Critique : I am Greta

En l’espace de quelques mois, la jeune militante écologiste Greta Thunberg a envahi l’espace médiatique, inspirant toute une jeunesse à la suivre dans les grèves pour le climat qui rythmaient les fins de semaines de nombreux pays avant la pandémie – et qui reprennent depuis peu. Décriée par certains chefs d’Etats et les plus fervents climato-sceptiques, d’aucuns ont cherché à décrédibiliser son action pourtant salvatrice. Ce documentaire de Nathan Grossman, présenté à la Mostra de Venise 2020 et aux Arcs Films Festival brosse le portrait de cette suédoise devenue le symbole d’une génération qui refuse d’attendre l’effondrement les bras croisés.

Graine de rébellion

Elle était d’abord seule à l’été 2018 à sécher les cours, adossée au parlement suédois à côté d’une pancarte «  Skolstrejk för klimatet » – grève de l’école pour le climat –, et puis, des jeunes ont commencé à la rejoindre et son action a rapidement pris de l’ampleur en Suède pour se répandre en Europe et au-delà, sensibilisant des millions d’adolescents à la cause écologique. Mais c’est lors de sa traversée de l’Atlantique à la voile afin de rejoindre New-York pour le Sommet des Nations Unies que Nathan Grossman décide d’ouvrir son documentaire, tout simplement intitulé I am Greta. Une traversée qui sera approfondie plus tard, où l’adolescente montre à la fois son courage et son affliction, lasse de discours d’un parlement à l’autre où elle est écoutée au mieux par des oreilles curieuses, sinon par des élus condescendants. Dans les rencontres avec les élus, il est d’ailleurs très intéressant d’observer la gestuelle et le discours d’Emmanuel Macron face à elle, qui traduisent une hypocrisie à laquelle nous sommes habitués mais que l’on ne retrouve pas face au gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger, sincèrement impliqué. Evidemment, des chefs d’Etat comme Donald Trump, Vladimir Poutine ou bien encore Jair Bolsonaro ne cachent pas leur mépris : c’est à l’école que devrait être cette petite fille, pas dans la rue à mobiliser des troupes pour une cause illusoire. Parmi les arguments fallacieux pour la décrédibiliser, il y a notamment la manipulation parentale, qui s’avère fausse au fil des images que l’on découvre. Elle écrit notamment ses discours méticuleusement, et quant à sa scolarité morcelée, on découvre ici une excellente élève malgré des cours souvent suivis à distance.

Parcourant quelques poncifs de l’urgence climatique – avec des scènes de catastrophes climatiques appuyées par des commentaires anxiogènes de journaliste –, I am Greta touche lorsqu’il conserve son regard sur le quotidien de l’adolescente, offrant quelques images d’archive filmées par la famille. Greta Thunberg est une jeune fille comme les autres, qui sait s’amuser, plaisanter, se montrer réservée aussi. Une jeune fille portée par des convictions, jusqu’à l’obsession, mais une obsession indispensable pour avancer face à tant d’obstacles. Filmée entièrement à sa hauteur, le documentaire montre aussi l’effrayant phénomène de starification, des selfies d’abord innocents à la nécessité d’une escorte policière lors de grandes manifestations. Nathan Grossman nous dévoile aussi une personnalité consciente de l’instrumentalisation de son engagement et de ses discours par certains journalistes et parlementaires, les sacrifices que font ses parents pour la soutenir dans ses démarches mais aussi la démonstration qu’être atteinte du syndrome d’Asperger n’est en rien une tare. En nous plaçant au plus près de Greta Thunberg, I am Greta nous éclaire sur ce parcours fulgurant en s’écartant du prisme journalistique. Face à des politiques adeptes des demi-mesures et des référendums pour repousser la prise d’actions concrètes, ce documentaire constitue autant une piqûre de rappel pour les personnes déjà engagées qu’une main tendue pour les autres à rejoindre les divers mouvements et associations luttant pour un futur moins sombre. Il est grand temps de se rebeller.

4 étoiles

 

I am Greta

Film suédois, allemand, américain, britannique
Réalisateur : Nathan Grossman
Scénario de : Peter Modestij, Olof Berglind, Thomas Jackson
Durée : 97 min
Genre : Documentaire
Date de sortie en France : 29 septembre 2021
Distributeur : KMBO

 

Photos du film Copyright 2020 B-Reel Films

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.