Critique : Parasite

Palme d’or du Festival de Cannes 2019, Parasite place Bong Joon-ho sous le feu des projecteurs. Une récompense historique pour la Corée du Sud pour une satire sociale détonante, dont le message désolant dépasse les frontières nationales du réalisateur de Memories of Murder.

LIRE LA SUITE

Cannes 2019 : palmarès social et écologie de fond de tiroir

Samedi 25 mai 2019, le jury présidé par Alejandro González Iñárritu a remis la première Palme d’Or à un cinéaste coréen de l’histoire du Festival de Cannes : Bong Joon-Ho reçoit la récompense suprême pour son excellent Parasite – photo ci-dessus -, que vous pourrez découvrir prochainement puisqu’il gagne nos salles le 5 juin 2019. On évoque la fin du festival(…)

Lire la suite

Cannes 2019 : la compétition

Jeudi 18 avril 2019, la conférence de presse du 72ème Festival de Cannes a révélé la majeure partie de la Sélection Officielle, de la compétition à Un Certain regard, en passant par les séances spéciales. Résumé de cet événement, avec un focus sur les longs métrages en lice pour la Palme d’Or.

LIRE LA SUITE

Critique : Okja

Dès son premier long métrage, Memories of Murder en 2003, Bong Joon-Ho s’est érigé en figure majeure du cinéma coréen. Depuis ce thriller, une poignée d’œuvres marquantes, The Host, Mother, Snowpiercer ainsi qu’un excellent segment dans le triptyque Tokyo !. Produit et distribué par Netflix, son nouveau film, Okja, témoigne d’une ambition immense au service d’une idéologie admirable, portée sur(…)

Lire la suite

Critique : Sea Fog : les clandestins

Quelque part à la frontière du drame et du thriller, Shim Sung-bo réalise avec Sea Fog : les clandestins un film qui ne trouve ni le style, ni la justesse pour rendre sa sordide histoire de clandestins émouvante. Sur le papier, l’équipe technique idéale était pourtant réunie pour séduire.

LIRE LA SUITE