Critique : El Reino

Rodrigo Sorogoyen s’installe comme une valeur sûre du cinéma espagnol : à peine deux ans après son excellent thriller Que dios nos perdone, il livre un thriller politique remarquable par la tension générée. Un vrai saut dans le vide, sans parachute, avec un Antonio de la Torre explosif.

LIRE LA SUITE

Critique : Pupille

Second long métrage de Jeanne Herry, Pupille suit le parcours d’adoption d’un bébé. Un film touchant et didactique, mettant en lumière les nombreuses personnes autour de ces enfants en quête d’un foyer pour vivre.

LIRE LA SUITE

Critique : The Highwaymen

Bonnie et Clyde suscitent toujours les passions : pas question ici de remettre en scène le duo de gangsters comme l’avait fait brillamment Arthur Penn en 1967 avec Faye Dunaway et Warren Beaty puisque The Highwaymen suit les Texas Rangers qui ont mis fin à l’étrange règne des gangsters, véritables stars malgré les nombreux morts laissés sur leur route.

LIRE LA SUITE

Critique : Dernier amour

Dernier amour donne à Vincent Lindon l’occasion de prendre les traits de Giacomo Casanova, se remémorant l’amour portée à une femme s’étant refusée à lui, Marianne de Charpillon, jouée par Stacy Martin. Une élégante exploration du libertinage britannique au XVIIIème siècle, porté sur la frustration, mais dont les flammes de la passion et de l’érotisme manquent souvent à l’appel.

LIRE LA SUITE

Critique : C’est ça l’amour

Doublement sacré lors des Arcs Film Festival en décembre 2018, avec la récompense suprême, la Flèche de Cristal et le prix d’interprétation masculine pour Bouli Lanners, C’est ça l’amour nous conduit à Forbach, dans une famille déstabilisée par le départ de la mère.

LIRE LA SUITE