Critique : Bohemian Rhapsody

Avec un projet original avec Sacha Baron Cohen dans le rôle de Freddie Mercury tombé à l’eau, un réalisateur évincé par la production à quelques semaines de la fin du tournage, Bohemian Rhapsody apparaissait comme une potentielle catastrophe. Si grâce à la performance de Rami Malek et quelques tubes de Queen, le film de Bryan Singer offre quelques beaux et percutants moments de rock, on peut questionner la démarche d’une œuvre déformant autant la réalité des faits.

Rock difforme

A l’origine, Bohemian Rhapsody devait être réalisé par Stephen Frears pour se focaliser sur le leader du groupe Queen, Freddie Mercury, que Sacha Baron Cohen aurait campé probablement à merveille. Seulement, Brian May et Roger Taylor, guitariste et batteur du groupe, n’ont pas vraiment aimé l’axe choisit par les scénaristes Christopher Wilkinson et Stephen J. Rivele, qui plongeait sans concession dans la sexualité sulfureuse du chanteur. Très impliqué dans le processus créatif du film, les membres de Queen sont parvenus à lancer en production un portrait parfaitement lacunaire et trahissant la réalité de l’histoire du groupe au nom de ressorts dramatiques classiques, scénarisé par Anthony McCarten et Peter Morgan. Pourquoi modifier la réalité à ce point, en ayant recours à des situations factices, des situations de crise qui n’ont pas été traversé par le groupe ? Du fameux sex, drugs and rock’n’roll, le film développera avant tout le dernier élément au point de relayer le reste dans le hors champ presque complet, dressant alors un itinéraire sage et tout public. Voici donc l’héritage voulu à la mémoire de Mercury et du groupe, supervisé par May et Taylor, joué respectivement par Gwilym Lee (bluffant de ressemblance) et Ben Hardy (au jeu manquant souvent de saveur). Le bassiste John Deacon est quant à lui campé par Joseph Mazzello et c’est Rami Malek qui se glisse dans la peau de Freddie Mercury, frappant par son mimétisme si travaillé, surtout dans la deuxième partie du film.

Ce long métrage, réalisé par Bryan Singer et terminé par Dexter Fletcher, non crédité, s’intéresse à la naissance du groupe Queen en s’axant autour de la performance du groupe donné lors du concert caritatif Live Aid en 1985. Couvrant la formation du groupe jusqu’à ce concentré de rock épique, Bohemian Rhapsody se concentre avant tout sur Freddie Mercury, qui transforma la formation Smile, groupe originel de Brian May et Roger Taylor. De son rapport à la musique dans sa jeunesse, nous ne verrons rien, sa bisexualité sera traitée du bout des lèvres tandis que sa séropositivité est tristement exploitée comme pur outil dramatique – tout comme le froid imaginé entre Mercury et les autres membres du groupe lors de son travail sur un album solo. Si Malek s’efforce, avec succès, à devenir Mercury, le scénario du film s’emploie à jouer avec la réalité pour perdre presque tout intérêt historique. Mais Bohemian Rhapsody reste pourtant un film parfaitement plaisant à regarder, par son énergie, son rythme bénéficiant de plusieurs tubes indémodables du groupe, de « Bohemian Rhapsody » à « We will rock you » en passant par « Another one bites the dust » et donc une performance centrale qui est à saluer.

Bohemian Rhapsody réussit à offrir un plaisir de consommation immédiate, déployant le génie musical d’un groupe mythique au travers des sessions d’enregistrements et de scènes de concert. Entravé par une certaine forme de pudeur en contradiction avec le caractère même de Mercury, ce plaisir immédiat se confronte au souci de la vérité historique, avec ce portrait qui pioche dans le réel en y imposant une fiction mensongère – que tirer d’un tel mélange ? A l’ère de la désinformation de plus en plus massive et conséquente, il est bon de questionner la démarche d’une telle œuvre, et qui, bien que ne faisant pas de mal avec l’histoire en évoquant la vie d’artistes, participe à l’édifice d’un ignoble miroir déformant de notre culture récente. Freddie Mercury méritait bien mieux.

2.5 étoiles

 

Bohemian Rhapsody

Film américain
Réalisateur : Bryan Singer
Avec : Rami Malek, Lucy Boynton, Gwilym Lee, Ben Hardy, Joseph Mazzello, Aidan Gillen, Allen Leech, Tom Hollander, Mike Myers, Aaron McCusker
Scénario de : Anthony McCarten, Peter Morgan
Durée : 134 min
Genre : Biopic, Drame, Musique
Date de sortie en France : 31 octobre 2018
Distributeur : Twentieth Century Fox

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.