[Test Blu-ray] Oslo 31 août (Joachim Trier)

Fiche Technique :

Oslo 31 août (2011) réalisé par Joachim Trier
Avec : Anders Danielsen Lie, Hans Olav Brenner, Ingrid Olava, Johanne Kjellevik Ledang
Titre original : Oslo, 31. august
Durée : 95 min
Genre : Drame
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Norvégien, Français DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres : Français
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Memento films

 

Synopsis :

C’est le dernier jour de l’été et Anders, en fin de cure de désintoxication, se rend en ville le temps d’une journée pour un entretien d’embauche.
L’occasion d’un bilan sur les opportunités manquées, les rêves de jeunesse envolés, et, peut-être, l’espoir d’un nouveau départ…

Mini-critique :

Une poignée de souvenirs s’entremêlent et esquissent déjà le visage d’une ville, Oslo, capitale de la Norvège, et d’une génération de trentenaires, que l’on découvrira plus en profondeur avec le parcours d’Anders (excellent Anders Danielsen Lie), retrouvant la ville pour un entretien d’embauche en sortie de cure de désintoxication. Dans ce drame inspiré par le Feu Follet de Pierre Drieu La Rochelle – déjà adapté au cinéma par Louis Malle –, le cinéaste Joachim Trier ausculte le mal être d’une jeunesse perdue dans le mouvement du temps, sans idéal ni repère dans un monde en évolution permanente, une évolution parfaitement symbolisée par le modernisme d’Oslo, qui, toutefois, concilie grands espaces naturels et urbanisme.
Oslo, 31 août se déroule dans un état de détresse sourde, celle de la solitude d’un jeune homme intelligent, aux capacités multiples, souffrant de son addiction et d’un amour perdu, et qui, malgré la réussite de sa cure, n’imagine aucun lendemain meilleur. Sa solitude et son désespoir s’amplifient même aux contacts de ses anciens amis qui, dans un sens, ont bâti une vie qui leur semble maussade, ennuyeuse – ne répondant à aucun rêve de jeunesse. La force du film est probablement de ne pas chercher, ou du moins, de ne pas imposer de solution au tourment présenté. Peut-être trop bavard dans certaines séquences, le film s’envole dans des scènes ingénieuses, comme la captation de conversations et pensées dans un café, créant un réseau de tranches de vie en quelques minutes, ou encore l’escapade nocturne à la fois ténébreuse et lumineuse, avec une jeune étudiante. En exploitant son propos avec modestie et intelligence, Joachim Trier livre une œuvre poignante, à la résonance universelle.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Tourné et présenté en 1.85:1 (hormis quelques séquences d’archive au début du film), Oslo 31 août peut se targuer d’une image en haute définition d’exception, au grain fin et au piqué précis. Les contrastes sont profonds et le niveau de détail élevé en toute circonstance. Seuls de rares fourmillements apparaissent lors de plans nocturnes.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Film à la piste sonore relativement placide, avec très peu de musiques, son DTS-HD Master Audio affiche alors des qualités discrètes : mixage équilibré, canal central distribuant les voix clairement. La scène de la boite de nuit révèle également un grand et appréciable dynamisme.

– Bonus :

– Interview de Joachim Trier (11:14), en définition standard.
– Filmographie de Joachim Trier
– Revue de presse.
– Bande annonce

 

Film :
3.5 étoiles
Image:
4.5étoiles
Son :
4 étoiles
Bonus :
2 étoiles
Avis Global :
3.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *