[Test Blu-ray] Deep End (Jerzy Skolimowski)

Fiche Technique :

Deep End (1970) réalisé par Jerzy Skolimowski
Avec : John Moulder-Brown, Jane Asher, Karl Michael Vogler, Christopher Sandford, Diana Dors
Durée : 91 min
Genre : Drame, Romance
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais, Français PCM Mono
Sous-titres : Français
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Carlotta Films

Synopsis :

Mike, un adolescent londonien, se fait embaucher faute de mieux dans un bain public. Il y fait la connaissance de Susan qui y est également employée. Peu à peu Mike en tombe amoureux, mais Susan a de multiples aventures et le taquine…

Mini-critique :

Après avoir retrouvé les salles de cinéma dans une version restaurée l’été dernier (voir la chronique), Deep End revient en DVD et Blu-ray. Le cinéaste polonais Jerzy Skolimowski explore le Londres des années 70 par le prisme du regard d’un adolescent de quinze ans, Mike (John Moulder-Brown), pénétrant dans le monde du travail aux bains publics. La rencontre avec sa charmante collègue Susan (Jane Asher) le conduira dans les marasmes et errances d’un amour sans retour, à la cruauté attisée par le machiavélisme de la belle rouquine. Que ce soit dans les couloirs délabrés aux couleurs arc-en-ciel des bains ou dans les rues chaudes de la capitale britannique, Skolimowski montre la perversité d’hommes et de femmes sans scrupule face à un garçon à l’aube de l’âge adulte. Deep End souligne surtout un état de crise, quelque part entre la découverte du corps – et des plaisirs charnels – et la découverte de sentiments aussi insensés qu’incontrôlables : l’envie, le désir, l’amour. Douce descente aux enfers sous fond de musique rock, montée habilement de façon à transmettre une urgence, celle de la fougue adolescente, cette oeuvre méconnue illustre les premiers problèmes de coeur avec une justesse magnifique qui ne se prive pas de quelques séquences poétiques et d’un humour fin. Un long-métrage qui nous rappelle que les maux sentimentaux sont les plus terribles.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :

La colorimétrie est superbe et rend hommage aux choix artistiques de ce film très coloré, notamment au sein des bains publics. Le piqué et le niveau de détails sont de très bonnes factures jusqu’à une certaine profondeur de champ et le grain si particulier aux films produits à l’époque n’a pas été effacé dans le processus de restauration – bien qu’il soit atténué sur certains plans. Pas de fourmillement à signaler ; les scènes les plus obscures – au cinéma, les extérieurs nuit – montrent des contrastes de qualité. Un belle image haute définition à la sauce seventies.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Peu de chose à déclarer à propos de la piste PCM Mono proposée sur cette édition blu-ray, si ce n’est qu’elle est assez remarquable. Un excellent confort d’écoute est apporté par le mixage de qualité ainsi que la clarté exceptionnelle des voix. Rien de ravageur ici bien entendu ; il s’agit d’une piste audio qui, dans le respect de l’oeuvre, tire profit des dernières technologies.

– Bonus :

– « Point de départ », documentaire de 75 minutes, avec des témoignages de l’équipe du film réalisés en 2010.
– Deep end : souvenirs des scènes coupées (12:15)
– Deep end, c’est moi. Etienne Daho raconte son rapport au film (03:41).
Careless love (10:06), un court-métrage de Francine Winham avec Jane Asher.
– Bande-annonce 2011

 

Film :
5 étoiles
Image:
4.5 étoiles
Son :
4.5 étoiles
Bonus :
4 étoile
Avis Global :
4.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. Quel bonheur ce film! jette un coup d’oeil à ma critique si tu veux http://silverparticules.blogspot.com/2011/12/deep-end-jerzy-skolimowski-1970.html
    cheers 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *