de toute construction de l’homme, mais qui pourrait alors devenir un gigantesque centre de loisirs. Vient alors l’incongru : Matt apprend que sa femme s’apprêtait à demander le divorce et qu’elle avait un amant. Mais qui ? Une question qui vire à l’obsession jusqu’à embarquer le trio sur les traces de cet homme ignorant tout du drame familial qui se déroule.

Au travers de ce parcours qui permet de voir un père retrouver sa place auprès de ses filles, Alexander Payne porte un regard particulièrement fin sur l’héritage, l’héritage comme une responsabilité, un devoir, mais surtout comme une valeur suprême lorsqu’il touche aux liens entre les êtres et la terre. The Descendants est sobre, émouvant, souvent drôle et nous interroge subtilement sur les coups du destin. Un cinéma plus spirituel qu’il n’y paraît.

4 étoiles

 

The Descendants

Film américain
Réalisateur : Alexander Payne
Avec : George Clooney, Shailene Woodley, Amara Miller, Nick Krause
Scénario de : Alexander Payne, Nat Faxon, Jim Rash d’après l’oeuvre de Kaui Hart Hemmings
Durée : 115 min
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie en France : 25 janvier 2012
Distributeur : Twentieth Century Fox France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

3 commentaires

  1. Rien que pour Georges Clooney j’irais voir ce film 🙂

    What else ?

  2. Superbe film pour démarrer cette nouvelle année ciné. Les seconds rôles sont fabuleux à commencer par cette jeune ado qui joue juste. Et que dire du beau père????
    C’est vrai que le sujet aurait pu rapidement faire tomber le film dans le mélo mais les histoires parallèles comme la recherche de l’amant l’empêche de basculer du mauvais côté de la corde raide.
    Un beau film à voir absolument!

  3. film bien ficelé et bien réalisé, mon épouse et moi avons vraiment beaucoup apprécié surtout que les acteurs tiennent bien leur rôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *