Test Blu-ray : Soudain, l’été dernier

Fiche Technique :

Soudain, l’été dernier (1959) réalisé par Joseph L. Mankiewicz
Avec : Elizabeth Taylor, Katharine Hepburn, Montgomery Clift, Albert Dekker, Mercedes McCambridge, Gary Raymond
Titre original : Suddenly, Last Summer
Durée : 114 min
Genre : Drame
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais, Français DTS-HD Master Audio 1.0
Sous-titres : Français
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Carlotta Films

 

Synopsis :

A la Nouvelle-Orléans de 1937, une riche veuve, Violet Venable, propose de financer l’hôpital public Lyons View si l’un de ses praticiens, le docteur Cukrowicz, accepte de pratiquer une lobotomie sur sa nièce Catherine Holly. Celle-ci est internée depuis le décès mystérieux, durant un périple estival, de Sebastian Venable, poète et fils de Mrs Venable. La version que raconte Catherine du décès de Sebastian paraît tellement loufoque, que Violet la croit folle à lier. Avec l’aide du Dr Cukrowicz, Catherine va peu à peu recouvrer la mémoire jusqu’à révéler une vérité que certains auraient préféré rester enfouie…

Le film :

Adaptation d’une pièce de Tennessee Williams en un seul acte, Soudain, l’été dernier réunit trois géants face à l’oeil de Joseph L. Mankiewicz : Elizabeth Taylor dans le rôle de Catherine, jeune fille internée par sa tente Violet Venable, campée par Katharine Hepburn, et qui désirerait que le Dr. Cukrowicz, joué par Montgomery Clift, pratique une lobotomie, encore expérimentale, afin de soulager la jeune femme de ses maux. Violet Venable est une veuve très riche qui a perdu son fils tant aimé Sebastian l’été dernier, alors qu’il voyageait avec Catherine, incapable de se souvenir des circonstances exactes du décès du jeune homme. Alors que l’hôpital d’Etat, en manque de fonds, où pratique le Dr. Cukrowicz, pourrait trouver une aide salvatrice avec les dons de Violet Venable à condition que Catherine soit opérée, le praticien consciencieux se meut en enquêteur méticuleux, flairant qu’un drame familial se cache derrière la demande de Violet, femme au maniérisme à la lisière de la psychose. Stoïque mais loin d’être insensible au charme et à la détresse de Catherine, le docteur découvre une femme certes traumatisée mais loin d’être l’aliénée que décrit sa tante…
Soudain, l’été dernier opère un travail – assez simple – de psychanalyse, là où une jeune femme aurait pu être, par haine et cruauté, jetée sur une table d’opération aux résultats incertains. Si le mystère se dévoile probablement trop tôt – sans ses détails –, le film brille par son trio d’acteurs ainsi qu’une poignée de scènes frappantes, comme lorsque Catherine envisage de se suicider face à des femmes internées. Aujourd’hui, le film se montre trop long et bavard, expliquant en long et en large les moindres éléments, trouvant aussi quelques excès mélodramatiques. Soudain, l’été dernier n’en est pas moins une œuvre forte, abordant de nombreuses thématiques comme la cruauté pouvant procéder de l’amour d’une mère, un monde prêt à broyer une femme pour quelques transactions monétaires – et bien d’autres encore, mais il faut préserver le mystère !

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :

La restauration 4K du film de Mankiewicz permet de le redécouvrir dans des conditions réellement exceptionnelles. C’est un noir et blanc somptueux, détaillé, dépourvu de toute trace néfaste du temps sur la pellicule originelle. Bien que se déroulant principalement dans des endroits fermés, sans guère de profondeur d’image, Soudain, l’été dernier montre une multitude de détails. Il y a notamment le jardin d’hiver de Sebastian avec sa faune et sa flore impressionnantes, ou encore ces quelques scènes parmi les fous. Fin et précis, le transfert n’affiche qu’une définition légèrement en-dessous du reste de l’oeuvre lors d’un récit exploitant une variante de splitscreen. Mais pour un film tourné en 1959, le seul mot venant à l’esprit est celui-ci : parfait.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Le mono d’origine a été conservé judicieusement : avare en effets sonores, Soudain, l’été dernier se concentre sur ses dialogues (superbes), appuyés parfois par une musique mélodramatique de Malcolm Arnold et Buxton Orr. Parfaitement nettoyée, cette piste audio offre des voix d’une clarté remarquable. Le dynamisme de la piste sera démontré en quelques points clés. Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas ici de secouer l’installation du home cinema mais de profiter de ce drame dans des conditions optimales et le contrat est tenu fermement !

– Bonus :

– Bande annonce (non restaurée)
– Le Prédateur et la proie, Michel Ciment, critique et historien du cinéma, explore les tenants et aboutissants du film. (25 min)

 

Film :
3.5 étoiles
Image:
5 étoiles
Son :
5 étoiles
Bonus :
3 étoile
Avis Global :
3.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *