[Critique] Piégée (Steven Soderbergh)

Alors qu’il ne cesse d’annoncer sa retraite cinématographique, Soderbergh continue d’enchaîner les productions et parvient toujours à nous surprendre. Avec Piégée, il parvient avec brio à insuffler de la fraîcheur dans le cinéma orienté thriller/action, tout simplement en appliquant une mise en scène à l’opposé des standards du genre. Percutant et classe.

Une question de style

Dans Piégée, l’ingéniosité de Steven Soderbergh réside dans des choix si simples que l’on se demande au terme du film pourquoi si peu de cinéastes ne tentent pas, comme lui, de donner une nouvelle dimension stylistique à un genre, sans pour autant en bafouer les codes. D’ailleurs, le scénario de ce film d’espionnage, signé Lem Dobbs, est tout sauf révolutionnaire : dans une agence privée d’opérations spéciales, traitant avec différents services secrets, une ex-marine se retrouve au milieu d’une machination qui vise à l’éliminer. Du classique, mais bien ficelé, sublimé dès la première séquence par la mise en scène. Soderbergh est un habitué des mouvements de caméra fluides et précis, qui, ici, accompagnent Mallory Kane dans ses moindres déplacements. Rien d’impressionnant encore, jusqu’au premier affrontement, qui intervient si subitement – et brutalement – qu’il ne peut que saisir par son réalisme et sa violence. Là où la majorité des réalisateurs aujourd’hui misent sur des cadrages au plus près des acteurs, voire des coups portés, avec de tels mouvements saccadés que l’action réelle est indistinguable – car souvent, elle est en réalité inexistante ! –, Soderbergh s’installe à une distance qui permet d’analyser tout le déroulement du combat, généralement à l’aide de plans fixes, ou bien des mouvements amples, accompagnant les corps projetés. Un procédé qui, associé à un montage très vif, les plans changeant systématiquement après un ou deux coups portés, permet aux combats à mains nues de dégager une saveur méconnue des plus plaisantes.

Dans un genre dominé par les protagonistes masculins, la véritable audace du film est d’offrir le rôle principal à une inconnue du monde du 7ème art, entourée d’un casting cinq étoiles – Michael Fassbender, Ewan McGregor, Antonio Banderas, Michael Douglas, Channing Tatum, Mathieu Kassovitz –, dont la majeure partie sera tabassée impitoyablement et avec style, au point de rendre chaque combat jubilatoire. Mallory est campée par Gina Carano, combattante en arts martiaux mixtes, interprétant pour la première fois un personnage de long métrage. Agile et puissante, Carano ne défaillit en aucune situation et confère une singulière aura à cette héroïne réunissant force physique, force de caractère et intelligence de stratège. Traquée d’Europe en Amérique du Nord, son parcours haletant qu’elle conte avec la fervente intention d’échapper à son sort et d’obtenir revanche est accompagnée par une superbe bande originale jazzy de David Holmes, capable de s’effacer complètement des séquences d’action – gagnant alors en réalisme – ou bien de devenir le véritable cœur de certaines scènes – l’extraction d’un otage à Barcelone.

Si la mariée de Kill Bill et Ethan Hunt de Mission Impossible s’étaient croisés l’espace d’une nuit torride, leur enfant pourrait être la Mallory Kane de Piégée, femme d’action et femme de l’ombre que Steven Soderbergh dirige d’une main de maître, confiant dans sa mise en scène qui assure le spectacle sans renfort d’explosions numériques. Un grand thriller orienté action malheureusement sous-estimé, qui paye probablement de son originalité formelle dans un genre dominé par les réalisations sans âme et profondément médiocres.

4 étoiles

 

Piégée

Film irlandais, américain
Réalisateur :
Avec : Gina Carano, Michael Fassbender, Ewan McGregor, Antonio Banderas, Michael Douglas, Channing Tatum, Mathieu Kassovitz
Titre original : Haywire
Scénario de : Lem Dobbs
Durée : 93 min
Genre : Thriller, Action
Date de sortie en France : 11 juillet 2012
Distributeur : UGC Distribution

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. 100% d’accord avec toi mais je noterais un poil moins… 2/4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *