Critique : Loin de la foule déchaînée

Thomas Vinterberg adapte le roman Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy, déjà conduit vers le grand écran à plusieurs reprises. D’abord porté par son éclat romanesque, le film perd de sa superbe dans une seconde partie qui néglige les tourments de ses personnages clés. On retourne à la ferme dans cette critique du film.

Le juste sentiment

Lors d’une scène de danse, Bethseba (Carey Mulligan), perdue, demande innocemment à son cavalier Gabriel (Matthias Schoenaerts) ce qu’elle doit faire. « Fais ce qui est juste » lui répond le berger qui, il y a plusieurs mois, lui demanda sa main, sans succès. Mais qu’est-ce qui est juste en matière de sentiments ? C’est la question qui irrigue ce drame romanesque se déroulant à l’époque victorienne et dans lequel une jeune femme hérite d’une ferme, la plaçant à la tête d’une exploitation agricole, un poste lui imposant de se montrer ferme et bêcheuse pour être respectée. Et Bethseba a du caractère, le travail de la terre lui étant familier, le sens du commerce quasiment inné, mais pas la compagnie des hommes. Avant cet héritage, Gabriel, un berger voisin, lui avait demandé sa main. Mais par leurs conditions différentes, Bethseba avait refusé. Alors qu’un soir il perd son troupeau, Gabriel s’éloigne de Bethseba pour la retrouver sur son exploitation, et gagner le poste de berger. Par jeu, elle envoie une carte de Saint Valentin à William Boldwood (Michael Sheen), propriétaire d’une exploitation prospère et réputé pour être un cœur difficile à conquérir. La carte fait son petit effet et Boldwood accoure au galop : désemparée par la réussite de son geste un peu idiot, Bethseba demande à réfléchir avant d’être cueillie par hasard par un audacieux soldat, le sergent Troy (Tom Sturridge).

loin-foule-dechainee-mulligan

L’élégance de la photographie picturale signée Charlotte Bruus Christensen, la force du jeu de Carey Mulligan et de Matthias Schoenaerts donnent à la première moitié de Loin de la foule déchainée toutes les qualités d’une œuvre sentimentale classique, les protagonistes formant un beau duo à défaut de former un véritable couple. Mais alors que le récit devrait s’enflammer par la passion de chacun, notamment à partir du mariage, l’élan de Vinterberg s’interrompt brutalement. D’une part, Boldwood reste beaucoup trop dans l’ombre tandis que le renversement (attendu) avec Troy survient sans bousculer ce petit univers fort sage. Même artistiquement, le relâchement se traduit au travers de cadres moins composés, comme si soudain, le scénario livré par David Nicholls n’offrait plus une matière féconde à Vinterberg. Si le cadre historique du film suscite un intérêt certain, d’autant plus avec ce séduisant casting complété par la présence modeste de Juno Temple, le propos sentimental reste sur un sentier déjà parcouru par de nombreuses œuvres, avec plus de finesse et de fougue. Si les trois hommes, représentant de trois archétypes (par leur caractère et leur condition), troublent le diligent quotidien de Bethseba, il n’y a pas l’ombre d’un doute pour le seul choix viable de son cœur au bout de cette chronique champêtre. Un curieux exercice pour le réalisateur danois, qui peine pour la troisième fois à briller dans la langue de Shakespeare. Il retourne d’ailleurs dans ses contrées pour son prochain long-métrage, déjà terminé, The Commune (Kollektivet) avec quelques acteurs de son plus grand succès, Festen. Rendez-vous annoncé au 24 février 2016.

3 étoiles

 

loin-foule-dechainee-affiche

Loin de la foule déchaînée

Film britannique, américain
Réalisateur : Thomas Vinterberg
Avec : Carey Mulligan, Matthias Schoenaerts, Michael Sheen, Tom Sturridge, Juno Temple, Jessica Barden
Titre original : Far from the madding crowd
Scénario de : d’après le roman éponyme de Thomas Hardy
Durée : 119 min
Genre : Drame, Romance
Date de sortie en France : 3 juin 2015
Distributeur : Twentieth Century Fox France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *