[Critique] States of Grace, réalisé par Destin Cretton

states-grace

Premier long métrage de Destin Cretton, States of Grace suit le quotidien d’un foyer pour jeunes à problèmes où les éducateurs entrent tout juste dans la vie adulte. Une œuvre parfois dispersée mais qui atteint de belles intensités émotionnelles.

Refuge de jeunesse

Répondant à la tradition du premier film à caractère autobiographique, ce premier long métrage de Destin Cretton trouve son inspiration dans le parcours d’éducateur du réalisateur. Il l’avait déjà porté à l’écran dans un court métrage baptisé Short Term 12, qui est également le titre original de ce long rebaptisé en France States of Grace – et donc à ne pas confondre avec States of Grace réalisé en 2005 par Richard Dutcher. Short Term 12, c’est le nom du foyer dans lequel travaille Grace (Brie Larson), à la tête du groupe de jeunes éducateurs qui encadre des adolescents jusqu’à dix-huit ans, âge maximal où les portes de ce refuge leurs sont alors fermées. Chacun est ici pour des problèmes différents, la plupart faisant face à des problèmes parentaux. On ressent ici toute la fragilité d’un premier film mais également toute la sincérité du réalisateur derrière ce projet. Artistiquement, le film est limité par sa mise en scène qui se repose exclusivement sur une caméra épaule excluant toute courte focale : la force du film se niche alors dans ses dialogues et comédiens, amateurs et professionnels. Et Cretton obtient le meilleur de tous ces jeunes face à son objectif, du groupe d’éducateurs par lequel nous sommes introduits par un nouvel arrivant timoré, Nate (Rami Malek) – comme l’avouera Destin Cretton suite à la projection, ce personnage est le miroir de son propre parcours – jusqu’aux jeunes confrontés à des problèmes avec lesquels ils ne savent pas faire face – Marcus joué par Lakeith Lee Stanfield et Jayden jouée par Kaitlyn Dever.

states-grace-larson

S’articulant autour d’une multitude de personnages, States of Grace émousse quelque peu sa chronique, restant à la surface de tous ces destins ébranlés à l’adolescence et parfois plus tôt encore. Il y a bien sûr au centre Grace, en couple avec un des éducateurs et qui elle-même, a connu une enfance douloureuse. Un passé qui lui permet autant de comprendre les jeunes du foyer que de souffrir dans son parcours de jeune adulte. Pour son premier rôle principal, Brie Larson assure sa partition sans jamais fléchir, même face à la charge émotionnelle de nombreuses séquences. Des scènes fortes dénuées de pathos dans lesquelles la douleur et la colère se manifestent avec virulence, face à un système qui assure le minimum pour secourir ces jeunes. Teinté de quelques scènes plus lumineuses et drôles, States of Grace se positionne comme un témoignage souvent intense malgré ses limites artistiques du quotidien délicat de ces refuges où la jeunesse peut se raccrocher au bon fil de la vie. Un premier film touchant et humble.

Remerciements : Allociné

3 étoiles

 

States of Grace

states-grace-afficheFilm américain
Réalisateur : Destin Cretton
Avec : Brie Larson, John Gallagher Jr., Stephanie Beatriz, Rami Malek, Kevin Hernandez, Kaitlyn Dever, Frantz Turner, Lakeith Lee Stanfield
Titre original : Short Term 12
Scénario de :
Durée : 96 min
Genre : Drame
Date de sortie en France : 23 avril 2014
Distributeur : Version Originale Sous-titrée / Condor

Bande Annonce (VOST) :

>
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *