[Test Blu-ray] Macadam Cowboy (John Schlesinger)

Fiche Technique :

Macadam Cowboy (1969) réalisé par John Schlesinger
Avec : Jon Voight, Dustin Hoffman, Sylvia Miles, John McGiver
Titre original : Midnight Cowboy
Durée : 113 min
Genre : Drame
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 ; Français, Allemand, Italien, Castillan DTS 5.1 ; Espagnol, Hongrois dolby mono
Sous-titres : Français, Portugais, Italien, Allemand, Castillan, Japonais, Danois, Néerlandais, Finois, Hongrois, Norvégien, Grec, Roumain, Suédois
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : MGM

 

La trame :

Joe Buck, un jeune homme bien bâti, décide de quitter son Texas natal pour l’eldorado à l’Est : New York. Sapé comme un cow-boy, il pense pouvoir vivre de ses services de gigolo.

Mini-critique :

Ne vous fiez pas à son titre, Macadam Cowboy n’est pas un western transposé dans la jungle urbaine mais une aventure humaine à New York, à l’aube des années 1970. Le titre original, Midnight Cowboy, sied beaucoup plus au propos du film : Joe Buck (Jon Voight) est un « cowboy » – comme dit l’adage, l’habit ne fait pas le moine – de ces dames – et parfois messieurs – nocturne, gigolo désespéré, sans clientèle et donc, sans-le-sou. Parti de son Texas natal dans l’espoir de gagner sa vie en offrant son corps aux femmes huppées de Manhattan, le naïf Joe Buck erre de désillusion en désillusion. Dans la misère, il trouvera pourtant un compagnon d’infortune, l’ayant roulé lors de leur rencontre mais sans mauvais fond : Enrico Rizzo (Dustin Hoffman), dit Ratso péjorativement ou Rico, pour les intimes. Leur entraide les mènera à partager le même idéal : rejoindre la Floride où l’hiver est plus clément.
En transposant le roman éponyme de James Leo Herlihy au cinéma, Waldo Salt et John Schlesinger s’engagent dans un film très osé pour son époque : les deux protagonistes sont des anti-héros, l’un d’entre eux se prostitue et fuit un terrible passé ; l’homosexualité est montrée ouvertement ; les hippies répondent à l’appel avec leurs produits illicites. Dans Macadam Cowboy, New York est dépeinte comme une ville aliénante – un propos qui reviendra dans le Taxi Driver de Martin Scorsese en 1976 –, composée d’individus frappés par la solitude et incapables de montrer de la compassion. Seule la jeunesse est quelque peu épargnée de ce terrible constat.
Film libre, autant dans son fond – un vagabondage inévitable –, que sa forme, avec son recours à un montage épileptique aux moments propices – flashbacks, soirée psychédélique – et une caméra qui capture parfaitement la rue et son atmosphère, Macadam Cowboy marque aussi par la grandeur de ses interprètes : Voight et Hoffman forment un duo exceptionnel, attachants et émouvants. Coloré par quelques touches d’humour, ce drame poignant à la conclusion terrible, pierre angulaire du Nouvel Hollywood, est salué aux Oscars : il remporte les statuettes du Meilleur Film, Meilleur Réalisateur et Meilleur Scénario adapté.

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :

MGM nous sert un transfert très inégal. Les premières minutes du film ne sont pas dignes de la haute définition, le piqué est imprécis, les poussières et artefacts nombreux. Heureusement, la majeure partie du film se montre plus soignée, notamment au niveau des contrastes et des noirs qui sont irréprochables. Les plans rapprochés et gros plans sont les plus beaux en terme de détails et de piqué. A peine dépoussiéré, Macadam Cowboy est présenté ici avec une image presque décevante mais qui conserve l’esprit des années 1970.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Macadam Cowboy est proposé avec une piste DTS-HD Master Audio 5.1. Le mono est abandonné sans pour autant dénaturer le matériau d’origine. Les enceintes arrières se montrent discrètes, relayant simplement les ambiances sonores. Le canal des voix est de bonne facture mais les effets sonores manquent d’amplitude. La musique est le seul élément qui semble revigoré, et surtout le fameux « Everybody’s talkin’ » de Harry Nilsson. Une piste de bonne facture pour un film de 1969.

– Bonus :

Tous les bonus sont en définition standard.
– Commentaire audio du producteur John Hellman (il semble impossible d’afficher des sous-titres)
– 35 ans plus tard : réflexion sur un grand classique (29:59). Retour sur Macadam Cowboy avec des interviews des membres de l’équipe du film.
– Controverse et applaudissements (10:09).
– Un hommage à Schlesinger (09:36).

Annotations :

Aucun menu, le film démarre à l’insertion du disque. Une tare que l’on aimerait ne plus voir sur les blu-rays aujourd’hui ! De plus, le commentaire audio du producteur John Hellman n’est pas sous-titré.
A noter que le véritable visuel du boitier diffère de celui présenté sur les sites de vente en ligne :

 

Film :
4 étoiles
Image:
3.5 étoiles
Son :
4 étoiles
Bonus :
3.5 étoile
Avis Global :
3.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. Pas vu, pour le moment… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *