[Cannes 2013] #12 La nuit d’Adèle

palme-or

Dernière journée du 66ème Festival de Cannes. Au programme, Jimmy P., le Palmarès de la Sélection Officielle, Zulu, la soirée surprise sur la plage Magnum pour célébrer la Palme d’Or et mon bilan personnel.

-Jimmy-P

Le palais est presque désertique, la salle de presse propose un nombre de sièges libres incroyable, les conversations dans les files d’attente pour les reprises de la sélection officielle tournent autour d’un unique sujet : le palmarès. C’est aussi l’abolition des privilèges, fini les badges prioritaires, tout le monde se retrouve au même niveau. N’ayant manqué que Jimmy P. d’Arnaud Desplechin, la journée fut placée sous le signe de la quiétude avant de gagner la salle du Soixantième une heure avant la projection de 17:00 – une précaution inutile vu le nombre de places disponibles au début de la séance. Desplechin part aux Etats-Unis pour une douce étude psychanalytique entre un indien, Jimmy (Benicio Del Toro) blessé à la tête durant la Seconde Guerre Mondiale, et Georges Devereux (Mathieu Amalric), psychothérapeute sans patient, exilé de sa France natale. La complicité et la simplicité des rapports entre ses deux hommes font tout le charme du film, explorant les blessures de l’âme pour expliquer les défaillances du corps. On est loin de l’étude psychanalytique poussée d’un Dangerous Method, Desplechin se concentrant bien plus sur son duo qui, dans le fond, s’entraide mutuellement. Le parcours s’avère souvent facile, reposant sur la performance de deux acteurs dont la rencontre surprend et séduit. De la discussion jaillit la lumière et la réflexion qui permet de reprendre en main sa vie et son destin.
Jimmy P. (Psychothérapie d’un Indien des Plaines), un film d’Arnaud Desplechin, en salle le 10 septembre 2013.

ceremonie

Course jusqu’à la salle Debussy pour assister à la cérémonie de clôture sur grand écran, projeté en direct tandis que tout le monde est son sur 31 à quelques mètres de là, dans le Grand Théâtre Lumière. Une cérémonie classique, qui aura toutefois suscité l’étonnement et les rires avec une intervention très spéciale d’Asia Argento, assez perchée pour sa remise de prix.
Voici le Palmarès de la Sélection Officielle du 66ème Festival de Cannes :

LONGS METRAGES

Palme d’Or
LA VIE D’ADÈLE – CHAPITRE 1 & 2 réalisé par Abdellatif KECHICHE
avec Adèle EXARCHOPOULOS & Léa SEYDOUX

Grand Prix
INSIDE LLEWYN DAVIS réalisé par Ethan COEN, Joel COEN

Prix de la mise en scène
Amat ESCALANTE pour HELI

Prix du Jury
SOSHITE CHICHI NI NARU (Tel Père, Tel Fils) réalisé par KORE-EDA Hirokazu

Prix du scénario
JIA Zhangke pour TIAN ZHU DING (A Touch Of Sin)

Prix d’interprétation féminine
Bérénice BEJO dans LE PASSÉ réalisé par Asghar FARHADI

Prix d’interprétation masculine
Bruce DERN dans NEBRASKA réalisé par Alexander PAYNE

COURTS METRAGES

Palme d’Or
SAFE réalisé par MOON Byoung-gon

Mention Spéciale – Ex-aequo
HVALFJORDUR (Whale Valley / Le Fjord des Baleines) réalisé par Gudmundur Arnar GUDMUNDSSON
37°4 S réalisé par Adriano VALERIO

CAMERA D’OR
ILO ILO réalisé par Anthony CHEN présenté dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs

Peu de surprises dans les primés, si ce n’est l’étonnante absence de Paolo Sorrentino – on aurait aimé le voir récompensé au moins pour sa mise en scène, c’est Escalante qui se voit récompensé sur ce point. Alors que l’on évoquait souvent Michael Douglas pour le prix d’interprétation masculine, c’est finalement Bruce Dern avec un rôle bien plus simple qui l’a emporté. Du côté des femmes, c’est une surprise de voir Bérénice Béjo passer devant Marina Vacth et Marion Cotillard – les actrices de la Vie d’Adèle sont mentionnées avec la Palme d’Or, recevant une distinction particulière pour leur rôle. Kore-Eda et les frères Coen, tous les trois livrant de grands films, se retrouvent respectivement avec le Prix du jury et le Grand Prix. Jia Zangh-Ke est salué du Prix du scénario et c’est donc Abdellatif Kechiche, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulous qui reçoivent la Palme d’Or pour La Vie d’Adèle. On imaginait difficilement ce long métrage repartir les mains vides mais je n’aurai jamais misé sur la récompense suprême, preuve que le jury et son président Steven Spielberg ont fait preuve d’une grande ouverture d’esprit.

_zulu

La soirée continue avec le film de clôture, Zulu de Jérôme Salle, un thriller qui se déroule en Afrique du Sud parmi les forces de polices. Une adolescente issue d’une bonne famille est retrouvée massacrée sur une plage. Une nouvelle drogue serait à l’origine de cet assassinat qui mènera les agents Brian Epkeen (Orlando Bloom), Dan Fletcher (Conrad Kemp) et Ali Sokhela (Forest Whitaker) à côtoyer la mort dans les townships et recoins malfamés d’un pays scindé par les inégalités sociales. Zulu a le mérite de développer l’histoire de chacun de ses personnages, leur donnant une épaisseur, et tenus par des acteurs charismatiques. Cependant, le film peine à se dégager d’un thriller classique, à la violence gore, cherchant à développer une noirceur que l’on trouvait dans le Se7en de David Fincher. Les intentions peinent à se concrétiser et on décroche dans une dernière demie-heure à l’action et aux rebondissements peu reluisants, baissant le niveau de ce film un temps correct à celui d’une série B. Une œuvre anecdotique pour mettre fin aux festivités.
Zulu, un film de Jérôme Salle, en salle le 6 novembre 2013.

palme-or-magnum

Pour ceux qui n’ont pas accès aux festivités de la clôture, il est difficile de trouver une occupation nocturne en dehors de certains clubs, les plages provisoires étant déjà en cours de démontage. Et pourtant, une surprise : la plage Magnum ouvre à nouveau ses portes une dernière fois pour célébrer la Palme d’Or, La Vie d’Adèle. Abdellatif Kechiche est l’une des premières personnes de l’équipe à investir les lieux tandis que la Palme d’Or pose devant le photocall. Des personnalités comme Harvey Weinstein, Bérénice Béjo et Michel Hazanavicius font leur apparition. Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos arrivent et suscitent l’hystérie tandis qu’aux platines, la DJ lance le magician remix de « I Follow Rivers ». Les deux actrices, entourées par d’autres comédiens et membres de l’équipe du film, embrasent la plage Magnum de leur joie et énergie contagieuses. Parmi les convives, on peut croiser Audrey Tautou, Oscar Isaac, Jane Campion ou encore Cristian Mungiu. L’étrange et galvanisante sensation que le Festival de Cannes pourrait repartir à nouveau grâce à la nuit d’Adèle, pour une quinzaine de jours, avec la même soif de découverte, les mêmes films et les mêmes émotions.
Photo de la soirée ci-dessous © Fhcom.

adele-exarchopoulos-lea-seydoux-palme-or

abdelattif-kechiche-palme-or

lea-seydoux-adele-exarchopoulos-dancefloor

Rapide bilan personnel. Cannes 2013, c’est 30 films vus, une seule projection ratée (Blood Ties), des soirées diverses et variées chaque nuit – mention spéciale à la plage Magnum Cannes qui, pour une première, aura fait très fort –, de belles rencontres avec des artistes, techniciens, journalistes, des moments forts entre amis et collègues – en somme, un très grand festival. La pluie aura eu beau jouer avec notre résistance physique et morale sur les premiers jours, le 66ème Festival de Cannes laissera un souvenir solaire, constitué de nombreux beaux et excellents films, avec sa belle palme sous le signe de l’amour. Mais il y a un problème de taille : il sera difficile de revivre un festival aussi intense l’année prochaine. Merci donc à toutes les personnes que j’ai croisé et côtoyé au cours de cette douzaine de jours et qui en ont fait une expérience unique et exceptionnelle.

Retrouvez les films primés dans les autres sélections : Un Certain Regard, la Cinéfondation, la Quinzaine des réalisateurs, la Semaine de la critique.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

4 commentaires

  1. Comment peut on accéder aux de clôture tel magnum ? Sur invitation ou pass VIP ?

  2. @AnBi : chaque soirée diffère à la plage Magnum, mais la plupart nécessite une invitation ou d’être sur listing. Il est possible pour certaines soirées de gagner les places sur internet (Twitter). Pour la soirée de clôture, étant donnée que cette dernière a été improvisée suite à l’annonce de la Palme d’Or, c’est un cas particulier mais qui nécessitait effectivement d’être sur le listing.

  3. Merci et dernière question, pour être sur listing ou avoir une invitation (outre les gagner par des concours) généralement il faut faire quoi ?

  4. @Anbi : hormis les concours, c’est un peu énigmatique : être du milieu ou de la presse peu aider, et parfois, un peu de culot et de chance peut aussi fonctionner. Si jamais je me rends à Cannes l’an prochain, je ne manquerai pas de récupérer le maximum d’informations sur l’accès aux soirées sur ces plages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *