Critique : Adults in the room

Costa-Gavras s’attaque à la dette grecque en adaptant les récits de l’ancien ministre des Finances Yánis Varoufákis, qui tenta de restructurer la dette afin de soulager une population en souffrance depuis 2008. Dans les coulisses des hautes instances européennes, Adults in the room dénonce la duplicité et l’hypocrisie des gouvernements et banques dans une œuvre qui manque de caractère.

Grèce en tique

Sept années se sont écoulées depuis le dernier long métrage de Costa-Gavras avec Le Capital, comme les sept années qui séparent le début de la crise de la dette publique grecque en 2008 et la volonté de sa restructuration avec l’arrivée d’Alexis Tsipras au gouvernement, ici joué par Alexandros Bourdoumis, qui confia à son ministre des Finances, Yánis Varoufákis, interprété par Christos Loulis, la lourde tâche d’affronter ses homologues européens, ainsi que la Banque Centrale Européenne et le Fonds monétaire international lors des réunions de l’Eurogroupe. Un gouvernement de gauche dont la politique intérieure ne peut s’appliquer sans que l’Union Européenne ne lâche du lest sur la politique d’austérité terrible, faisant tanguer la trajectoire du pays entre la pesante menace de la fermeture des banques ou bien l’option de quitter le navire européen, avec toutes les difficultés et risques intrinsèques à une décision aussi radicale. Adults in the room parvient à relater les faits avec une limpidité louable, mais dans ses nombreux bras de fer, ses éclats de duplicité de personnalités politiques qui se montrent bienveillantes à l’abri des regards avant de montrer leurs vrais visages devant la presse – des journalistes qui semblent être le seul corps à satisfaire au-delà des institutions financières –, ce film politique plonge dans une routine verbeuse qui aurait pu trouver une autre dimension par la mise en scène.

Parfois grinçant voire acide lors de ses joutes verbales, confrontations où il semble impossible pour le gouvernement grec d’offrir un avenir meilleur à son peuple, Adults in the room déroule six mois de tensions avec une vraie fluidité, mais il manque au film, au-delà de son propos politique, les éléments nécessaires pour briller. La discrète bande originale du marathonien Alexandre Desplat n’apporte pas la couleur nécessaire pour dynamiser une œuvre qui pêche avant tout par sa photographie numérique peu inspirée de Giorgos Arvanitis, et qu’on ne pourra même pas qualifier de volontairement froide, mais plutôt tristement ordinaire. Sur la longueur, le film vient en perdre en souffle car le constat auquel conduit le film de Costa-Gavras n’apporte aucun éclairage nouveau sur ce qui régit l’Union Européenne, à savoir des intérêts économiques favorisant les plus forts au détriment des plus faibles. La Grèce comme parasite dans une Europe qui aura sauvé ses banques et son modèle économique si appréciés et pourtant insidieusement dévastateurs. Sans conduire à des propos anti-U.E., Costa-Gavras nous rappelle que nous sommes tous les pantins d’une union aussi nécessaire que délétère.

3 étoiles

 

Adults in the room

Film français, grec
Réalisateur : Costa-Gavras
Avec : Christos Loulis, Alexandros Bourdoumis, Ulrich Tukur, Valera Golino, Josiane Pinson, Daan Schuurmans, Cornelius Obonya
Scénario de : Costa-Gavras, d’après un roman de Yánis Varoufákis
Durée : 124 min
Genre : Drame, Biopic
Date de sortie en France : 6 novembre 2019
Distributeur : Wild Bunch Distribution

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.