Critique : Terminator Dark Fate

Suite de Terminator 2 : le jugement dernier, Terminator : Dark Fate élimine ainsi trois films dispensables de la saga, dont son atroce prédécesseur Terminator : Genisys. Marquant à la fois le retour de Linda Hamilton dans le rôle de Sarah Connor ainsi que de James Cameron à la production, ce sixième volet se détache de la catastrophe sortie il y a quatre ans sans pour autant apporter un nouveau souffle à la franchise. Sombre destin, effectivement.

L’histoire sans faim

On pourrait s’estimer heureux que Terminator : Genisys n’ait pas donné lieu à une nouvelle trilogie sur sa base infâme, mais il est difficile de se réjouir du nouveau film de Tim Miller (Deadpool) qui sert de coupe-circuit dès la fin du deuxième volet de la saga – et qu’on aurait aimé conserver comme ultime volet ! Terminator : Dark Fate se déroule dans un monde où John Connor a finalement été abattu sous les yeux de Sarah Connor, sifflant un cocktail à la plage : on a beau se protéger des U.V. avec un écran total, on est jamais à l’abri de l’apparition d’un vilain T-1000, plus expéditif ! Quelques années plus tard, à Mexico City, deux entités débarquent du futur pour nous jouer une partition sans surprise, hormis son cadre et le poids des années pour Linda Hamilton et Arnold Schwarzenegger, la première peinant à s’imposer comme une héroïne vieillissante, tellement stéréotypée, et le second montrant un visage un brin plus intéressant en machine cherchant une forme d’humanité – et aussi grâce à un second degré de bas niveau mais quelque part, salvateur. Point fort : Mackenzie Davis en soldat « augmentée », envoyée par la résistance pour protéger sa future figure de proue, Dani Ramos (Natalia Reyes). A ses trousses, une nouvelle machine encore plus difficile à vaincre, capable de se subdiviser en deux entités indépendantes pour encore plus d’efficacité, le Terminator Rev-9 joué par Gabriel Luna. Dans un premier temps, en s’appuyant sur des séquences cultes du passé – une autoroute, un camion impossible à stopper –, Terminator : Dark Fate délivre des séquences d’action plutôt efficaces bien que découpées sans grande attention. Hélas, le film s’enlise ensuite dans son absence d’ambition narrative qui raccorde parfaitement avec une absence totale de cohérence.

On pourrait saluer la volonté de creuser en profondeur les personnages, en abordant le passé de Grace, avec cette nouvelle héroïne qui s’ignore pour Dani Ramos, critiquant alors la politique anti-migratoire des Etats-Unis, et même en décidant de recentrer l’histoire sur l’emblématique Sarah Connor. Ces éléments n’ont pas plus d’effet que les grenades et roquettes envoyées sur le nouveau Terminator. Les enjeux de la survie de l’espèce humaine sont inchangés, voire pire encore, dupliqués dans un contexte sans aucune perspective. Il y a ici l’art de pousser des personnages vers l’avant dans leur vie, de façon naturelle avec le vieillissement des comédiens, mais sans jamais toucher au concept désormais suranné de la saga. Les rares éléments nouveaux restent cloisonnés dans une trajectoire désuète, dont il faut détourner l’attention par le cumul des affrontements débouchant constamment sur la fuite – pour évidemment atteindre un acte final où il sera possible de vaincre l’invincibilité apparente du mal. En somme, une histoire sans fin, poussée par des producteurs et réalisateur également sans faim de création, d’innovation, car il y a évidemment une soif de billets verts derrière ce Terminator : Dark Fate, loin d’être une purge, mais s’inscrivant dans une logique d’échecs artistiques pour la saga lancée en 1984. James Cameron démontre toutefois son investissement pour l’avenir de la planète avec cet énième recyclage qui ne trouve même pas d’émotion sur la fibre nostalgique. Game over ?

2 étoiles

 

Terminator : Dark Fate

Film américain
Réalisateur : Tim Miller
Avec : Linda Hamilton, Mackenzie Davis, Gabriel Luna, Natalia Reyes, Arnold Schwarzenegger, Diego Boneta, Edward Furlong
Scénario de : David S. Goyer, Justin Rhodes, Billy Ray
Durée : 128 min
Genre : Action, Science-fiction, Aventure
Date de sortie en France : 23 octobre 2019
Distributeur : Twentieth Century Fox France

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. 2 étoiles c’est déjà trop !!!.

    0,5 étoiles pour ma part

    Connor flingué en moins de deux (bien utile d’avoir la protection de Reese dans le 1 er et du T 800 dans le second) mais bon la « nouvelle génération » est à ce prix…une « nouvelle génération » qui mène je ne sais plus où !!!.

    Le Terminator expert en rideaux fallait quand même le faire dans le n’importe nawak !!! « je change des couches et je ferme ma gueule » traduction VF hallucinante !!!. Mais comme le dit l’une des héroines « les femmes sauvent le monde » non ? je l’avais pas vu dans Terminator 2 en 1991 que les femmes sauvaient le monde sans doute, j’avais besoin de ce film pour le savoir ? mais c’était bien fait et bien amené à l’époque pas comme aujourd’hui. Avec une cascade en camion digne d’un épisode de l’Agence Tous Risques !!!. Je m’emporte désolé !!! Trop c’est trop !!!.

    Prochaine bouse intersidéral avec vente de CD à venir « Charlie’s Angels » 2019 le remake d’un reboot – prenant les spectateurs pour un tiroir caisse, avec des scènes d’actions semblables à la série allemande « Alerte Cobra » !!!.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.