Critique : The Guilty

Récompensé du Prix de la critique au Festival International du Film Policier de Beaune 2018 ainsi que des prix du public à Sundance et Rotterdam, The Guilty, premier long métrage du danois Gustav Möller, tient sa place dans les cinémas français depuis le 18 juillet, résistant aux vagues des sorties estivales. La raison est simple, ce thriller minimaliste, faisant appel à l’imagination du spectateur, se démarque des standards actuels avec brio.

Puce à l’oreille

Dans un centre de réception d’appels de la police danoise, Asger (Jakob Cedergren) reçoit l’appel d’une femme kidnappée, en voiture aux côtés de son ravisseur. L’officier de police va œuvrer à distance afin de sauver cette mère en détresse, sans jamais quitter son poste. En 2002, Joel Schumacher proposait avec Phone Game un thriller tournant autour d’une cabine téléphonique, mais orienté sur un versant bien plus nerveux par la présence d’un sniper – et gâché par une narration qui venait à flancher. Pour son premier film, Gustav Möller pousse le défi un peu plus loin, en refusant tout sensationnalisme, le film se déroulant exclusivement en huis clos, de nuit, dans un centre d’appel qui proposera toutefois une évolution dans l’espace avec les déplacements de son protagoniste. Ainsi, le film se construit au travers de l’imagination du spectateur grâce au travail sur le son : chaque appel permet de se projeter dans un lieu et dans une situation, et tout comme Asger, le spectateur interprète, recoupe des informations, tire certaines conclusions alors que le temps presse. L’image du film est donc relayée au second plan, bien que le jeu de Jakob Cedergren ne soit pas à négliger : il est aussi le garant d’une partie de la tension du film, ainsi que de la complexité de son personnage.

Loin de se reposer uniquement sur son intrigue prenante, The Guilty dresse le portrait d’un flic dans la tourmente. La réception des appels d’urgence n’est pas son véritable poste, il a été placé ici dans l’attente d’un procès qui débutera le lendemain. Reste à savoir pour quelles raisons, puisqu’Asger se montre particulièrement investi dans sa tâche suite à l’appel inquiétant d’Iben (voix de Jessica Dinnage). L’apparente tension avec ses collègues, la volonté de dépasser ses fonctions en incitant à entraver la loi rendent cette mission de sauvetage à distance passionnante, ouvrant sur une multitude de débordements et de conclusions possibles. En matière de suspense, tout est question de manipulation du spectateur, de jouer avec ses attentes. Alfred Hitchcock était un maître car il savait parfaitement organiser ses plans, créer une tension parfois inouïe au travers d’un savant montage. Ici, l’image développe une atmosphère, le film s’engouffrant peu à peu dans les ténèbres, mais le jeu avec le spectateur ne peut passer que par le dialogue et le son. Si à de rares instants, on flirte avec le pathos pour certains échanges, la construction narrative touche à l’excellence, faisant du dialogue et de l’ambiance sonore les éléments clés d’un suspense habile, où un soupçon d’humour est distillé grâce à des appels anodins ou incongrus. Contrairement au claustrophobe Buried, où Ryan Reynolds, enfermé vivant dans un cercueil, communiquait avec l’extérieur grâce à un téléphone mobile pour déboucher sur une conclusion aberrante, The Guilty trouve un dernier acte soigné, parachevant parfaitement l’étude de caractère entamée dès les premières minutes de ce thriller original et captivant, et qui constitue une expérience cinématographique forte.

4 étoiles

 

The Guilty

Film danois
Réalisateur : Gustav Möller
Avec : Jakob Cedergren, Jessica Dinnage, Omar Shargawi, Johan Olsen, Jacob Lohmann
Titre original : Den skyldige
Scénario de : Emil Nygaard Albertsen, Gustav Möller
Durée : 85 min
Genre : Thriller
Date de sortie en France : 18 juillet 2018
Distributeur : ARP Sélection

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.