Test Blu-Ray : Fight Club (David Fincher)

Fiche Technique :
Fight Club (1999) réalisé par David Fincher
Avec : Edward Norton, Brad Pitt, Helena Bonham Carter, Jared Leto, Meat Loaf
Durée : 139 mn
Genre : Drame, Thriller
Blu-ray testé : Région B (France)
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 ; Français 5.1 DTS ; Espagnol, Portugais Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français, Anglais pour les sourds et malentendants, Portugais, Danois, Finlandais, Hollandais, Norvégien, Suédois, Japonais
Format d’image : 2.40:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Fox

Synopsis :
Le narrateur (Edward Norton) n’arrive plus à dormir. Suite aux conseils d’un médecin, il se rend aux réunions de personnes souffrant de maladies incurables et retrouve enfin le sommeil en pleurant avec eux. Mais Marla Singer (Helena Bonham Carter), une étrange jeune femme, va s’immiscer dans les sessions, parasitant l’empathie du narrateur. Dans un avion, il va faire la rencontre qui changera sa vie : Tyler Durden (Brad Pitt), un vendeur de savon.

Mini-critique :
Fidèle adaptation du roman homonyme de Chuck Palahniuk, Fight Club est un drame cynique véhiculant un message anticapitaliste. Edward Norton y campe un curieux insomniaque, guidé par un Brad Pitt extravagant et révolutionnaire. Brillamment mis en scène par David Fincher, le chef d’oeuvre subversif de Palahniuk est le cri d’une génération émotionnellement égarée qui ne se reconnaît pas dans la société contemporaine. C’est un retour à l’état sauvage, où les hommes sont égaux, où la consommation et la propriété n’ont plus de place, où la possibilité d’un autre monde passe inévitablement par la violence et la destruction. Ingénieux et dynamique, Fight Club ne laissera personne indifférent. Culte.
Bande annonce (VO) :

Le Blu-ray

– Image :
Fight Club est un film très sombre, autant par son propos que par son image. La majorité des scènes se déroule dans l’obscurité, la nuit, et c’est ainsi que l’on remarque la qualité apportée à ce transfert sur blu-ray : les différentes nuances de noirs se distinguent parfaitement et la palette de couleurs froides (parfois filtrée) est très bien rendue. Chaque détail dans les plans ressort impeccablement grâce à un piqué précis. L’aspect « sale » du film est toujours présent par un grain léger et homogène. A part une ou deux très courtes scènes présentant du fourmillement, cette édition de Fight Club, supervisée par David Fincher en personne, est sans aucun doute la plus belle disponible.

 

– Son :
Seule la piste en VO est testée.
Le film dispose d’un incroyable mixage sonore (nominé aux Oscars) qui est à l’honneur ici. Chaque scène dispose d’une ambiance particulière, que ce soit dans le traitement des voix (pensées en voix-off, au travers d’un micro, d’un téléphone, avec la résonance d’un sous-sol) que des effets environnants (hélicoptères, métro, bus, partie de billard, …), le tout soutenu par une musique trip-hop des Dust Brothers dont les sonorités se baladeront parmi tous les enceintes de votre installation. Dans la catégorie puissance et précision, on retiendra notamment une scène (imaginée) d’un crash aérien fulgurant. Les coups de poings sont aussi douloureux à voir qu’à entendre tandis que l’on se sent au coeur du combat par les cris et encouragements des membres du Fight Club nous encerclant. Alors qu’on pourrait s’attarder sur tous les bons points de cette bande son exemplaire, je vais conclure par un simple mot : parfait.

 

– Bonus :
– Commentaire de David Fincher
– Commentaire de David Ficher, Brad Pitt, Edward Norton et Helena Bonham Carter
– Commentaire de Chuck Palahniuk et Jim Uhls.
– Commentaire d’Alex McDowell, Jeff Cronenweth, Michael Kaplan et Kevin Haug.
A noter : la possibilité d’accéder directement à une scène selon les thèmes abordés dans les commentaires.
– Ren Klyce et la conception sonore de Fight Club. Ingénieur du son, Ren Klyce revient sur le travail exceptionnel réalisé sur le film. Durée : 7 mn environ. Cette partie propose également de remixer l’audio de plusieurs scènes (avec une introduction de Ren Klyce). De quoi jouer un peu avec son 5.1 et malgré que la manipulation ne soit pas des plus ergonomiques, cela permet de tester différentes ambiances changeant radicalement le ton d’une scène.
– Fight Club analysé. Titre trompeur (et visuel du blu-ray erroné indiquant 50 mn), il s’agit en fait d’un extrait d’une soirée où fut fêtée les dix ans du film. Durée : 10 mn.
– Coulisses du tournage. Diverses scènes et commentaires relatifs à la production, aux effets spéciaux et au tournage du film. Des extraits de storyboards sont parfois disponibles. Définition standard.
– Scènes alternatives et coupées. Définition standard.
– Matériel Publicitaires. Spots internet et tv, bandes annonces, clips vidéo et interview d’Edward Norton. Définition standard.
– Galerie d’art. Storyboard complet du film. Photos relatives aux effets spéciaux, la maison de Paper Street, les costumes et le maquillage et peintures de pre-production.
Annotations :
Un index de recherche sur les thèmes abordés dans les différents commentaires est disponible. De plus, une fonctionnalité permet d’afficher les thèmes au cours du film pour les quatre commentaires différents et de changer à la volée.
La version collector est livrée dans un étui en carton avec six photos comportant un « slogan » issu des dialogues ainsi qu’un livret reprenant le dossier de presse.
Notes :
Film : 10/10
Image : 4/5
Son : 5/5
Bonus : 5/5

Avis global : 10/10
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

7 commentaires

  1. Je suis fan du film..
    L'univers, les acteurs, le réalisateur … la musique (Pixies !!!) ..
    Mon test : http://www.nelshd.com/test-blu-ray-fight-club/
    Merci pour le tien !

  2. Le plus mauvais film de Fincher. Ce n’est pas étonnant que les ados adorent ce film. Je ne suis pas vraiment surpris. Un nihilisme démagogique. Dommage pour Fincher. Seven est un bon film. Zodiac est un très bon film. The Social Network idem. Fight Club est un film MtV.

  3. Plus mauvais Fincher ? Ca se joue plutôt entre The Game ou Panic Room. Fight Club n’est pas nihiliste : c’est un film anarchiste (et donc, anticapitaliste). Très belle transposition du roman de Chuck Palahniuk.

  4. Encore une fois, ce n’est parce que l’on aime un film qu’il est bon. Oui il y a du rebondissement, oui c’est « anar ». Mais au final il sert à quoi ce film? 90 % des ados un peu parvenus adorent le film. Comme les navets Requiem for a dream, Into the wild et j’en passe. Si vous voulez voir du bon cinéma regardez « Loin de la foule déchainé » de John Schlesinger avec Julie Christie et Peter Finch.

  5. Mais qu’est-ce qu’un bon film ? L’appréciation artistique est subjective. Il y a bien évidemment des critères objectifs de qualité sur des aspects bien particuliers, mais, dans son ensemble, une oeuvre ne pourra qu’être appréciée sur des valeurs et un ressenti personnels.

  6. Vous êtes un peu trop entertainment… Je viens de revoir Sans Toit ni loi… La comparaison est sans doute hors-sujet mais je pense que vous comprendrez. Network, par exemple, est un meilleur film. Il n’y a même pas de débat possible pour le coup.

  7. Ce n’est pas simplement un divertissement, Fight Club. Une oeuvre majeure, autant pour le cinéma que la littérature contemporaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *