Critique : Hitman & Bodyguard

Hitman & Bodyguard associe Ryan Reynolds et Samuel L. Jackson pour un buddy movie qui mêle action et comédie. Terriblement impersonnel, le film s’enlise dans un bourbier de scènes brouillonnes et déjà vues.

L’arme banale

Troisième long métrage de Patrick Hughes, qui a notamment pour fait d’armes la réalisation d’Expendables 3, Hitman & Bodyguard affiche une ligne directrice claire, s’inscrire dans le buddy movie façon L’Arme fatale en appuyant fortement sur le versant comique. La plus belle réussite récente dans le genre est peut-être le Very Bad Cops d’Adam McKay – et qui remonte déjà à 2010 –, complètement déluré avec son improbable duo Will Ferrell/Mark Walhberg que l’on retrouvera ensemble pour notre plus grand plaisir dans le plus dispensable Very Bad Dads. Dans ce genre très codifié, le duo s’entraide sous la contrainte avant de forger une véritable amitié. Ici, deux antagonistes doivent quitter Londres pour atteindre un tribunal à La Haye. Michael Bryce (Ryan Ryenolds), garde du corps déchu suite à une mission s’étant soldée par la mort de son client, doit escorter un tueur à gages, Denis Kincaid (Samuel L. Jackson), témoin clé pour emprisonner un vilain président biélorusse commettant moult exactions. Si un scénario bidon peut toujours suffire pour assurer le spectacle, surtout en misant sur le registre comique, le film échoue en cantonnant son duo à réciter leurs gammes : Ryan Reynolds expose les mêmes mimiques et moues que dans tous ses rôles comiques tandis que Samuel L. Jackson la joue badass avec le « motherfucker » toujours au bout de la langue.

Prévisible dans son déroulement, le film se montre également prévisible dans ses ressorts comiques avec son armada de répliques et gags vus et revus maintes fois avec un sens de la mise en scène bien plus réfléchi. Car Patrick Hughes nous offre un vrai carnage à base de shaky cam et d’un montage chaotique, ruinant chaque scène d’action, d’un gun fight dans les rues de Londres à une course poursuite dans les rues et sur les canaux d’Amsterdam. Même un plan séquence pour un combat rapproché se retrouve anéanti par la caméra portée par un cadreur haut placé sur l’échelle de Richter. Avec des seconds rôles transparents (Gary Oldman, Elodie Yung) ou ridicules (Salma Hayek), Hitman & Bodyguard s’alourdit en jouant aussi sur un versant sentimental, creusant les maux de son duo à la gâchette facile. Ajoutez à ce triste tableau une calamiteuse bande originale, ayant pour unique but de souligner l’action ou l’émotion. Parmi cette consternante litanie s’échappent quelques vannes bien senties mais rien d’autre. En somme, Patrick Hughes livre un véritable simulacre de comédie d’action, singeant le meilleur du genre sans aucun style, et c’est peut-être ce qui est le plus triste, une dépense de moyens aussi conséquente pour accoucher d’une œuvre aussi impersonnelle et bâclée.

1

 

Hitman & Bodyguard

Film américain
Réalisateur : Patrick Hughes
Avec : Ryan Reynolds, Samuel L. Jackson, Elodie Yung, Salma Hayek, Gary Oldman, Roy Hill
Titre original : The Hitman’s Bodyguard
Scénario de : Tom O’Connor
Durée : 118 min
Genre : Action, Comédie
Date de sortie en France : 23 août 2017
Distributeur : Metropolitan FilmExport

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *