[Test Blu-ray] En quatrième vitesse (Robert Aldrich)

en-quatrieme-vitesse-blu-ray

Fiche Technique :

En quatrième vitesse (1955) réalisé par Robert Aldrich
Avec : Ralph Meeker, Maxine Cooper, Gaby Rodgers, Paul Stewart
Titre original : Kiss me deadly
Durée : 106 min
Genre : Thriller, Policier
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais, Français DTS-HD Master Audio 1.0
Sous-titres : Français (obligatoire avec la VO)
Format d’image : 1.66:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Carlotta Films

 

 

Synopsis :

Le détective privé Mike Hammer enquête sur la mort d’une jeune femme qu’il a connue furtivement. Ses investigations le mènent vers des enjeux qui le dépassent.

Le film :

En pleine nuit, sur une route, une femme semble poursuivie par la mort, interpelant en panique les automobilistes. Il faut quasiment qu’elle se jette sous les roues du bolide de Mike Hammer (Ralph Meeker) pour que ce dernier s’arrête et la sauve, un temps seulement, de son tragique destin. Quelques minutes plus tard, la jeune femme sera assassinée et Hammer échappera de peu à ce triste sort. Comme ces plans superbes où la caméra, placée sur le véhicule, nous permettent de distinguer seulement les deux personnages qui fendent la nuit noire, En quatrième vitesse est une oeuvre qui n’offre ni piste, ni repère, enveloppée dans les ténèbres. Détective privé, Hammer ne se résigne pas face au barrage de la police afin d’enquêter sur ce meurtre étrange. « Souvenez-vous de moi » lui avait dit la jeune femme avant de mourir, et cette ultime réplique le poursuivra tout au long de son enquête. Troisième long métrage de Robert Aldrich, adapté par A.I. Bezzerides (Les bas-fonds de Frisco, Une femme dangereuse) d’un roman de Mickey Spillane, ce thriller captive par son atmosphère et la qualité de ses plans. Chaque exploitation d’un nouvel indice tient du flirt avec la mort, tandis que les tenants et aboutissants de l’affaire restent parfaitement opaques. Bien que le film tende parfois à se noyer dans son propre mystère et se retrouve desservi à plusieurs reprises par Gaby Rodgers – unique second rôle moins convaincant –, En quatrième vitesse exploite avec brio tous les ingrédients du film noir, en prise avec le climat politique de son époque. Aldrich livre une oeuvre classe, tendue et admirable.

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Superbement restauré, En quatrième vitesse brille par la qualité de ses contrastes et la profondeur abyssale de ses noirs. L’image est très détaillée et conserve un grain superbe. Rares sont les plans moins généreux ou présentant des rayures, si rares. Le haut niveau pour un film de 1955.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Le mono d’origine se retrouve sur une piste en DTS-HD Master Audio. Propre, avec mixage équilibré et sans défaut notable, cette piste remplit humblement son cahier des charges.

– Bonus :

Les bonus sont en haute définition.
– Désintégration, entretien avec Philippe Rouyer (23 min).
– Mike Hammer, l’homme aux mille visages (28 min).
– Fin controversée (39 sec).
– Bande annonce

 

Film :
4 étoiles
Image:
4.5 étoiles
Son :
3.5 étoiles
Bonus :
3.5 étoile
Avis Global :
3.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *