Critique : La dernière vie de Simon

Premier long métrage de Léo Karmann, La dernière vie de Simon est un film fantastique né de la volonté de saluer le cinéma américain des années 80, estampillé Steven Spielberg, Robert Zemeckis ou encore James Cameron. Un pari plutôt réussi, bien que le dernier acte achoppe fortement sur le plan narratif.

Peau d’âme

Simon, jeune orphelin, possède un pouvoir qu’il n’a jamais révélé à personne : celui de prendre l’apparence physique de toute personne qu’il a touché ne serait-ce qu’un instant. Un secret qu’il se décide de partager un soir avec Madeleine et Thomas, ces frangins qu’il a rencontré lors d’une sortie, et qui ont demandé à leurs parents qu’ils viennent passer un week-end chez eux. Simon découvre alors les joies d’avoir une famille, et d’éprouver déjà des sentiments forts pour quelqu’un. Mais cette porte ouverte sur un monde nouveau pour lui se referme brutalement alors qu’il courrait dans la forêt avec Thomas, victime d’un accident. Simon décide alors de prendre l’apparence du disparu pour abandonner sa véritable identité, se fondre dans une famille sans leur imposer le deuil d’un enfant, et rester aux côtés de Madeleine comme un grand frère. D’emblée, par sa lumière et sa musique orchestrale, La dernière vie de Simon se rapproche de ses modèles, en évitant de les singer, notamment grâce à son cadre breton : les scènes en extérieur se montrent d’ailleurs sublimes. Quant aux effets spéciaux pour montrer le fascinant pouvoir de Julien, ils s’avèrent parfaitement réussis et employés à bon escient – les jeux sur le cadre apportent de jolis contrastes avec ce savoir-faire numérique.

A l’entrée dans l’âge adulte, ce Thomas (Martin Karmann) substitué semble avoir oublié son identité originelle, mais une photo lors de sa soirée d’anniversaire le poussera à se redécouvrir, à constater qui est devenu Simon (Benjamin Voisin). Madeleine (Camille Claris) vit toujours avec la blessure de la disparition de Simon, tandis que sa condition cardiaque devient de plus en plus critique. La dernière vie de Simon suit alors la piste de la culpabilité et de la crise identitaire sous fond de romance, dessinant deux voies pour le protagoniste masculin mais qui seront bien évidemment impossible de développer en parallèle. Est-ce notre corps qui nous définit, où bien cette âme insaisissable qui ne regarde pas l’enveloppe corporelle ? Mais c’est le personnage sensible de Madeleine, à laquelle Camille Claris donne une grande vitalité, qui devient l’élément central de cette intrigue aux frontières du réel. Lorsque les enjeux s’emballent, on pourra regretter des choix narratifs peu cohérents, qui semblent aussi procéder de l’hommage à ce cinéma américain lui-même disparu, et qui manquera de convaincre ici. La finalité de cette histoire extraordinaire étant attendue dès l’accident, on aurait aimé un revirement, une capacité à chercher l’émotion au travers de l’inattendu. Malgré certaines faiblesses narratives, La dernière vie de Simon s’avère tout à fait séduisant dans un paysage cinématographique français des plus frileux pour explorer des récits sur des territoires jouant avec l’impossible.

Sorti en salle le 5 février 2020, La dernière vie de Simon est disponible en VOD dès le 27 avril 2020

3 étoiles

 

La dernière vie de Simon

Film français
Réalisateur : Léo Karmann
Avec : Camille Claris, Martin Karmann, Benjamin Voisin, Nicolas Wanczycki, Julie-Anne Roth, Albert Greffier, Simon Susset, Vicki Andren, Florence Müller
Scénario de : Léo Karmann, Sabrina B. Karine, Marie-Sophie Chambon
Durée : 103 min
Genre : Fantastique, Science-fiction, Romance
Date de sortie en France : 5 février 2020
Disponible en VOD le 27 avril 2020
Distributeur : Jour2fête

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.