Cannes 2017 : Ah ! La merveille !

Cannes 2017 débute aujourd’hui. C’est la 70ème édition de l’un des plus grands festivals de cinéma au monde – allez, n’ayons pas peur d’être radical, c’est le plus grand. Une édition anniversaire qui s’annonce riche, avec des compétitions alléchantes, des événements exceptionnels, dont certains reviendront sur l’histoire de ce rendez-vous unique, pour les cinéphiles, l’industrie du cinéma et les fêtards – des caractéristiques loin de s’exclure mutuellement ! Allez, un petit billet d’humeur avant de se jeter dans le surréaliste tourbillon cannois.

La parenthèse enchantée

Le Festival de Cannes, ce sont des stars, des paillettes, des tapis rouges, une occasion de se montrer plus que de montrer pour certains, de prendre plutôt que d’offrir, mais c’est aussi un lieu incroyable pour tout amateur de cinéma, par l’éclectisme des différentes sélections, la possibilité de croiser, ne serait-ce que l’espace d’un instant, des artistes qui nous enchantent, nous accompagnent tout au long de nos vies, un lieu d’échanges et d’achats, un lieu où naisse des artistes et des œuvres – et où certains films sont condamnés au rebut dès la première projection presse.

Tapis rouge de The Tree of Life en 2011

Cannes célèbre sa soixante-dixième édition et pour moi c’est « seulement » la septième, soit une multitude de souvenirs fantastiques, de la découverte de films que je porte dans mon cœur à des rencontres inoubliables, en passant par des concerts et fêtes mémorables. En 2011, la Palme d’Or revenait à Terrence Malick pour le chef d’oeure panthéiste The Tree of Life où l’on découvrait Jessica Chastain, qui venait aussi pour la première fois, avec aussi Take Shelter. Une actrice qui est devenue une de mes préférées, si ce n’est ma préférée, que j’ai pu croiser, recroiser, échanger un ou deux bonjour tétanisants par l’émotion, et une actrice devenue productrice qui siégera aux côtés du grandiose Pedro Almodovar afin de décerner le palmarès de la compétition. C’est une émotion qui peut paraître idiote mais si forte que de savoir la présence d’une actrice adulée chaque jour, dans les salles (et sûrement quelques fêtes). Car oui, encore une fois, les membres du jury voient les films dans les salles, comme nous tous, et non dans un haut lieu à l’abri des regards.

Twin Peaks saison 3

S’il y a un cinéaste qui a forgé ma cinéphilie, qui a décuplé mon amour pour le cinéma en m’offrant un panorama de perspectives jusqu’alors inédites, c’est bien David Lynch. Il y a quelques jours, il annonçait qu’il ne réaliserait plus de longs métrages, et peut-être que le caractère de film-somme d’Inland Empire avait donc quelque chose de prophétique. Est-ce une mauvaise nouvelle ? Probablement pas : mieux vaut s’exprimer au travers du cinéma seulement si l’envie, le désir ou la nécessité sont là. Mais David Lynch sera bel et bien présent en créant l’événement avec la saison 3 de Twin Peaks (qui sera à suivre sur Canal Plus), un peu plus de 25 ans après la fin de la saison 2, dans un épisode final frustrant quant au destin de l’agent Dale Cooper – et où Laura Palmer, ou, du moins, son esprit, lui annonçait qu’ils se reverraient… dans 25 ans ! Jessica Chastain et David Lynch au cours d’une même édition : autant dire que je suis déjà comblé, mais ce n’est pas tout…

Fin de tournage sur Le Redoutable

L’été dernier, j’ai eu la chance de pouvoir côtoyer Louis Garrel, Bérénice Bejo et Stacy Martin sur le tournage du film de Michel Hazanavicius, Le Redoutable. Un mois d’août éprouvant par la chaleur étouffante qui frappait Paris mais un tournage tellement enrichissant sur le plan humain et professionnel. Hazanavicius, sur un plateau, est un réalisateur formidable. Patient, dynamique, enthousiaste et d’une grande bonhomie. C’est fantastique de voir le réalisateur des OSS 117 au travail, attentif aux moindres détails, s’adressant à tout le monde sans distinction, figurants, techniciens, seconds rôles ou comédiens principaux. Et c’est une sensation incroyable que de se lever à l’aube pour se retrouver auprès d’une jeune actrice que l’on adore depuis son premier rôle, un premier et grand rôle, Stacy Martin (révélée dans Nymphomaniac). Une comédienne discrète, rayonnante, appliquée et aussi d’une grande gentillesse. On s’en doutait un peu l’été dernier, que le film se dévoilerait pour la première fois sur la croisette. C’est chose validée, et si certains membres de la presse pourront découvrir le film dès le samedi 21 mai, la séance de gala avec l’équipe aura lieu le lendemain, à 22 heures.
Comment ne pas être comblé par ces promesses ?

Cette année, Cannes va dépasser toutes les attentes avec des projections et concerts exceptionnels tout au long de la quinzaine, des expositions, des masterclass – Clint Eastwood, qui présentera aussi son western Unforgiven, et le virtuose Alfonso Cuaron –, des hommages, notamment à André Téchiné avec une projection spéciale de Nos années folles, une soirée exceptionnelle pour la crème de la crème avec une séance surprise le 23 mai présidé par Isabelle Huppert, des actrices qui passent derrière les caméras pour des courts métrages avec Robin Wright pour The Dark of Night et Kristen Stewart pour Come Swim. Il y tant d’événements cette année que l’on découvre de nouveaux éléments à chaque lecture des programmes ! Il y aura cette crainte de passer à côté de telle ou telle chose, mais il sera impossible de rater son festival et même si les files d’attente atteignent de nouveaux records, nous ne pourrons jamais nous plaindre d’assister à cette édition.

Villa Schweppes 2016

La nuit, après les dernières projections, les festivaliers pourront se perdre entre les plages et les clubs. On annonce un concert de M le 21 mai, la Villa Schweppes – qui fêtait ses dix ans en grande pompe à Paris il y a quelques semaines –, sera installée sur la plage Croisette Beach et dans le Club des Marches, et accueillera des artistes comme Polo & Pan, IAM, Kavinsky, Kungs, Busy P, FFF, Laurent Garnier… On pourra toujours compter sur le Silencio, la Plage Magnum, les soirées de la Semaine de la Critique sur la Plage Nespresso… Mais attention, dès 8h30, les films de la compétition officielle reprennent au Grand Théâtre Lumière, et pas n’importe lesquels : Okja, Wonderstruck, Vers la lumière, The Meyerowitz Stories, … Béni soit le créateur de l’expresso – et toutes ces personnes qui s’activent toute la journée pour nous alimenter de ce précieux liquide !

Tilda Swinton dans « Okja »

t plaisir

Cette année, les polémiques cannoises ont débuté avant même la conférence de presse de Thierry Frémaux et Gilles Jacob. Il y a eu l’affaire de l’affiche officielle, présentant une Claudia Cardinale amaigrie. Puis l’affaire Okja, film distribué par Netflix et qui ne connaîtra pas de sortie en salle en France, suscitant la colère et l’indignation de la Fédération des cinémas. Une affaire qui a mené à une triste décision : l’impossibilité dès 2018 de concourir sans distributeur en France – pourtant, de nombreux films ont trouvé un distributeur grâce à leur passage en compétition. Chris Beney résume bien l’affaire dans cet article. Et il y a le film d’ouverture d’Arnaud Desplechin, Les Fantômes d’Ismaël qui réunit Charlotte Gainsbourg, Marion Cotillard et Mathieu Amalric. D’aucuns ont déclaré que le film n’est pas à la hauteur de l’édition anniversaire. Pourtant, c’est une œuvre qui traite d’un cinéaste, et, paraît-il, qui mêle passé et présent. Passé, présent et futur, voilà sur quoi se porte Cannes 2017 en s’ouvrant à la réalité virtuelle et aux séries. Reste un souci : l’existence en salle de deux versions du film de Desplechin, une de 114 minutes, que nous découvrirons à Cannes et dans la plupart des salles, et une version de plus de 130 minutes – et qui, parait-il, serait plus forte. Du 17 au 28 mai 2017, à Cannes, il y aura de l’électricité dans l’air, des déconvenues mais surtout énormément de plaisir, et il est certain qu’en regagnant la croisette en quittant les salles de projection, nous penserons tout haut ou tout bas au film qui vient de s’achever, et plus d’une fois nous nous dirons « Ah ! La merveille ! »

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *