Critique : 3 Billboards – les panneaux de la vengeance

Troisième long métrage de Martin McDonagh (derrière Bons Baisers de Bruges et 7 Psychopathes), 3 Billboards – les panneaux de la vengeance devrait marquer un tournant dans la carrière du cinéaste britannique. Un drame captivant, aux personnages complexes, explorant une Amérique gangrenée par sa notion trouble de justice et ses tristes maux historiques.

Tourments américains

A la source du film se trouve un drame abominable : le viol et l’assassinat d’une adolescente, à quelques pas de chez elle. Sept mois se sont écoulés depuis les faits et Mildred Hayes (Frances McDormand) se montre exténuée par la passivité des forces de l’ordre pour retrouver l’auteur des faits. Lui vient alors une idée géniale, celle d’attirer l’attention publique en s’adressant directement au chef de la police aux yeux de tous, en louant trois panneaux publicitaires se succédant sur la petite route où sa fille Angela fut assassinée. Bled en apparence ordinaire, Ebbing, dans le Missouri – ville fictive qui offrait aussi un titre bien plus subtil au film, Three billboards outside Ebbing, Missouri –, voit son quotidien bouleversé par l’action de Mildred Hayes, dérangeant naturellement le chef de la police Willoughby (Woody Harrelson) et ses hommes, dont certains se montrent indignes de leur badge comme le demeuré, raciste et homophobe Dixon (Sam Rockwell). Un insidieux bras de fer débute, entre désir de vengeance pour Dixon, désir de justice pour Mildred, finalement partagé par Willoughby dont les jours sont comptés par le cancer…

Frances McDormand n’a probablement jamais été aussi brillante depuis Fargo dans un premier rôle. Mildred Hayes est une femme de tempérament, ne reculant pas devant les intimidations, au langage fleuri et dont l’agressivité ne rend jamais antipathique : le combat que mène cette mère divorcée touche à une corde sensible capable de résonner en chacun de nous, sensibilité accrue par les tristes représentants de l’ordre. Difficile de ne pas se révolter face aux propos stupides et racistes de Dixon – Sam Rockwell est également exceptionnel –, passant la majeure partie de son temps à lire des BD les pieds plantés sur son bureau. Et s’est en posant des enjeux clairs avec des définitions précises de ses personnages que Martin McDonagh surprend : tous les personnages seront voués à évoluer, à commettre des actes irréparables, foncer tête baissée droit dans le mur, mais avec, au bout, toujours une main tendue vers un certain salut. Avec son atmosphère tendue, 3 Billboards concentre, dans sa noirceur, un flux d’émotions hétéroclites, bouillonnement mêlant rage, mépris mais aussi fraternité et humour. Une autre richesse de ce drame qui flirte en permanence avec le thriller, aidé par un montage et un découpage des plus judicieux.

Au travers du parcours de Mildred Hayes, en explorant la communauté fictionnelle d’Ebbing, 3 Billboards sonde les maux d’une Amérique vindicative, toujours pourrie par des relents racistes et homophobes, et surtout perdue par son manque d’unité, ses (ré)actions entreprisent sous le coup de l’émotion qui prime toujours sur l’intellect. Mais c’est aussi un aperçu d’une Amérique progressiste, qui cherche à chasser ses propres démons, de ses racines moisies à ses impulsions pernicieuses. Nous conduisant vers un dernier acte aussi surprenant que subtil, le nouveau film de Martin McDonagh est la première claque cinématographique de l’année 2018, et dont la pluie de récompenses s’avère amplement méritée.

4.5 étoiles

 

3 Billboards – les panneaux de la vengeance

Film américain, britannique
Réalisateur : Martin McDonagh
Avec : Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell, Caleb Landry Jones, Abbie Cornish, Peter Dinklage, John Hawkes, Samara Weaving, Amanda Warren
Titre original : Three Billboards outside Ebbing, Missouri
Scénario de : Martin McDonagh
Durée : 115 min
Genre : Drame
Date de sortie en France : 17 janvier 2018
Distributeur : Twentieth Century Fox France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.