Critique : 500 jours ensemble (Marc Webb)

500 jours ensemble

Film américain
Réalisateur : Marc Webb
Avec : Joseph Gordon-Levitt, Zooey Deschanel, Geoffrey Arend, Clark Gregg, Matthew Gray Gubler, Chloe Moretz
Titre original : (500) Days of Summer
Scénario de : Scott Neustadter, Michael H. Weber
Directeur de la photographie : Eric Steelberg
Monteur : Alan Edward Bell
Durée : 95 mn
Genre : Comédie dramatique, Romance
Date de sortie en France : 30 Septembre 2009
Disponible en DVD & Blu-ray depuis le 17 mars 2010

 

 

 

 

La trame :

Tom revient sur les 500 jours passés avec Summer, son grand amour qu’il ne pensait jamais rencontrer.

 

Bande Annonce (VO) :

 

Critique

S’il y a un genre qui ne se renouvelle peu, c’est bien celui des comédies romantiques. Les itinéraires ont tous été parcourus et même les variantes en films choraux, visant surtout à attraper un public plus conséquent en additionnant les stars au sourire Colgate, sont éculées. Pourtant, il semblerait que pour s’écarter de la conformité rébarbative, il suffisait de prendre quelques têtes neuves aux postes stratégiques. Pour son premier film, écrit par deux inconnus au bataillon, Marc Webb met en scène deux acteurs méconnus du grand public, Joseph Gordon-Levitt – bien qu’il ait tenu le rôle principal dans le grandiose Mysterious Skins de Gregg Araki – et Zooey Deschanel. Mais la grande particularité de ce 500 jours ensemble est de bousculer en douceur les codes du genre, à partir d’une écriture soignée et en proposant un montage débarrassé de toute chronologie.

Découvrir la relation entre Tom (Joseph Gordon-Levitt) et Summer (Zooey Deschanel) dans un ordre aléatoire n’est pas un simple artifice, cela permet de briser le schéma classique des films axés autour de la relation amoureuse. Au lieu d’assister à la rencontre, suivie par la naissance de l’idylle, des bons moments et des premières disputes jusqu’à la rupture, on part de cette dernière pour mieux se focaliser sur l’instant sélectionné. Ce gentil désordre, qui insuffle de la fraîcheur à 500 jours ensemble, n’est pas le seul point fort du film, centré sur Tom qui réévalue les jours passés depuis son premier échange de regard avec Summer. Les caractéristiques types des personnages sont inversés : Tom désire s’engager alors que Summer privilégie une relation plus frivole. Ils ne partagent pas la même vision de leur aventure. Et c’est ce problème fondamental qui est illustré ici : la différence d’appréciation d’un acte, d’un engagement – tout est question d’interprétation. Enfants, ils ont tous deux adorés Le Lauréat (Mike Nichols) mais pour des raisons différentes. En allant voir le film ensemble, le fossé entre ces deux personnes saute aux yeux : malgré leurs points communs, notamment pour la musique qui amorça leur rencontre, Tom et Summer ont une approche incompatible de la vie.

Accompagnés par des second rôles anecdotiques, parmi lesquels on retrouve la « Hit Girl » Chloe Moretz en garçon manqué et experte des maux du coeur, et une étrange copie de Michael Cera répondant au nom de Matthew Gray Gubler ; Joseph Gordon-Levitt et Zooey Deschanel confèrent énormément de charme au film grâce à leur magnétisme naturel.
Bien que Marc Webb vienne de l’univers du clip vidéo, les effets de style, modérés, sont utilisés à des moments opportuns. Quelque temps après leur rupture, Tom est invité par Summer à une fête, chez elle, où il pense la reconquérir. Grâce au split-screen, la scène est abordée simultanément de la façon attendue par Tom et de la réalité. Et puis la mise en scène s’emballe aussi quand il faut : après sa première nuit passée dans les bras de sa dulcinée, Tom, débordant de bonne humeur, déclenche l’euphorie sur sa route vers son bureau. Une séquence des plus exultantes.
Primant sur la forme, c’est probablement le parfum d’individualisme qui s’empare des dernières bobines qui permet d’affirmer 500 jours ensemble comme une comédie romantique résolument atypique et définitivement immanquable.

4 étoiles

500 jours ensemble, en DVD & Blu-ray sur Amazon.fr

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

7 commentaires

  1. J’en avais entendu parler en bien mais en très mal aussi du coup je n’ai jamais osé franchir le pas mais ta critique me donne bien envie.

    Il faut aussi préciser que le réalisateur de ce 500 jours ensemble mettra en scène le prochain Spider-Man.

  2. je me souviens que l’un des « trucs » que je n’avais pas trop aimé dans le film (que je défends par ailleurs), c’était cette gamine tête à claque. Je n’avais pas conscience alors que c’était Cholé Mortez et qu’elle allait me les casser encore un moment.

  3. Du tres bon cinoche independant made in US…l’ai vu recemment, bien apprecie!
    TRes bonne critique!

  4. @Marvelll, oui, il démarre sa carrière avec du lourd ; attention au revers de la médaille possible !

    @Alexandre, oui, je n’apprécie guère Moretz, son jeu pue l’orgueil, ça m’étonnerait pas qu’elle tourne mal. Ma gamine préférée à Hollywood, c’est Elle Fanning.

    @Vincent, thanks 😉

  5. j’avais moi aussi trouvé ce film formidable… au point de retourner le voir quelques semaines après ! (ce que je fais rarement…)
    c’est frais, dynamique, original… et puis y’avait joseph aussi, qui me prédisposait pour bcp à aimer le film… 😉

  6. oh oui Elle Fanning ! elle m’a sauvé Somewhere !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *