BRIFF 2019 : la seconde édition

Du 20 au 29 juin 2019 aura lieu la seconde édition du Brussels International Film Festival – le BRIFF, pour les intimes et amateurs d’acronymes si utiles à l’ère de Twitter. Trois compétitions de longs métrages, de nombreux invités venant donner des masterclass et plusieurs programmes non compétitifs seront à découvrir dans plusieurs lieux de la capitale belge. Voici un aperçu des festivités.

C’est la mention du jury et le prix FIPRESCI du dernier Festival de Cannes, It must be heaven d’Elia Suleiman, en compétition internationale, qui aura l’honneur d’ouvrir la seconde édition du BRIFF à l’UGC De Brouckère. Avec trois compétitions, une compétition internationale (avec notamment l’excellent Zombi Child de Bertrand Bonello, déjà en salle en France), une compétition nationale et une Director’s week – un peu à la façon de la Quinzaine cannoise, encadrée par l’Association des Réalisateurs et Réalisatrices francophones, mais avec une remise de prix – et donc autant de jurys, le festival belge promet d’offrir du cinéma de tous les horizons jusqu’au 29 juin, en investissant le centre bruxellois, puisqu’il occupera l’UGC De Brouckère, le Palace, les Galeries, le Palais des Beaux-arts (Bozar), le Flagey et un Village BRIFF qui accueillera, place De Brouckère, cinq projections gratuites en plein air, des concerts et DJ sets.

Bouli Lanners nous parlera climat

Cette année, le réalisateur français Michel Hazanavicius est l’invité d’honneur du festival, il tiendra une masterclass et une rétrospective permettra de redécouvrir certains de ses films sur grand écran, tels que OSS 117 : Rio ne répond plus, Le Redoutable, The Artist ou encore La Classe américaine : le grand détournement. Le BRIFF mettra à l’honneur deux personnalités du paysage cinématographique belge, Emilie Dequenne et Bouli Lanners. Ce dernier tient d’ailleurs une carte blanche particulière intitulée Green Planet : tous les films, courts et longs, touchent à l’écologie. Deux autres cinéastes seront présents pour revenir sur leur œuvre : le new yorkais Abel Ferrara et le parisien Virgil Vernier.

« Gravity » : de là-haut, ça ne semble pas si pollué ici bas.

Parmi ses nombreuses sections, le BRIFF invitera à regarder en direction des étoiles avec un programme « Espace », avec notamment First man de Damien Chazelle, Gravity d’Alfonso Cuaron ou encore Planète interdite de Fred M. Wilcox. Le panorama belge permettra de replonger ou tout simplement de rattraper certains films marquants du pays des Diables Rouges sortis en 2018, avec notamment Nos Batailles de Guillaume Senez, Un Ange de Koen Mortier et Visions de Pauline Bombaert.

Séances en plein air, séries TV (Vernon Subutex et Big Little Lies saison 2), ateliers de réalisations destinés à l’éveil de la jeunesse aux joies du cinéma et rencontres professionnelles marqueront aussi cet événement. Pour découvrir le programme complet, je vous invite à vous rendre sur le site officiel du Brussels International Film Festival. Pour ma part, j’aurai la chance d’y être sur les premières journées, une aventure à suivre via Twitter et Instagram avant un bilan ici même de cette escapade cinématographique – dernier festival en dehors de l’hexagone en été 2016, il était temps !

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.