Critique : Don’t look up

Adam McKay continue d’étoffer une filmographie satirique avec Don’t Look Up : déni cosmique, mais contrairement aux excellents Vice et The Big Short, il ne se penche pas sur l’histoire récente américaine mais sur ce qui pourrait advenir dans un scénario catastrophe avec une comète menaçant la Terre. Bien sûr, son nouveau film puise dans les travers d’une société déboussolée, allant(…)

Lire la suite

Critique : La Panthère des neiges

Présenté à Cannes 2021 dans la section « Le Cinéma pour le climat », La Panthère des neiges constitue un singulier et sublime voyage aux contours naturellement écologiques. Sur les plateaux tibétains, c’est une faune extraordinaire qui s’offre à notre regard tout comme une réflexion sur notre condition.

LIRE LA SUITE

Les Arcs Film Festival : backstage (1/2)

Cette année, nouvelle aventure aux Arcs Film Festival, non pas en presse mais au contenu éditorial de la TV du Festival où défilent les équipes de film et membres des jurys. Une semaine en quelques photos, avec des sourires, beaucoup de neige, Laura Calamy, Eric Gravel, Michel Hazanavicius et Rebecca Zlotowski, pour ne citer qu’eux !

LIRE LA SUITE

Critique : Madres Paralelas

Suite à l’autoportrait fictionnel Douleur et gloire, Pedro Almodóvar revient à un cinéma où les femmes sont au premier plan, et en particulier les mères, au nombre de trois ici. Un film qui mêle deux trames narratives autour d’une Penélope Cruz magnétique et resplendissante.

LIRE LA SUITE

Critique : Resident Evil Bienvenue à Raccoon City

Surprise, la saga Resident Evil est de retour au cinéma, cette fois avec la volonté de renouer avec les racines du jeu vidéo. Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City réunit les personnages et trames des deux premiers jeux sortis sur Playstation – et récemment revisités alors que deux autres suites ont vu le jour depuis 2017. Des intentions louables(…)

Lire la suite

Critique : Amants

Nicole Garcia s’aventure à la lisière du thriller avec Amants, son neuvième long métrage qui joue avec les sentiments de Stacy Martin, Pierre Niney et Benoît Magimel. Une œuvre qui manque de mordant mais montrant une intéressante dynamique, et ce, jusqu’à sa conclusion.

LIRE LA SUITE