Critique : 90’s

Pour son premier long métrage derrière les caméras, Jonah Hill pioche dans son adolescence pour raconter ce saut de l’enfance vers cet entre-deux si particulier, vue ici par le prisme de la culture skateboard au milieu des années 90. Nostalgique sans penchant mélancolique, touchant et drôle sans aucun abus, 90’s constitue un formidable témoignage d’une époque pas si lointaine et pourtant totalement révolue.

Roues libres

Avec un grand frère (Lucas Hedges) à la fois froid et violent à son encontre, un père totalement absent du cadre, une mère aimante (Katherine Waterston) mais sollicitée par le quotidien, le jeune Stevie (Sunny Suljic) est en quête d’une famille de substitution. L’action se déroule à Los Angeles, peut-être quelques mois après la disparition de Kurt Cobain, quand le skateboard vivait un nouveau souffle dans les rues, où tout élément urbain exposait des perspectives pour placer des tricks en tout genre. Et c’est vers une bande de jeune zonant dans un skateshop que Stevie va trouver, avec fascination et timidité, la bande pour sortir de son enfance. Scène anodine mais emblématique, ce rituel où les murs de la chambre sont débarrassés de posters devenus ringards pour y afficher de nouvelles idoles, un nouveau monde, entre skateboard, hip-hop et rock. Le film est d’ailleurs rythmé par quelques morceaux marquants de ces deux milieux, et la touche nostalgique est parachevée par quatre morceaux composés par Trent Reznor et Atticus Ross. D’emblée, 90’s s’impose comme une réussite artistique, par ce choix du 16 mm, ce format 4/3 qui semble répondre au format des télévisions de l’époque, ces contrastes prononcés avec une image solaire et charnelle. Au milieu de vrais skaters parfaitement choisis pour ce film, avec en tête Na-kel Smith dans le rôle de Ray, Sunny Suljic confirme dans un premier rôle son potentiel montré dans Mise à mort du cerf sacré. Le jeune comédien peut aussi être aperçu dans Don’t worry, he won’t get far on foot dans lequel Jonah Hill tient un rôle conséquent. Un jeu mature pour un rôle assez complexe, par les rapports tendus avec le frère, la timidité à vaincre et l’affirmation à développer au fil des sorties et découvertes. La planche sur laquelle s’élance sans assurance Stevie, c’est la voie de l’adolescence, et ce sont des roues en gomme qui le mènent à une liberté nouvelle, celle de l’émancipation, d’un monde sans adulte lui dictant sa conduite.

Chuter, recommencer, chuter, se blesser, recommencer. Un cycle de phases typiques pour tous ces sports, du skateboard au BMX en passant par le roller, qui nourrit aussi le caractère pour affronter la vie, ces aléas, ces moments où la joie procède d’un mélange d’excitation et de stress – passer un cap avec les filles –, et voir un peu plus loin que son petit univers : sous quel angle envisager le futur ? On peut aussi s’émerveiller de voir à quel point la culture américaine pouvait rayonner positivement chez nous : ce que Jonah Hill filme sur la côte ouest américaine pouvait tout aussi bien avoir lieu dans nos villes, même plus modestes. A titre personnel, j’ai vécu à nouveau certains moments de mon adolescence face à ce film. Quiconque étant entré dans l’adolescence dans les années 90 trouvera des éléments qui résonnent avec son passé, que l’on soit monté sur des planches de skate ou non, car 90’s saisit les particularités d’une époque qui ne pouvaient même pas entrevoir les changements radicaux à venir, notamment avec l’évolution fulgurante des nouvelles technologies. Qu’est-ce que pourrait tirer un gosse à partir de ce film aujourd’hui ? Peut-être que l’idée de rejoindre une tribu, de trouver cette seconde famille que l’on appelle des amis, est une des choses les plus chères pour évoluer, sortir de ses propres maux par le partage. Des notions simples, et pourtant peut-être en perdition ?

4 étoiles

 

90’s

Film américain
Réalisateur : Jonah Hill
Avec : Sunny Suljic, Na-kel Smith, Olan Prenatt, Gio Galicia, Katherine Waterston, Lucas Hedges, Ryder McLaughlin, Alexa Demie
Titre original : Mid90s
Scénario de : Jonah Hill
Durée : 85 min
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie en France : 24 avril 2019
Distributeur : Diaphana Distribution

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.