Test Blu-ray : Avatar Special Edition (James Cameron)

Avatar Special Edition Blu-ray

Fiche Technique :

Avatar (2009) réalisé par James Cameron
Avec : Sam Worthington, Zoe Saldana, Sigourney Weaver, Stephen Lang, Michelle Rodriguez, Giovanni Ribisi
Durée : 162 mn (version cinéma) ; 171 mn (édition spéciale) ; 178 mn (édition étendue)
Genre : Action, Aventure, Science-fiction, Fantastique
Blu-ray testé : Edition française, Région B – Seconde édition
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 ; Anglais Dolby Digital 5.1 ; Français, Allemand, Espagnol DTS 5.1
Sous-titres : Français, Anglais, Danois, Finois, Allemand, Norvégien, Néerlandais, Espagnol, Suédois, Grec, Portugais, Roumain
Format d’image : 1.78:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Fox

La trame :

Jake Sully, ancien marine paraplégique, va être assigné à une mission très spéciale sur Pandora : infiltrer les autochtones en prenant le contrôle à distance d’un avatar leur étant semblable. Il devra les convaincre à quitter leur terre pour permettre aux terriens d’extraire un précieux minerai.

Mini-critique :

Avatar est un film que l’on ne présente plus, tant il a fait l’actualité avant et après sa sortie en salles. On annonçait une double révolution : une 3D proposant une expérience immersive inédite – ce qui est vrai –, ainsi qu’une technologie permettant de faire disparaitre les frontières entre le réel et l’image de synthèse – ce qui s’est avéré tout aussi correct. Cependant, cette révolution technique est au service d’un récit banal, à l’idéologie politiquement correcte et aux rebondissements tout tracés au bout de quelques minutes de bobine. Presque une relecture de Pocahontas (voire de Danse avec les Loups) par James Cameron, Avatar reste, malgré son manque d’originalité certain, une expérience prenante qu’il serait dommage de bouder, même en 2D. Découvrir Pandora, c’est aller à la rencontre d’un peuple d’aborigènes en communion avec la nature, une nature qui émerveille par sa faune et sa flore aux couleurs diaprées. Hormis ce voyage dans un monde extraordinaire – et qui relève trop de l’utopie dans sa présentation –, James Cameron, fidèle à sa réputation de grand metteur en scène de séquences d’action, insère dans son récit des affrontements captivant. La bataille finale est sans aucun doute ce qui a été fait de mieux dans le genre depuis l’époustouflante scène d’introduction de Star Wars Episode III : La Revanche des Siths. Un mastodonte économique et technologique, tout public, un peu trop propre pour rentrer dans le rang des films cultes.

Les scènes supplémentaires, comprenant une introduction alternative sur Terre, disséminées ça et là au cours du récit, ne modifient en rien la narration du film mais apportent quelque peu à la psychologie de certains personnages et agrémentent certaines phases d’action. Un plus très appréciable et qui n’alourdit en aucun cas le rythme du film qui avoisine les 3 heures en version étendue.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Le piqué est époustouflant ; l’image fourmille de détails en toute situation. La chair et les matières sont presque palpables. Parmi les Na’vi, la faune et la flore de Pandora offrent des séquences sublimes, de part leur couleurs inouïes, leurs jeux sur la lumière et, bien entendu, un niveau de détail toujours bluffant : on capte chaque particule de poussière rencontrant un rayon lumineux. La nuit, la verdure perd son emprise au profit de couleurs bleutées fantastiques. Avatar en blu-ray est une véritable démonstration technique qui honore la haute définition comme aucun autre film. S’il s’agit à l’heure actuelle du film le plus abouti en terme de 3D, sa version 2D est une expérience visuelle inestimable.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Entre la véhémence des combats où fusent les flèches, tirs de mitrailleuses et les scènes d’exploration de la jungle, plus intimistes et tout aussi immersives, l’univers sonore d’Avatar se montre aussi riche que son univers visuel. Même si la piste audio se montre moins impressionnante que le DTS-HD Master Audio 5.1 de Fight Club (par exemple), le mixage s’avère parfait et tire pleinement profit de chaque enceinte de l’installation audio pour placer le spectateur au coeur de l’aventure de Jake Sully.

– Bonus :

La première édition d’Avatar ne comportait aucun bonus, celle-ci, qui comptent 2 blu-rays destinés aux suppléments, devrait ravir les fans et les curieux de technique.

Blu-ray 2 : Un voyage au delà de l’imagination
– Scènes coupées inédites (dont certaines sans intégration des effets visuels ou présentant des effets non finalisés). Durée totale : 68 mn.
– Filmer Avatar making-of du film. Durée : 98 mn.
– Un message de Pandora, James Cameron s’exprime sur l’écologie (20 mn).
– Secrets de prodution (divisés en plusieurs sous modules, dont certains en définition standard). Durée totale : 84 mn.

Blu-ray 3 : Pandora’s Box
– Déconstruction des scènes, module qui permet de découvrir trois aspects, au choix, du tournage d’une séquence : étape de finalisation avec référence picture in picture, étape de superposition, étape de tournage. 17 chapitres du film sont disponibles (65 mn).
– Coulisses de la production :
Sculpter Avatar (03:46) ; la création du banshee (09:51) ; la création du Thanator (03:20) ; L’équipement AMP (04:31) ; les véhicules volants (05:13) ; les costumes Na’vi (04:14) ; Parler Na’vi (06:37) ; la flore de Pandora (05:40) ; les cascades (05:14) ; la performance-capture (06:32) ; la caméra virtuelle (03:21) ; la caméra fusion 3D (03:43) ; la caméra de simulaton (02:18) ; le montage d’Avatar (06:59) ; la musique d’Avatar (06:06) ; le design sonore (08:50) ; le haka : l’esprit de la Nouvelle Zélande (05:17)
– Archives d’Avatar
Bande-annonce cinéma ; Teaser cinéma ; Avatar : première version du scénario (en anglais) ; Avatar : le scénario de James Cameron (en anglais) ; Pandorapédia, base d’information sur l’univers du film, en anglais ; Avatar : les chansons (paroles) ; l’art d’Avatar (15 modules de galeries photos).

Annotations :

Est testé dans ces lignes la seconde édition du blu-ray d’Avatar, disponible également dans une édition limitée et numérotée avec une statuette et un livre. Une 3ème édition verra le jour prochainement avec le film dans sa version 3D – à noter que cette édition sera compatible avec les installations qui ne sont pas équipées pour la 3D.
A noter que l’image du blu-ray ci-dessus ne correspond pas tout à fait au produit : le fond n’est pas noir mais bleu/violet avec une surface qui présente des effets de reflet.

 

Conseillé à

  • ceux qui ont apprécié la version courte du film et qui souhaitent prolonger l’aventure.
  • tous les férus de la technique qui découvriront tout ce qui a permis au film d’exister.
Déconseillé à

  • ceux qui attendent un récit de science-fiction « adulte » comme le proposait Terminator – ou tout simplement, ceux qui veulent du neuf !

Notes :
Film : 8/10
Image : 5/5
Son : 5/5
Bonus : 5/5

Avis global : 9/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

18 commentaires

  1. Très bon test, même si je suis pas tout a fait d’accord avec toi sur ce que tu penses de l’intrigue, pour moi elle est plus complexe qu’elle n’y parait.

  2. Je suis assez d’accord avec Callahan, mais c’est vrai pour beaucoup de films, Avatar dispose d’une histoire universelle, mais avec un baxkground et un univers qui viennent largement m’enrichir.

    Cmme je viens le dire, c’est vrai pour beaucoup de film, il y a souvent plusieurs niveaux de lectures et trop souvent des films sont critiques pour leur scénario soit-disant trop simpliste, mais cela fait généralement fi de tout le reste, univers développe, background de l’histoire donc etc…

    On peut toujours résume un film a une phrase, ca ne veut pas pour autant dire que son scénario est simpliste, le plus souvent c’est son interprétation qui l’est.

    pour Avatar, c’est justement un très bon exemple, il y a une première histoire simple, qui parle au plus grand nombre, pose sur un background de lutte entre deux peuples. C’est une facette d’avatar, selon moi pas la principale, celle-ci revenant largement a l’univers crée, a ses espèces l’habitant, au peuple des navis. De ce point de vue la, Avatar regorge de richesse, et le film ne nous en montre apparemment qu’une infime partie.

    Bilan pour moi, bien plus qu’une histoire, avatar est un tout, un tout envoutant comme rarement un film parvient a l’être. C’est pour moi ca qui fait qu’il sort du lot et qu’il m’a vraiment marque

  3. Dsl je vois qu’il y a pas mal de petites fautes de frappe du a la saisie sur l’ipad LOL. J’espère que ca reste évident ce que je voulais dire

  4. En ce qui concerne l’histoire, on pourrait faire quelque chose de plus intéressant en racontant les prouesses d’un nain qui arrive a pisser dans une canette de cacolac vide à 7m de lui sans mettre la moindre goute à coté.

    Avatar est une bonne attraction ainsi qu’une agréable démonstration technique.

  5. Voilà un commentaire qui illustre bien mon propos: complètement aveugle pour ne pas voir le travail de création autour de l’univers, de la faune, de la flore et des origines des navis. Avatar n’est clairement pas qu’une démonstration technique!

    Prétendre que l’histoire est sans intérêt c’est vraiment ne pas comprendre ce qu’est une histoire ou un scénario et confondre son point de vue et vérité absolue.

    Écris un scenar stp, qqch de nouveau , original et surtout que personne ne trouvera chiant. Ensuite on en reparle …

    Si il fallait inventer pour chaque film une histoire dont aucun des éléments n’a jamais été utilise dans un autre film , il sortirait désormais un film tous les 10 ans, les remakes seraient strictement interdit tout comme vouloir élaborer sa propre vision d’une histoire connu (fait historique par ex…).

    Bref tout est bon pour critiquer mais ça c vraiment de la critique gratuite puisque sans valeur…

  6. Tout le monde a un avis différent, heureusement d’ailleurs.
    Après si toi tu trouve que c’est le Masterpiece ultime, bah, génial écoute, tu n’es donc pas du tout objectif.
    L’histoire, non, est à mon sens sans grand intérêt, vue et revue, et optimisé dans un seul sans, plaire à TOUT LE MONDE, donc les non-exigeant, donc toi visiblement, mais après une fois de plus, nous avons nos propres avis.
    Me dire que Cameron à inventer des choses, oui ok, me dire que Cameron a créé une vraiment bonne histoire, non.

  7. Tout a fait, tout le monde a son avis, mais il y a une difference entre avoir un avis, et prononcer une absurdité.

    Je vois que d’ailleurs, ton aciduité a lire mes commentaires precedents n’etant apparemment pas bien elevée, tu n’as pas vu que je n’ai jamais dit que je trouvais qu’Avatar etait un chef d’oeuvre absolue. En fait je rejoignais meme ton point de vue sur le coté universel de l’histoire, je me cite « une première histoire simple, qui parle au plus grand nombre », ce qui est exactement ce que tu reproches a Avatar, et que tu devrais reprocher a une bonne partie de la filmo de Cameron vu que c’est ce qu’il fait, du film populaire, accessible et grand spectacle.

    Terminator 2 a beau etre fun, le scenario du film n’est qu’une course-poursuite entre un mechant terminator et un ado protege d’un gentil terminator n’est ce pas?
    Et puis Titanic, mais bon sang, on connait tous deja la fin…

    Alors me viennent plusieurs questions: l’hstoire d’Avatar est pour toi vue et revue, OK, hormis Pocahontas qui est la reference evidente, quels sont les autres films a utiliser la meme histoire? films recents, tant qu’a faire, mais vu que tu dis que cela est vu et revu, il doit y en avoir une bonne quantité.

    Et puis j’aimerais savoir quels films recents egalement tu as trouvé avoir une histoire qui ne soit ni vue/revue, ni faite pour plaire au plus grand monde, le tout dans un bon film?

    Sans compter qu’une bonne histoire ne fait pas toujours un bon film, je prend l’exemple recent pour ma part de Millenium 2, ou l’histoire est de toute evidence sympa et interessante, mais ou le film lui rate le coche.

    Au final, je le redis, peut etre me ferai-je comprendre cette fois, qu’Avatar est envoutant grace a son univers, articulé autour d’une histoire accessible au plus grand nombre, ce qui ne veut pas dire ininteressant.

  8. C’est justement sur ce mot ton mot de la fin, « inintéressant », que tout le débat se fait, en quoi, l’histoire d’Avatar, est intéressante ?

    Et je répète ce que j’ai dit car a priori tu pense que je déteste Avatar : « Avatar est une bonne attraction »

    Je n’ai rien a ajouter.

  9. j’aime bien quand tu parles de la « version courte » du film… 😉
    ici c’est la director’s cut ? et ils vont bientôt sortir la director’s super cut de 4h38 c’est ça ? 😉

  10. Je rejoins l’avis de Matt. Le synopsis d’Avatar n’a rien de transcendant. Le traitement effectué par Cameron renforce l’histoire mais bon sang de bonsoir. Ça reste le classique jeune qui découvre un nouveau monde et qui s’initie aux coutumes des indigènes et finit par les défendre.

    Y en a plein, de ce style : Eragon, Le Nouveau Monde, Star Wars, Le Seigneur des Anneaux.

    C’est un film qui facilite le grand spectacle par la découverte d’un nouveau monde. Donc il faut un excellent travail des designers et co derrière autrement on s’emmerde.

    Mais le gros point faible d’Avatar, c’est que le film reste très classique. Mais ça reste un super film.

  11. oui c’est ce je dis egalement l’histoire est simple et n’a rien d’original, mais elle reste efficace et se fond bien dans l’univers créé.

    Par contre, j’avoue ne pas voir ou tu vois ce genre d’histoire dans les films que tu cites, exception faite du Nouveau Monde, enfin si cela s’y presente, c’est au mieux pour une scene mais pas la base du film.

    Apres, dire qu’etre classique est un point faible, est-ce vraiment le cas? n’est-ce pas plutot que comme on l’annoncait revolutionnaire de par sa technique il faudrait qu’il le soit en tout point?

    Bref, on en revient toujours a la meme chose, Avatar envoute par son visuel, son monde deployé sous les yeux du spectateur, l’histoire elle permet juste de facilement nous faire voyager au travers de celui-ci au cours d’un recit aux ficelles connues, mais qui restent efficaces et surtout ca parle a un maximum de gens.

    J’en reviens au terme « Interessant » de Mat: je comprend tout a fait que tu aies pu en attendre plus du coté du scenar, surtout que les premiers synopsis ne laissaient pas presager de ce genre de scenario il me semble, mais je reste un peu interrogateur sur le terme « interessant ».
    L’histoire, sans etre aussi riche qu’un Seigneur des anneaux par ex, se laisse suivre sans deplaisir, on se plait au contraire a suivre les navis dans leur lutte pour proteger leur monde, tout comme on s’amuse a suivre Jake lorsqu’il fait ses premiers pas dans son avatar.
    Donc encore une fois, je vois pas comment on peut qualifier ca de pas interessant, par original OK, pas ce qu’on esperait OK, mais pas interessant…J’avoue que j’ai du mal avec ce terme.

  12. @ko_porter
    Vos propos sont extrêmement contradictoires: il est en effet tout à fait légitime de trouver un film pas intéressant car pas original, surtout quand il s’agit de science-fiction, genre qui privilégie fortement un univers ou une ambiance.

    Personnellement, j’ai trouvé Avatar plat et sans réelles saveurs. Bien sûr, l’aspect visuel est énormément réussi et donne au film une réelle crédibilité. Malheureusement, comme cela a déjà été dit énormément de fois, j’ai trouvé le scénario puéril et ultra-conformiste. De plus, le coté écologique me parait trop providentiel et d’une sincérité tellement nulle que cela en devient fatiguant.

    Le film reste néanmoins divertissant, notamment grâce à un rythme maîtrisé. Mais le bluray ne passera pas la porte de chez moi: son coté merchandising – une sortie en 2 fois ! – est tout simplement honteux et irrespectueux.

  13. Peut etre est-ce question d’interpretation, Avatar n’apporte rien au domaine de la science-fiction et en cela il n’est pas interessant au domaine de la science fiction, mais en tant que recit, que film, son histoire se tient, tout autant que nombre de films rattachés au registre de la science-fiction.
    D’ailleurs tous les films qui sortent ne sont pas des étapes franchies dans la science-fiction. Le dernier star-trek, aussi bon soit-il, reste un semi-remake qui ne révolutionne en rien le genre.
    Il faut cesser de vouloir des révolutions pour chaque nouveau gros film qui sort, surtout dans des genres ou il est difficile de pouvoir proposer quelquechose de nouveau et complètement original, surtout que ces blockbusters sont faits pour plaire a un maximum et proposent du coup rarement l’histoire la plus riche (faudrait pas perdre une partie des spectateurs en cours de route).

    Enfin dernier point, je vois mal en quoi Avatar est plus pueril que 2 trilogies de Star Wars ultra-enfantins et que pourtant personne n’ose caracteriser comme tel (jarjar binks, les ewoks, chewbacca, C3PO et R2D2 (encore lui a parfois un role important), les vannes pourries de Han Solo etc…)?
    N’est-ce pas plutot naif qui conviendrait le mieux ici?

    Pour ce qui est des editions, il avait ete annoncé bien avant sa sortie que le film sortirait en version longue 6 mois plus tard,donc pour moi il n’y a pas plus de merchandising que les x editions d’un seigneur des anneaux par ex (meme si les versions longues enterrent litteralement les versions cinema), ou pire les versions dites longues des harry potter sorties il n’y a pas si longtemps.
    c’est vrai que c’est enervant ce delai de 6 mois entre les deux editions, mais j’imagine que c’etait le delai necessaire pour finaliser les 18 min supplementaires en post-prod.

  14. « Par contre, j’avoue ne pas voir ou tu vois ce genre d’histoire dans les films que tu cites, exception faite du Nouveau Monde, enfin si cela s’y presente, c’est au mieux pour une scene mais pas la base du film. »

    Oh si, regarde tous ces films partagent la même caractéristique, présentation d’un monde, identification du héros aux indigènes et bataille contre le méchant envahisseur.

    Quand aux différentes versions, suffit de la prendre quand t’as envie de revoir le film. La version Director’s Cut n’ajoute pas grand chose. Ca me fait penser à un épisode de Big Bang Theory où Sheldon s’enthousiasme pour 18s supplémentaires pour le film Indiana Jones et qui selon lui change tout le film ^^.

  15. Eh bien, eh bien ! Houleuse discussion !

    Mon point de vue, quant au scénario, c’est qu’il aurait été bien meilleur avec une problématique du côté de Jake : il n’a aucune attache avec le monde humain. Son frère est mort et nous ne savons rien de sa famille – s’il lui en reste une. De plus, il est handicapé. Rien ne le retiendra dans le camp des hommes, et je trouve que c’est dommage de ne pas avoir chercher à exploiter un dilemme moral. Ensuite, c’est vrai qu’on ne peut pas tout faire dans un film de presque 3H…

    @Phil, il ne devrait pas y avoir d’autres montages d’Avatar. Les 45 mn de scènes non intégrées qui sont présentées en bonus laisse penser qu’on y retouchera plus… du moins, pas dans l’immédiat !

    @cinemarium, comme le dit ko_porter, on a été « prévenu » pour Avatar. Perso, j’ai donc préféré attendre, surtout vis à vis des bonus qui sont vraiment intéressants. Comme pour le Seigneur des Anneaux en blu-ray, j’attends les versions longues, même si elle ne doivent que sortir lorsque viendra Bilbo.

  16. Moi je suis trop fan de l’idée « je te vois », bon pas pour la chanson qui est raté selon moi, mais plutot pour la métaphore des yeux utilisés dans le film, Cameron a réussi a créer un lien entre la quête que dois vivre son héros, il doit voir pour comprendre ce monde et le fait que le spectateur doit mettre ses lunettes pour rentrer dans le film.

    Et le plan final quand il ouvre enfin les yeux … 🙂 Fin il y a de très bonnes trouvailles.

  17. @Callahan, oui, le film n’est pas exempt de ce genre de subtilités, mais ça n’affecte pas ma vision du film.

    J’espère en tout cas que James Cameron développera des enjeux plus complexes dans les prochains Avatar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *